Résumé : Endométrioseendometriose

  • L’endométriose est une maladie gynécologique courante touchant environ 2 à 10% des femmes entre 25 et 40 ans.
  • Alors que l’endométriose est présentée comme une maladie douloureuse et souvent difficile à traiter, il existe des méthodes naturelles qui peuvent aider à soulager la douleur.

Endométriose : Stratégies pour Atténuer la Douleur

L’endométriose est une affection gynécologique fréquente touchant environ 2 à 10% des femmes âgées de 25 à 40 ans. Le terme “endométriose” est dérivé de “l’endomètre”, la muqueuse à l’intérieur de l’utérus. En cas d’endométriose, cette muqueuse se développe en dehors de l’utérus, formant des implants endométriosiques qui imitent le comportement normal de l’endomètre, en particulier pendant les règles.
Cela engendre des problèmes, car le tissu a peu de voies pour se libérer, provoquant ainsi d’intenses douleurs. L’endométriose affecte les ovaires, les trompes de Fallope, la surface externe de l’utérus et les parois de la cavité pelvienne.
Bien qu’aucune cause précise n’ait été définie, plusieurs facteurs comme les menstruations rétrogrades, des problèmes immunitaires, le développement de cellules embryonnaires, les hormones, les gènes et l’environnement sont envisagés. La stérilité est l’une des principales complications, touchant environ 30 à 50% des femmes stériles selon l’American Society for Reproductive Medicine.
Les femmes atteintes d’endométriose peuvent également développer des adhérences, des fragments de tissu endométrial adhérant à des organes, ou des kystes ovariens, remplis de liquide et susceptibles de grossir, provoquant des douleurs.

Les manifestations de l’endométriose

Il est essentiel de connaître les divers symptômes de l’endométriose qui apparaissent généralement chez les femmes :

  • Des douleurs, notamment des crampes menstruelles sévères ressenties dans l’abdomen, le bas du dos ou le bassin.
  • Des douleurs pendant les relations sexuelles.
  • Un flux menstruel anormal ou important qui dure plus de sept jours ou qui nécessite un changement de serviette ou de tampon toutes les une à deux heures.
  • Miction et transit intestinal douloureux pendant les règles.
  • Présence de sang dans les selles ou les urines.
  • Des nausées et vomissements.
  • Troubles gastro-intestinaux tels que diarrhées, constipation et/ou nausées.

3 façons de déterminer si vous êtes atteinte d’endométriose

Notez bien qu’il n’existe aucune corrélation entre l’intensité des douleurs qu’une femme ressent et la gravité de l’endométriose.

Consultez malgré tout un médecin si vous observez ces symptômes chez vous-même ou l’une de vos proches. Votre médecin peut utiliser l’une des trois méthodes suivantes pour déterminer si vous souffrez d’endométriose :

  1. Examen pelvien : Le médecin palpe manuellement les différentes parties de votre bassin, recherchant d’éventuelles anomalies telles que des kystes sur les organes génitaux ou des cicatrices derrière l’utérus. Bien qu’il ne soit pas possible de détecter de petites localisations où l’endométriose serait déjà installée, un kyste pourrait être identifié.
  2. Échographie : Des ondes sonores à haute fréquence sont utilisées pour former des images de l’intérieur de votre corps. Un transducteur est utilisé, soit introduit dans le vagin (échographie transvaginale), soit posé et déplacé sur la peau de l’abdomen. Bien qu’une échographie ne fournisse pas d’informations spécifiques sur l’endométriose, elle peut identifier des kystes associés à cette condition, appelés endométriomes.
  3. Laparoscopie : Dans certains cas, votre médecin peut vous orienter vers un chirurgien qui effectuera une laparoscopie pour rechercher des signes d’endométriose dans votre abdomen. Cette intervention, généralement réalisée sous anesthésie générale, permet au chirurgien d’observer l’intérieur de votre abdomen à l’aide d’un laparoscope. Des échantillons de tissus peuvent également être prélevés pour déterminer l’emplacement, l’étendue et la taille des implants endométriosiques, aidant ainsi à choisir le protocole de traitement le plus approprié.

