Calculs rénaux : comment vous protéger?

Nous avons deux reins. Ils se situent dans le dos un peu au-dessous des côtes, de part et d’autre de la colonne vertébrale. Ils ont à peu près la grosseur d’un poing et la forme d’un haricot. Chaque rein contient environ un million d’unités de filtrage du sang appelées néphrons. Dans chaque néphron, on trouve un réseau de vaisseaux sanguins minuscules appelé glomérule qui est attaché à un petit tubule. Le sang est filtré dans le glomérule, puis l’excès d’eau et les déchets passent dans le tubule, là où ils sont transformés en urine.

Les reins ne font pas que nettoyer le sang, ils font beaucoup plus que cela. Les reins ont quatre fonctions principales :

  1. Ils équilibrent les taux de liquides corporels.
  2. Ils équilibrent les taux de produits chimiques (ions ou minéraux) dans
    le corps, comme le potassium, le calcium, le phosphore et le magnésium.
  3. Ils enlèvent les produits de déchets, notamment l’urée (créée lors de la dégradation des protéines alimentaires) et la créatinine (créée par l’activité musculaire normale).
  4. Ils produisent les hormones essentielles suivantes :
  • érythropoïétine (contribue à la production de globules rouges);
  • rénine (régule la pression artérielle);
  • forme active de la vitamine D (D3) (contribue à approvisionner les os en calcium).

 

>>Téléchargez librement votre guide 15 Symptômes qui Révèlent à Coup Sûr des Calculs Rénaux

 

Les lésions rénales

La plus courante des lésions rénales est le calcul urinaire (lithiase urinaire ou calculs rénaux). Se sont des cristaux qui ont perdu leur solubilité et se déposent sous forme de petits cailloux, formées par des sels minéraux qui s’accumulent dans le rein, et sont ensuite éliminés dans l’urine. Ces cristaux peuvent se loger dans les voies urinaires et provoquer de la douleur, une obstruction de l’urine et dans des cas graves une infection des voies urinaires.

Il ne s’agit pas d’un accident, mais bien d’un trouble de l’élimination, quelques changements dans votre hygiène de vie sont à prévoir. Nous pouvons avoir une ou plusieurs fois dans notre vie des calculs qui se nichent dans les voies excrétrices du rein. Les grandes coupables, de ce phénomène sont généralement la déshydratation et l’alimentation. Si on boit moins d’un litre d’eau par jour, on s’expose à fabriquer des calculs. Car, moins les reins éliminent, plus les déchets s’agglutinent.

La composition des calculs 

Elle peut être différente, c’est pourquoi les stratégies thérapeutiques seront adaptées aux types de calculs, ainsi qu’à la partie des voies urinaires touchée.

Les lithiases calciques sont formées lorsque les urines sont trop alcalines (pH urinaire basique, plus de 7). Elles migrent peu et ont de graves conséquences au niveau rénal et tendent à récidiver, malgré leur extraction. C’est le type de lithiase le plus fréquent.

La lithiase oxalocalciques est due à une nourriture riche en acide oxalocalciques (oseille, betterave rouge, certains fruits et légumes).

La lithiase urique, est formée d’acide urique ou d’urates. L’acide urique est le métabolite final de la décomposition des purines, substances très importantes dans la formation de l’ADN, notamment. La goutte peut être une cause de calculs rénaux. Une alimentation riche en protéines (viandes, etc) peut provoquer une lithiase urique.

Facteurs favorisant les calculs urinaires

Les facteurs alimentaires qui peuvent contribuer à la formation de calculs urinaires sont:

  • une alimentation riche en protéines animales (augmente le calcium et l’oxalate urinaire), (ou hyper protéiné comme les sachets ou le régime Dukan)
    un apport en calcium insuffisant (< 600 mg/j) ou excessif (> 1 200 mg/j),
  • une consommation importante de sel, d’aliments riches en oxalate (chocolat, épinards, rhubarbe, thé), …
  • un apport insuffisant de liquide, en particulier l’eau, responsable pour diluer les urines et éviter la formation de cristaux.
  • un régime avec niveaux élevés de sucre(fructose)
  • une consommation de boissons alcoolisées, cela provoque une déshydratation qui facilite la formation de microcristaux dans les reins. La bière est la boisson alcoolisée la plus nocive pour les reins.

 

Pourquoi c’est douloureux ?

Une colique néphrétique est un syndrome caractérisé par une violente douleur généralement causée par le déplacement d’un calcul rénal   depuis le rein jusque dans l’uretère. Ce canal est trop étroit pour évacuer le calcul qui est trop gros et qui reste coincé. Certains calculs, minuscules, s’évacuent avec l’urine sans qu’on s’en aperçoive.

