Résumé :

  • La maladie cœliaque impacte le système nerveux, endocrinien, et immunitaire, dépassant les symptômes gastro-intestinaux.
  • Le diagnostic complexe requiert des tests sérologiques et une biopsie de l’intestin grêle.
  • Symptômes variés incluent diarrhée, maladie thyroïdienne, migraines, etc.
  • Dépistage cible diverses conditions et groupes à risque, avec tests sérologiques et biopsie pour confirmation.
  • Traitement principal : régime sans gluten à vie, avec nécessité de vigilance contre la contamination croisée.
  • Suivi médical inclut contrôles sérologiques et gestion des carences nutritionnelles.
  • Éducation des patients cruciale pour vivre avec cette maladie auto-immune liée au gluten.
  • Soutien familial essentiel pour aider les patients à s’adapter au régime sans gluten.
  • Bénéfices potentiels du régime sans gluten pour d’autres réactions négatives au gluten.
  • Diagnostic précis et surveillance médicale essentiels pour améliorer la qualité de vie et éviter les complications.

Maladie Cœliaque : bien plus qu’une maladie gastro-intestinal

Le diagnostic de la maladie cœliaque peut être complexe car il va au-delà des symptômes gastro-intestinaux. Cette maladie peut se manifester avec des symptômes touchant les systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire. Identifier les personnes qui devraient être testées reste un défi, et il n’existe pas de consensus clair sur les tests de diagnostic à utiliser. De plus, la définition du régime sans gluten et les aliments à inclure ou exclure peuvent être sujets à controverse.

En juillet 2006, les National Institutes of Health (NIH) ont lancé une campagne pour accroître la sensibilisation et le diagnostic de la maladie cœliaque, dans le but d’établir des lignes directrices sur les moments et les méthodes de dépistage et de traitement.

Il est essentiel de considérer la maladie cœliaque au-delà des simples problèmes gastro-intestinaux pour éviter les erreurs de diagnostic et les retards dans la prise en charge. Les patients et les professionnels de la santé doivent être conscients des manifestations extra-intestinales possibles de la maladie cœliaque afin de faciliter un diagnostic précoce et une gestion appropriée de cette affection auto-immune liée au gluten.

Qui est concernée pas la Maladie Cœliaque ?

La réalité est que la maladie cœliaque peut survenir à tout âge ; elle affecte toutes les races ; et c’est la maladie génétique humaine la plus courante. Techniquement, ce n’est pas une allergie, mais plutôt une maladie auto-immune médiée génétiquement. Environ 40 % des Américains portent les gènes cœliaques HLA DQ2 ou DQ8 ; heureusement, seule 1 % de la population subit un événement déclencheur qui active ces gènes et entraîne le développement de la maladie cœliaque. Cette maladie endommage les villosités de l’intestin grêle, compromettant l’absorption des nutriments.

De nombreux symptômes de la maladie cœliaque résultent en fait de carences nutritionnelles multiples dues à la malabsorption. L’autre cause majeure de symptômes est l’élément auto-immun, ce qui explique la variété de présentations de cette maladie, car toutes les parties du corps sont concernées, avec une attention particulière sur le tractus gastro-intestinal, le système nerveux et le système endocrinien.

Selon les recommandations du NIH, les patients atteints des conditions suivantes devraient être testés pour la maladie cœliaque : diarrhée chronique, constipation chronique, maladie thyroïdienne, lupus érythémateux systémique, diabète de type 1, maladie du foie, maladie du tissu conjonctif, polyarthrite rhumatoïde, syndrome de Sjögren, ostéoporose, migraines, infertilité, obésité, RGO, syndrome du côlon irritable, anémie, stomatite aphteuse récurrente, fatigue chronique, dermatite prurigineuse et troubles psychiatriques tels que la dépression et l’anxiété.

En raison de la nature héréditaire de cette maladie, tous les parents au premier degré, symptomatiques ou non, devraient être testés, car certains patients sont asymptomatiques et ne sont détectés que par le dépistage familial. Pour les enfants, les conditions suivantes justifient un dépistage pour la maladie cœliaque : dermatite, hypoplasie de l’émail dentaire, anémie ferriprive résistante à la supplémentation en fer par voie orale, diabète de type 1, thyroïdite auto-immune, syndrome de Down, syndrome de Turner, syndrome de Williams et déficience sélective en IgA. Les enfants présentant des symptômes gastro-intestinaux récurrents, tels que la diarrhée, la distension abdominale, la constipation chronique et les vomissements, devraient également être dépistés.

Le dépistage de la Maladie Cœliaque

Le dépistage de la maladie cœliaque commence généralement par des tests sérologiques, qui consistent à mesurer les niveaux d’anticorps spécifiques dans le sang. Les tests sérologiques courants comprennent les anticorps IgA et IgG anti-gliadine, les anticorps IgA endomysiaux et les anticorps IgA de la transglutaminase tissulaire. Ces tests sont souvent inclus dans les panels cœliaques proposés par les laboratoires.

Cependant, le diagnostic de la maladie cœliaque ne peut être confirmé que par une biopsie de l’intestin grêle. Cette procédure consiste à prélever de petits échantillons de tissus de la muqueuse de l’intestin grêle pour examen au microscope. Les lésions caractéristiques des villosités, qui sont des structures en forme de doigts qui permettent l’absorption des nutriments, sont recherchées dans les échantillons.