Les Origines de l’Endométriose : Comprendre les Facteurs Déclencheurs

Malheureusement, les experts en santé n’ont pas encore déterminé avec précision ce qui provoque l’endométriose. Cependant, des liens potentiels entre cette maladie et d’autres facteurs et processus corporels ont été identifiés :

  1. Menstruations rétrogrades : Cette théorie suggère que l’endométriose survient principalement au cours du cycle menstruel régulier. Le tissu endométrial remonte à travers les trompes de Fallope et pénètre dans l’abdomen où il se fixe et se développe.
  2. Transport de cellules endométriales : Dans certains cas, le tissu endométrial se déplace en utilisant le système lymphatique ou les vaisseaux sanguins et s’implante dans différentes parties du corps, un processus similaire à la propagation des cellules cancéreuses.
  3. Développement de cellules embryonnaires : Cette théorie suggère que des cellules présentes dans d’autres parties du corps, comme l’abdomen ou le bassin, se transforment en cellules endométriales.
  4. Cicatrices chirurgicales : Des cellules endométriales peuvent se fixer sur une incision effectuée lors d’une intervention telle qu’une hystérotomie ou une césarienne.
  5. Développement du fœtus : Des recherches ont montré que l’endométriose peut être présente dans un fœtus en développement en raison du taux d’œstrogènes pubertaires.
  6. Système immunitaire affaibli : Un système immunitaire affaibli peut être incapable de détecter et détruire le tissu endométrial. Les troubles du système immunitaire et certains types de cancers semblent être courants chez les femmes atteintes d’endométriose.
  7. Les gènes : Bien que le lien entre l’endométriose et les gènes ne soit pas encore certain, une femme pourrait avoir cinq à sept fois plus de risques de développer une endométriose si l’une de ses proches souffre de la maladie.
  8. Les hormones, en particulier les œstrogènes : Au cours du cycle menstruel, les œstrogènes contribuent à épaissir la muqueuse de l’utérus. Malheureusement, cela influence grandement les risques de développer une endométriose, surtout si leur taux est élevé.

L’Endométriose et l’Hérédité : Comprendre le Lien Génétique

Les gènes sont considérés comme l’un des nombreux facteurs de risque possibles d’endométriose. Selon l’Endometriosis Foundation of America (EFA – Fondation américaine de l’endométriose), une femme ayant une proche souffrant d’endométriose a cinq à sept fois plus de risques de souffrir de la maladie.
Cependant, le lien précis entre l’endométriose et la génétique n’a pas encore été identifié. Différentes études ont toutefois prouvé que les facteurs génétiques peuvent jouer un rôle dans les risques de développer l’endométriose.
Une étude pangénomique (GWA – genome-wide-association) publiée en 2010, réalisée par une équipe de chercheurs de l’Institut Queensland de recherche médicale en Australie, de l’université d’Oxford en Angleterre, et d’autres institutions académiques et médicales dans ces deux pays et aux États-Unis, a identifié des variantes chromosomiques spécifiques associées à l’endométriose.
L’étude a inclus 3 194 femmes atteintes d’endométriose confirmée par chirurgie, séparées en deux groupes en fonction de la gravité de leur maladie. Des différences génétiques ont été notées entre les femmes atteintes d’endométriose et le groupe de contrôle, avec des variations liées au chromosome 7.
Cependant, il est crucial de souligner que la présence de ces variants génétiques ne garantit pas automatiquement le développement de l’endométriose. Un mélange de facteurs génétiques et environnementaux peut contribuer à augmenter le risque d’endométriose chez certaines femmes. De plus, les chercheurs ont souligné que ces variants ne se situent pas nécessairement dans un gène spécifique et pourraient être situés près d’autres variations ayant cet effet. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer le rôle précis de la génétique dans le risque d’endométriose.

