Pourquoi avez-vous des calculs biliaires?

Les calculs de la vésicule sont des masses semblables à des cristaux qui se forment dans la vésicule biliaire, petit organe situé du côté droit de l’abdomen, immédiatement sous le foie. La vésicule biliaire a pour principale fonction d’emmagasiner la bile (fabriquée par le foie) et de la sécréter dans l’intestin grêle afin de favoriser la digestion. La bile est composée d’eau, de cholestérol, de graisses, de sels biliaires (détergents naturels qui dégradent les graisses) et d’un pigment appelé bilirubine. Les calculs se forment lorsque la bile comporte une trop grande proportion de cholestérol, de sels biliaires ou de bilirubine.

Il existe 2 types de calculs de la vésicule biliaire : les calculs de cholestérol, qui comportent principalement du cholestérol durci et représentent environ 80 % des corps pierreux, et les calculs pigmentaires, qui sont composés de bilirubine et constituent les 20 % qui restent. Leur taille peut varier énormément, et les pierres peuvent être de très petites dimensions ou aussi grosses qu’une balle de golf. Le nombre et la taille des calculs de la vésicule biliaire sont très variables.

Les calculs de la vésicule biliaire sont plus fréquents chez les femmes et chez les personnes âgées, ainsi que dans certains groupes comme les personnes d’origine amérindienne et les personnes ayant un surplus de poids. Au Canada, 20 % des femmes et 10 % des hommes de plus de 65 ans ont des pierres à la vésicule, mais la majorité d’entre elles n’éprouvent aucun symptôme. Toutefois, lorsque des symptômes sont présents il faut les traiter, car des complications peuvent s’ensuivre.

>>Téléchargez les 53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires.

Causes des calculs biliaires

On comprend de mieux en mieux comment les pierres se forment dans la vésicule. Il semble qu’elles soient le résultat d’un ensemble de facteurs, notamment l’hérédité, l’obésité et la capacité de contraction (motilité) de la vésicule biliaire.

Les calculs de cholestérol se forment lorsqu’il y a trop de cholestérol dans la bile, et pas suffisamment de sels biliaires. Une motilité insuffisante de la vésicule biliaire peut entraîner une concentration excessive de la bile et provoquer la formation de pierres.

L’origine des calculs pigmentaires est incertaine. Ces pierres semblent apparaître chez des personnes qui souffrent de troubles préexistants comme une cirrhose, une infection du tractus biliaire et certaines maladies héréditaires du sang comme l’anémie falciforme.

Les facteurs de risque pouvant mener à la formation de pierres à la vésicule sont les suivants :

  • le sexe – les femmes entre 20 et 60 ans sont deux fois plus susceptibles que les hommes de présenter des calculs de la vésicule biliaire;
  • l’âge – les personnes de plus de 60 ans;
  • les œstrogènes – les femmes enceintes, celles qui reçoivent un traitement hormonal de substitution ou qui prennent des contraceptifs oraux;
  • l’obésité – une étude clinique d’envergure a montré que même un embonpoint modéré accroît les risques de formation calculs de la vésicule;
  • l’origine ethnique – l’incidence des calculs biliaires est plus élevée dans certains groupes ethniques;
  • certains médicaments qui abaissent le cholestérol – ces médicaments réduisent la concentration de cholestérol dans le sang, mais entraînent une augmentation de la quantité de cholestérol sécrété dans la bile;
  • le diabète – les personnes qui souffrent de diabète présentent généralement une concentration élevée d’acides gras appelés triglycérides, qui accroissent les risques de calculs de la vésicule biliaire;
  • une perte de poids rapide – le foie sécrète alors une quantité accrue de cholestérol dans la bile;
  • un jeûne – le jeûne inhibe la capacité de la vésicule biliaire à se contracter, ce qui accroît la concentration du cholestérol dans la bile;
  • le régime alimentaire – un régime à teneur élevée en gras et en sucre, associé à un mode de vie sédentaire augmente le risque de calculs biliaires.

