Calculs Biliaires : Les Signes qui ne Trompent Pas !

Aujourd’hui Jean-Paul Hagège, médecin gastroentérologue, répond aux questions des calculs biliaires selon son expertise.

 Qui est le plus à risque ?

“Les calculs de la vésicule peuvent apparaître chez tout le monde et à tout âge”. Toutefois, les personnes en surpoids sont plus souvent touchées et si vous êtes une femme, vous avez 2 à 3 fois plus de risque de faire des calculs biliaires qu’un homme. “Mais surtout, le risque devient plus important après 70 ans”.

Des douleurs soudaines au creux de l’estomac

Contrairement aux idées reçues, dans la plupart des cas, la douleur liée aux calculs biliaires se déclenche au niveau de l’épigastre, c’est-à-dire dans la zone de l’estomac (partie supérieure de l’abdomen comprise entre le sternum et l’ombilic)… et non à droite du ventre !
En pratique : Cette localisation peut faire penser à un infarctus ou à une douleur liée à un ulcère de l’estomac. Dans le doute, faites le 15 ou rendez-vous vite aux urgences.

Des douleurs sous le diaphragme

En cas de lithiases ou calculs biliaires, on peut aussi ressentir une douleur intense, voire insupportable, située à droite au niveau de l’hypocondre (région située au niveau de l’abdomen, sous le diaphragme) . “Typiquement, elle irradie alors dans l’épaule droite, et coupe la respiration”.
En pratique : Consultez immédiatement votre généraliste, faites le 15 ou rendez-vous aux urgences afin d’éviter les complications et de soulager la douleur.

Une douleur constante

Longtemps appelée “colique hépatique”, la crise de calculs biliaires n’a pourtant rien à voir avec les douleurs d’une gastroentérite, par poussées. En réalité la douleur est constante, et la crise dure souvent près de 2 heures.
En pratique : “Il faut lutter très vite contre la douleur en employant des antalgiques puissants, des anti-spasmodiques, voire de la morphine”. Consultez votre généraliste sur le champ, faites le 15 ou rendez-vous aux urgences.

Pas de symptômes dans 80% des cas

“Les calculs de la vésicule ou lithiases biliaires sont dus à de petits cristaux constitués le plus souvent de cholestérol. Ils se forment dans la vésicule et risquent d’obstruer les voies biliaires… Mais la plupart du temps, ils ne font pas mal… En réalité, les douleurs sont rares. Dans 80% des cas, on ne sent rien et aucun autre symptôme ne se manifeste.”
En pratique : Pas de panique ! La présence de calculs sans douleurs, ni complications ne nécessite pas d’intervention chirurgicale.

Attention aux complications !

“La principale raison de consulter en cas de crise de calculs biliaires, ou de se faire opérer, c’est d’abord de soulager la douleur intense qu’ils provoquent. Mais attention, il faut également voir en urgence un médecin si l’on présente des signes de complications. “Les vomissements, la fièvre supérieure à 39°, la jaunisse survenant pendant ou juste après la crise sont des signes de gravité. Ils apparaissent lorsqu’un calcul obstrue le canal reliant la vésicule à l’intestin (le cholédoque) et qu’une infection s’installe, pouvant conduire à la septicémie. On parle alors d’angiocholite”.

Quand se faire opérer ?

1- Lorsque ça fait mal . “Désormais, lorsque les calculs provoquent des douleurs de la vésicule, on pratique une cholécystectomie, c’est-à-dire que l’on enlève la vésicule biliaire”. Vous trouverez les 3 techniques couramment utilisés pour cela, notre guide gratuit sur les 53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires vous en dit bien plus.
L’opération se déroule par coelioscopie, sous anesthésie générale et ne nécessite que quelques jours d’hospitalisation. “Pas d’inquiétude, on vit très bien sans vésicule biliaire. En revanche, lorsque, comme c’est très majoritairement le cas, on découvre les calculs par hasard (ne provoquant aucune douleur), la vésicule est laissée en place”.
2- En cas de complications vésiculaires (angiocholite, cholecystite…).

Lithiases : quels examens doit-on vous faire passer ?

“L’examen indispensable en cas de lithiase biliaire (calculs) est l’échographie à jeun de la vésicule qui permet de vérifier l’état de celle-ci, de voir la présence de calculs, l’existence d’une complication : cholecystite (inflammation de parois), gonflement de la vésicule (hydrocholecyste)… “Elle est complétée par un dosage sanguin des enzymes hépatiques (transaminases) et de la lipase (enzyme pancréatique)”.
En pratique : votre médecin généraliste peut vous prescrire cet examen. Il vous renverra si besoin vers un gastroentérologue.