Traitement de l’endométriose : Approches et Solutions

Heureusement, l’endométriose est une maladie qui peut être traitée. Aujourd’hui, plusieurs protocoles de traitement sont disponibles, et le choix du traitement approprié dépend de plusieurs facteurs que votre médecin prendra en compte. Les décisions concernant le traitement devraient être basées sur les éléments suivants :

  1. L’âge
  2. La santé globale et les antécédents médicaux
  3. Les symptômes observés
  4. L’étendue de la maladie
  5. La tolérance aux médicaments, procédures ou thérapies spécifiques
  6. L’estimation de l’évolution de la maladie
  7. L’avis ou les préférences personnelles
  8. Le désir de grossesse, car certains traitements peuvent affecter la possibilité de concevoir.

Effets Secondaires Potentiels des Hormones Synthétiques dans le Traitement de l’Endométriose

Les médecins recommandent souvent un traitement par hormones synthétiques pour soulager les douleurs causées par l’endométriose. Cela peut inclure :

  1. Des contraceptifs oraux contenant une combinaison d’œstrogènes et de progestine pour prévenir l’ovulation et réduire le flux menstruel.
  2. La progestine en tant que traitement autonome.
  3. Des agonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines qui bloquent la production d’hormones ovariennes, induisant ainsi une « ménopause médicale ».
  4. Le danazol, un dérivé synthétique de la testostérone.

Cependant, il est important de noter que les traitements par hormones synthétiques peuvent avoir des répercussions sur la santé, augmentant le risque d’AVC, de crise cardiaque, de démence et de cancer du sein. Deux essais de traitements hormonaux menés par la Women’s Health Initiative ont été interrompus prématurément en raison des risques élevés constatés, notamment le décès de nombreuses participantes. Une méta-analyse publiée dans le British Medical Journal en janvier 2005 a également souligné ces risques, montrant une association entre la thérapie par hormones synthétiques et un risque accru d’accident ischémique cérébral, d’AVC et d’AVC fatal ou invalidant.

Atténuer Naturellement les Douleurs de l’Endométriose : Approches Bien-être et Soulagement

Si vous éprouvez des symptômes légers d’endométriose, une thérapie hormonale ou une intervention chirurgicale ne sont peut-être pas nécessaires. Les médecins recommandent souvent des antidouleurs pour les cas légers, mais soyez prudent, car les analgésiques conventionnels peuvent entraîner une dépendance, ce qui n’est pas souhaitable dans votre parcours vers la guérison.

Des herbes et plantes suivantes sont des alternatives plus sûres et tout aussi efficaces que les analgésiques conventionnels, et généralement moins onéreuses. Voici quelques-unes que vous pouvez essayer à la maison :

  1. Curcuma : Cette épice, souvent utilisée dans la cuisine indienne, a des bienfaits grâce à la curcumine, un composé bioactif efficace dans le traitement des maladies inflammatoires et auto-immunes. Préparez une boisson au curcuma en mélangeant une cuillère à café de curcuma et de gingembre en poudre dans deux tasses d’eau bouillante, avec une cuillère à soupe de miel et de jus de citron. Buvez cette préparation tous les jours jusqu’à résolution du problème.
  2. Gingembre : Le gingembre réduit l’inflammation, traite les crampes menstruelles, soulage les nausées causées par l’endométriose, et facilite l’élimination des toxines par le foie. Préparez un thé au gingembre en faisant bouillir une cuillère à soupe de gingembre râpé dans deux tasses d’eau pendant dix minutes. Filtrez, ajoutez du miel et consommez deux à trois tasses par jour.
  3. Camomille : La camomille possède des propriétés anti-inflammatoires qui peuvent réduire l’inflammation et les gonflements liés à l’endométriose. Elle agit également comme diurétique naturel pour nettoyer la vessie. Préparez un thé à la camomille en infusant deux cuillères à café de camomille séchée dans une tasse d’eau bouillante pendant cinq minutes. Filtrez, ajoutez du miel et consommez deux à trois tasses par jour.
  4. Bromélaïne : Cette enzyme digestive présente dans l’ananas peut aider à diminuer l’inflammation. La bromélaïne est disponible sous forme de gélules, mais consommer de l’ananas frais fonctionne également bien. Assurez-vous de conserver une partie du cœur de l’ananas, car c’est là que la bromélaïne est plus concentrée.

Source:

bienvenue-capture-banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.