Les facteurs de risque pouvant mener à la formation de pierres à la vésicule sont les suivants :

  • le sexe – les femmes entre 20 et 60 ans sont deux fois plus susceptibles que les hommes de présenter des calculs de la vésicule biliaire;
  • l’âge – les personnes de plus de 60 ans;
  • les œstrogènes – les femmes enceintes, celles qui reçoivent un traitement hormonal de substitution ou qui prennent des contraceptifs oraux;
  • l’obésité – une étude clinique d’envergure a montré que même un embonpoint modéré accroît les risques de formation calculs de la vésicule;
  • l’origine ethnique – l’incidence des calculs biliaires est plus élevée dans certains groupes ethniques;
  • certains médicaments qui abaissent le cholestérol – ces médicaments réduisent la concentration de cholestérol dans le sang, mais entraînent une augmentation de la quantité de cholestérol sécrété dans la bile;
  • le diabète – les personnes qui souffrent de diabète présentent généralement une concentration élevée d’acides gras appelés triglycérides, qui accroissent les risques de calculs de la vésicule biliaire;
  • une perte de poids rapide – le foie sécrète alors une quantité accrue de cholestérol dans la bile;
  • un jeûne – le jeûne inhibe la capacité de la vésicule biliaire à se contracter, ce qui accroît la concentration du cholestérol dans la bile;
  • le régime alimentaire – un régime à teneur élevée en gras et en sucre, associé à un mode de vie sédentaire augmente le risque de calculs biliaires.

 

Comment diagnostiquer des calculs biliaires?

Lorsque les symptômes semblent indiquer des calculs de la vésicule biliaire, le médecin peut demander une échographie de l’abdomen. Un technicien passe sur l’abdomen un dispositif manuel qui émet des ondes sonores. Les ondes rebondissent sur les organes et autres masses solides, ce qui révèle la présence de calculs biliaires.

En outre, les analyses sanguines peuvent révéler un ensemble d’anomalies des enzymes du foie, indice d’une obstruction biliaire provoquée par des pierres. D’autres examens peuvent fournir les renseignements supplémentaires nécessaires à l’établissement du diagnostic, notamment une tomodensitométrie et diverses techniques radiologiques réalisées à l’aide d’un agent de contraste opaque aux rayons X ou d’un colorant qui met en évidence les conduits biliaires. Les techniques d’échographie et de tomodensitométrie permettent de déceler une obstruction, et le médecin peut déterminer si les pierres à la vésicule biliaire sont responsables de celle-ci. Les techniques d’échographie actuelles permettent même de détecter de très petits calculs biliaires.

Vous trouverez plus de détail sur ces 3 techniques couramment utilisés ainsi que les raisons pour lesquelles elles ne détectent pas les calculs non-calciques (mous).

Traitement et Prévention

Certains des facteurs favorisant la formation de calculs dans la vésicule peuvent être modifiés comme par exemple l’obésité. En maintenant un poids santé, par le biais d’une alimentation saine et d’exercices physiques, on peut réduire les risques que des pierres se forment dans la vésicule biliaire. Les personnes qui souffrent de diabète courent un risque accru de pierres à la vésicule et elles doivent contrôler leur poids afin de les prévenir. Une alimentation à faible teneur en glucides et une activité physique régulière peuvent contribuer à prévenir la formation des pierres. Il faut aussi éviter les régimes qui entraînent une perte de poids rapide, ce qui augmente le risque de formation de calculs biliaires.

La majorité des personnes qui ont des calculs « silencieux » dans la vésicule n’ont pas besoin de traitement. Les personnes qui souffrent de douleurs intermittentes peuvent éviter les aliments gras ou en réduire la consommation.

Lorsque la présence de pierres dans la vésicule entraîne des crises douloureuses répétées, le médecin pourra recommander l’ablation de la vésicule biliaire, c’est-à-dire une cholécystectomie.

Des problèmes peuvent se développer chez les personnes qui ont des pierres à la vésicule biliaire lorsque celle-ci devient enflammée. On parle alors de cholécystite aiguë. Les patients doivent être hospitalisés afin de recevoir des fluides par voie intraveineuse, ainsi que des antibiotiques, qui sont généralement administrés dès que l’on soupçonne ce problème. Si le diagnostic est certain et le risque chirurgical minimal, on procède à l’ablation de la vésicule biliaire dans les deux premiers jours de la maladie.

Aujourd’hui, au Canada, près de 90 % de ces interventions sont réalisées par laparoscopie sous anesthésie générale. Le chirurgien pratique de petites incisions dans l’abdomen et insère ses instruments chirurgicaux ainsi qu’une caméra vidéo qui projette sur un moniteur des images agrandies des organes internes du patient. La vésicule biliaire est alors extraite par l’une des incisions. La plupart des gens peuvent retourner chez eux après l’intervention, mais certaines personnes doivent passer la nuit à l’hôpital pour une surveillance additionnelle.