En revanche, ceux qui ont trop grossi ou ont une forme hérissée peuvent se bloquer dans les uretères, fins conduits allant des reins à la vessie : c’est alors la fameuse crise de colique néphrétique. L’uretère peut également être comprimé par un autre organe, par une tumeur, par une inflammation.  La douleur engendrée est extrêmement violente et constitue une des pires douleurs connues en médecine.


Comment limiter les crises par l’alimentation ?

Dans 70 à 80% des cas, les calculs de l’appareil urinaire sont composés d’oxalate de calcium. Si l’oxalate domine, il faut supprimer ou diminuer la consommation de chocolat, rhubarbe, noix, betterave, épinard, oseille, persil, café lyophilisé, thé, bette, asperge, rhubarbe, figue. Il faut aussi éviter les comprimés de vitamine C dosés à 500 mg et plus (la vitamine C favorise la formation d’acide oxalique).
S’ils sont composés majoritairement de calcium, selon les cas, il faudra : limiter les protéines et le sel, ou moduler ses apports de calcium (en limitant si les calculs sont dus à un excès de calcium ou en les augmentant s’ils sont dus à une fuite du calcium osseux).

Dans 10 à 15% des cas ils sont dus à un excès d’acide urique lié à un diabète ou à un syndrome métabolique. Il faut alors limiter la consommation de protéines : c’est-à-dire de tous les produits d’origine animale et notamment la charcuterie. Il faut également supprimer le fructose contenu en particulier dans les sodas.

La consommation de jus de  céleri, carotte, persil est recommandé ainsi que celle de graines de citrouille qui réduisent la concentration des substances provoquant la formation de calculs et augmente également la concentration des substances inhibant la formation des calculs.  En revanche, évitez le porc et les saucisses. Parmi les légumes à éviter,  les asperges, les épinards, la rhubarbe et les choux de Bruxelles favorisent les cristaux alors que céleri, marrons, cerises, dates, framboises, pois, figues, maïs,  miel, et raisin favorisent leurs éliminations.

En résumé, comment prévenir les rechutes de lithiase urinaire ?

  • Chez les personnes sujettes aux coliques néphrétiques, certaines mesures simples permettent de diminuer le risque de connaître une nouvelle crise.
  • Boire au moins deux litres d’eau par jour pour éviter la concentration des urines et éliminer les cristaux avant qu’ils ne deviennent volumineux. Lorsqu’il fait chaud, ou lors d’activité sportive, il est nécessaire de boire davantage, au moins trois litres dans la journée. Idéalement, les urines devraient rester pâles en toute circonstance. Évitez les eaux minérales trop riches en sels minéraux (en particulier en calcium comme Contrex, Hépar ou Vittel). Les eaux minérales riches en bicarbonates (Vichy Célestins, Vichy Saint-Yorre, par exemple) sont à privilégier.
  • Réduire sa consommation de protéines. Si vous avez tendance à souffrir de calculs oxalocalciques, n’abusez pas des protéines (viandes et produits laitiers). La consommation quotidienne de protéines ne devrait pas dépasser un gramme de protéines par jour et par kilo de poids (par exemple, 70 g par jour pour un homme de 70 kg).
  • Réduire sa consommation de sel. Les personnes qui souffrent de calculs oxalocalciques devraient essayer de consommer moins de cinq grammes de sel de cuisine par jour.
  • Enrichir son alimentation en fruits et légumes de toutes sortes, en particulier ceux riches en potassium qui favorise l’élimination du calcium : banane, pommes de terre, fèves, par exemple.
  • Attention à certains aliments. Les abats, les fruits de mer, les asperges, la rhubarbe, le cresson, l’oseille, les épinards, le fenouil, les fruits rouges, les fruits secs, le persil ou la moutarde en grande quantité, le café soluble, le chocolat, le thé longuement infusé et le vin blanc ont la réputation de favoriser l’apparition de calculs urinaires.
  • Choisir efficacement des plantes a action diurétique
  • Maintenir son équilibre acido-basique

Il existe d’autres sortes de calculs qui peuvent se loger dans différents organes comme, la vésicule biliaire, le pancréas, les glandes salivaires, les voies lacrymales, il est préférable dans tous les cas de maitriser son acidité pour limiter leurs formations.

Enfin, le corps et l’esprit sont étroitement liés, il est possible que lorsque l’on entretient des pensées dures, de la rancune ou encore de la haine envers une personne il se peut que des calculs se forment.  Ces pensées peuvent aussi bien être dirigées contre nous-mêmes.

 

Pour en savoir plus, téléchargez librement votre guide 15 Symptômes qui Révèlent à Coup Sûr des Calculs Rénaux

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.