L’endoscopie en cas de complications

“En cas d’angiocholite (inflammation des canaux biliaires du foie, ndrl), une endoscopie est alors programmée”.
A l’aide d’un tuyau souple muni d’une caméra et de minuscules instruments, introduit dans le cholédoque, le médecin incise l’orifice inférieur du cholédoque (sphincter) afin de permettre l’écoulement de la bile et le ramonage de la voie biliaire principale. Cette opération, pratiquée sous anesthésie, s’appelle précisément une sphinctéroctomie oddienne.”

Avez-vous des Calculs Biliaires?

Le foie est un organe peu “innervé”, ce qui veut dire que vous éprouvez une gêne hépatique seulement lorsque le foie est obstrué à 60% de ses capacités. Autrement dit, vous passez de 1,6 litre de sang filtré par minute à 0,6 litre! A peine 1 tasse/minute!!

Retrouvez notre guide gratuit sur les 53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires.

Foie sain (à gauche) – Foie congestionné (à droite)

3 Techniques qu’utilise la Médecine Moderne pour extraire les Calculs Biliaires

Pour traiter ces calculs biliaires, la médecine moderne utilise 3 techniques, dont certaines ayant des conséquences graves sur votre santé:

1. les Médicaments (CDCA, UDCA)

Composées de sels biliaires, ces médicaments sont censés dissoudre les calculs au bout de 12 à 24 mois, mais il n’y a aucune garantie …

2. les Ondes Sonores (lithotritie)

Une méthode alternative qui utilise une série d’ondes sonores pour littéralement “pilonner” les calculs biliaires.

Une technique qui s’avère intéressante, mais qui peut entraîner de graves lésions rénales, augmenter la pression artérielle, libérer massivement les toxines encapsulées dans les calculs, ou encore provoquer des hémorragies internes…

3. la Chirurgie (ablation)

Avec une plus de 800 000 ablations de la vésicule biliaire chaque année aux Etats-Unis, soit une opération de l’ordre de 7000 à 9000 euros pour 30 à 45 minutes de colelioscopie, c’est un marché juteux de plus de 6 milliards de dollars dont auraient tort de se priver les professionnels de santé…

Bien sûr, comme toute opération, il y a des risques.

Voici une liste non exhaustive des complications que peuvent occasionner ce type d’intervention :

  • un risque de blessures des canaux biliaires,
  • aucune amélioration des symptômes ayant justifiés cette opération (les calculs étaient présents dans les canaux biliaires et non la vésicule),
  • le déplacement des calculs dans l’intestin grêle et le côlon, ce qui peut provoquer d’importante infection et une toxémie,
  • une ablation totalement inutile suite à une erreur de diagnostique qui présenté des symptômes similaires à une obstruction des voies biliaires (voir photo ci-dessous).

Ablation de la vésicule biliaire totalement obstruée par des calculs biliaires

(Copyright : CHU de Rouen)

 

Mais ce n’est pas tout!

Avez-vous une idée des conséquences d’une ablation de la vésicule biliaire?

Trop peu de médecins le savent et vous avertissent, voici les principaux risques encourus après une ablation de la vésicule biliaire :

  • la digestion partielle des aliments,
  • des symptômes qui persistent (les calculs obstruent les voies biliaires),
  • des calculs qui se multiplient de PLUS en PLUS vite dans les canaux biliaires,
  • un foie qui filtre de MOINS en MOINS et qui n’est plus capable d’assurer pleinement son rôle,
  • une élévation du taux de cholestérol,
  • une augmentation des risques de cancers, d’obésité, de diabète, de maladie rénales et maladies cardiaques…

Pour que votre intestin grêle digère et absorbe les graisses présentes dans votre alimentation, elles doivent être impérativement dissoutes par la bile, auquel cas les graisses non digérées rejoignent le côlon où elles seront en partie décomposées par la flore intestinale, puis évacuées par les selles…

Souvenez-vous, ce sont ces aliments partiellement digérés qui sont à l’origine des :

  • ballonnements,
  • gaz abdominaux persistants (flore intestinale de putréfaction),
  • perte d’appétit,
  • lourdeurs digestives,
  • excès alimentaires,
  • trouble du sommeil,
  • fatigue persistante,
  • obésité…

Même une hygiène de vie irréprochable peut cacher de nombreux calculs bloqués dans votre foie, pour en savoir plus retrouver notre guide gratuit sur les 53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires.

Source:
  • http://www.medisite.fr/digestion-calculs-biliaires-les-signes-qui-ne-trompent-pas.6330.49.html

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.