Une cholécystectomie ouverte peut être nécessaire en cas d’infection ou en présence de cicatrices laissées par des interventions antérieures. Le chirurgien peut commencer par laparoscopie puis passer à une chirurgie ouverte s’il découvre une complication. Chez des individus très obèses, une cholécystectomie ouverte est plus facile à réaliser.

Il est possible de vivre normalement sans vésicule biliaire.

Avez-vous des Calculs Biliaires?

Le foie est un organe peu “innervé”, ce qui veut dire que vous éprouvez une gêne hépatique seulement lorsque le foie est obstrué à 60% de ses capacités. Autrement dit, vous passez de 1,6 litre de sang filtré par minute à 0,6 litre! A peine 1 tasse/minute!!

Foie sain (à gauche) – Foie congestionné (à droite)

3 Techniques qu’utilise la Médecine Moderne pour extraire les Calculs Biliaires

Pour traiter ces calculs biliaires, la médecine moderne utilise 3 techniques, dont certaines ayant des conséquences graves sur votre santé:

1. les Médicaments (CDCA, UDCA)

Composées de sels biliaires, ces médicaments sont censés dissoudre les calculs au bout de 12 à 24 mois, mais il n’y a aucune garantie …

2. les Ondes Sonores (lithotritie)

Une méthode alternative qui utilise une série d’ondes sonores pour littéralement “pilonner” les calculs biliaires.

Une technique qui s’avère intéressante, mais qui peut entraîner de graves lésions rénales, augmenter la pression artérielle, libérer massivement les toxines encapsulées dans les calculs, ou encore provoquer des hémorragies internes…

3. la Chirurgie (ablation)

Avec une plus de 800 000 ablations de la vésicule biliaire chaque année aux Etats-Unis, soit une opération de l’ordre de 7000 à 9000 euros pour 30 à 45 minutes de colelioscopie, c’est un marché juteux de plus de 6 milliards de dollars dont auraient tort de se priver les professionnels de santé…

Bien sûr, comme toute opération, il y a des risques.

Voici une liste non exhaustive des complications que peuvent occasionner ce type d’intervention :

  • un risque de blessures des canaux biliaires,
  • aucune amélioration des symptômes ayant justifiés cette opération (les calculs étaient présents dans les canaux biliaires et non la vésicule),
  • le déplacement des calculs dans l’intestin grêle et le côlon, ce qui peut provoquer d’importante infection et une toxémie,
  • une ablation totalement inutile suite à une erreur de diagnostique qui présenté des symptômes similaires à une obstruction des voies biliaires (voir photo ci-dessous).

Ablation de la vésicule biliaire totalement obstruée par des calculs biliaires

(Copyright : CHU de Rouen)

 

Mais ce n’est pas tout!

Avez-vous une idée des conséquences d’une ablation de la vésicule biliaire?

Trop peu de médecins le savent et vous avertissent, voici les principaux risques encourus après une ablation de la vésicule biliaire :

  • la digestion partielle des aliments,
  • des symptômes qui persistent (les calculs obstruent les voies biliaires),
  • des calculs qui se multiplient de PLUS en PLUS vite dans les canaux biliaires,
  • un foie qui filtre de MOINS en MOINS et qui n’est plus capable d’assurer pleinement son rôle,
  • une élévation du taux de cholestérol,
  • une augmentation des risques de cancers, d’obésité, de diabète, de maladie rénales et maladies cardiaques…

Pour que votre intestin grêle digère et absorbe les graisses présentes dans votre alimentation, elles doivent être impérativement dissoutes par la bile, auquel cas les graisses non digérées rejoignent le côlon où elles seront en partie décomposées par la flore intestinale, puis évacuées par les selles…

Souvenez-vous, ce sont ces aliments partiellement digérés qui sont à l’origine des :

  • ballonnements,
  • gaz abdominaux persistants (flore intestinale de putréfaction),
  • perte d’appétit,
  • lourdeurs digestives,
  • excès alimentaires,
  • trouble du sommeil,
  • fatigue persistante,
  • obésité…

Même une hygiène de vie irréprochable peut cacher de nombreux calculs bloqué dans votre foie, pour en savoir plus retrouvez notre guide gratuit sur les “53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires“.

Source:

Tous les contenus sont la propriété de MediResource Inc. 1996 – 2017. Conditions d’utilisation. Les contenus présents ne sont destinés qu’à des fins d’information. Demandez toujours l’avis de votre médecin ou d’un autre professionnel de la santé qualifié sur des questions relatives à une affection médicale. Source : santecheznous.com/condition/getcondition/Calculs-de-la-vesicule-biliaire

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.