Le diagnostic de la maladie cœliaque est complexe et nécessite une approche multidisciplinaire. Une fois les tests sérologiques positifs et les lésions typiques identifiées lors de la biopsie, le diagnostic est généralement confirmé.

Il est important de noter que pour obtenir des résultats fiables, le patient doit continuer à consommer du gluten avant les tests sérologiques et la biopsie. Si le régime sans gluten a déjà été initié, cela peut fausser les résultats, entraînant ainsi des faux négatifs.

Le diagnostic précoce de la maladie cœliaque est essentiel pour prévenir les complications à long terme. Le régime sans gluten est le traitement principal pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque, et la réponse clinique au régime sans gluten est souvent utilisée comme preuve supplémentaire du diagnostic.

Enfin, il convient de noter que les enfants présentant des symptômes évocateurs de la maladie cœliaque, tels que des problèmes digestifs récurrents, une anémie, une petite taille ou un retard de croissance, devraient également être testés. Le dépistage précoce chez les enfants à risque peut permettre une prise en charge précoce et améliorer leur qualité de vie à long terme.

Maladie Cœliaque : Quoi faire en première intention ?

Une fois le diagnostic de la maladie cœliaque établi, la prochaine étape consiste à évaluer les dommages systémiques et nutritionnels, puis à mettre en œuvre le mode de vie sans gluten. Il est important de comprendre que la maladie cœliaque ne se limite pas uniquement au tractus gastro-intestinal, elle peut affecter tout le corps. L’éducation du patient sur les aliments contenant du gluten est essentielle, car le gluten se trouve dans de nombreux produits alimentaires. Outre les ingrédients évidents tels que le blé, l’orge et le seigle, il existe également des sources cachées de gluten dans certains aliments transformés et cosmétiques.

Les tests de dépistage incluent des analyses sérologiques, suivies d’une biopsie de l’intestin grêle. La détection précoce et précise est essentielle pour un traitement efficace. Le régime sans gluten est la pierre angulaire du traitement, mais il peut être difficile à suivre en raison de la contamination croisée et des sources cachées de gluten.

La surveillance de la récupération se fait en recontrôlant les anticorps spécifiques à la maladie cœliaque et le marqueur tissulaire transglutaminase. La contamination accidentelle de gluten peut compromettre la récupération, il est donc crucial de rester vigilant.

En plus du régime sans gluten, la prise en charge de la maladie cœliaque implique souvent de traiter les carences nutritionnelles, de restaurer la santé intestinale en corrigeant les déséquilibres de la flore intestinale, et de surveiller et traiter les allergies alimentaires concomitantes.

La maladie cœliaque peut affecter les adultes et les enfants, et l’éducation et le soutien des patients et de leur famille sont essentiels pour bien vivre avec cette condition. Les ressources éducatives et les livres spécialisés peuvent aider à mieux comprendre la maladie et à gérer les défis quotidiens liés au régime alimentaire sans gluten.

À propos du régime sans gluten

Cet article aborde principalement la maladie cœliaque et son diagnostic, mais souligne également que de nombreux patients bénéficient d’un régime sans gluten sans être atteints de cette maladie. La cœliaque est une maladie auto-immune médiée génétiquement, affectant les personnes de tous âges et races. Elle endommage les villosités de l’intestin grêle, compromettant l’absorption des nutriments et entraînant des symptômes variés, souvent liés à des carences nutritionnelles.

Les tests pour diagnostiquer la cœliaque incluent des analyses sérologiques et une biopsie de l’intestin grêle. Les sérums mesurent les anticorps liés au gluten, tels que les antigliadines et la transglutaminase tissulaire. La biopsie intestinale est le critère d’or pour confirmer le diagnostic, en observant les dommages caractéristiques des villosités. Les enfants présentant certains symptômes spécifiques et les proches de patients atteints de cœliaque devraient également être testés.

Une fois le diagnostic posé, le traitement consiste à adopter un régime sans gluten à vie. Cela implique d’éviter le blé, le seigle, l’orge et souvent l’avoine en raison de la contamination croisée. Il est essentiel de bien comprendre les sources cachées de gluten, car il peut être présent dans de nombreux produits alimentaires et cosmétiques.

La surveillance de la guérison se fait par le suivi des anticorps et de l’état nutritionnel. Les patients doivent être attentifs à d’autres allergies alimentaires qui peuvent apparaître en raison des dommages intestinaux. Un soutien médical et des ajustements alimentaires sont nécessaires pour améliorer la qualité de vie et prévenir les complications à long terme.

Bien que la maladie cœliaque soit bien définie, il reste des questions sur d’autres réactions négatives au gluten. Certaines personnes peuvent avoir une cœliaque “séronegative”, une allergie ou une intolérance au gluten, ce qui nécessite des investigations approfondies.

En conclusion, le régime sans gluten est essentiel pour les personnes atteintes de cœliaque et peut également bénéficier à d’autres souffrant de réactions négatives au gluten. Un diagnostic précis et un suivi médical sont importants pour améliorer la qualité de vie et éviter les complications associées à cette condition.

 

Source :

bienvenue-capture-banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.