Les fraises sont toujours les plus contaminées de la liste “dirty dozen” – les 12 salopards –

Les fruits et légumes frais, qu’ils soient bio ou cultivés de façon conventionnelle, font partie des choix alimentaires les plus sains que vous puissiez faire.

Les produits bio présentent toutefois plusieurs avantages : ils sont généralement plus nutritifs, ils sont plus savoureux et, surtout, ils ne contiennent pas de résidus de pesticides, contrairement aux fruits et légumes cultivés de façon conventionnelle.

La première raison pour laquelle les gens passent au bio, c’est d’ailleurs pour éviter les pesticides et autres produits chimiques, et la majorité des américains consomment des aliments bio au moins occasionnellement.

Si votre budget ne vous permet pas d’acheter uniquement des produits bio – ou si l’offre est limitée dans votre région – il est utile de savoir quels aliments il vaut mieux acheter bio en priorité. En d’autres termes, quels sont les produits conventionnels les plus contaminés, et donc ceux qu’il est important d’acheter bio ?

Chaque année, l’Environmental Working Group (EWG – Groupe de travail pour l’environnement) publie la liste des « Dirty Dozen », c’est-à-dire la liste les 12 fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides. Pour 2018, vous allez constater que c’est un fruit familier qui a remporté la triste première place, pour la troisième année consécutive : la fraise.

Près de 70 % des fruits et légumes conventionnels contiennent des résidus de pesticides

L’EWG (Environmental Working Group – Groupe de travail pour l’environnement) a analysé des tests effectués par le département américain de l’agriculture (USDA), qui ont révélé que près de 70 % des échantillons de fruits et légumes cultivés de façon conventionnelle contiennent des résidus de pesticides. En tout, 230 pesticides et produits de dégradation de pesticides ont été identifiés sur plus de 38.800 échantillons non bio.

Si l’organisation professionnelle Alliance for Food and Farming, qui représente les grands producteurs de fruits et légumes et les fournisseurs de pesticides et d’engrais, a rapidement souligné que 99 % des taux de résidus de pesticides détectés sur les fruits et légumes étaient inférieurs aux normes de sécurité, établies par l’Agence pour la protection de l’environnement américaine (EPA), un rapport commandé par le Parlement européen a établi que le niveau actuel d’exposition pouvait déjà entrainer des effets négatifs sur la santé des enfants.

Une partie du problème réside dans le fait que les valeurs limites de « sécurité » ont été établies sur la base d’études sur les animaux, qui ont examiné les effets des pesticides pris individuellement, mais dans la réalité, l’homme est exposé à de multiples résidus de pesticides (et à d’autres substances chimiques) simultanément.

Au cours d’une recherche publiée dans le JAMA (Journal of the American Medical Association) de médecine interne, il a par exemple été démontré qu’une consommation importante de fruits et légumes fortement contaminés par des résidus de pesticides, était associée à une baisse de la probabilité de grossesse chez les femmes suivant un traitement contre la stérilité.

Plus précisément, la consommation quotidienne de deux portions, ou plus, de fruits et légumes fortement contaminés par des pesticides, était associée à une diminution de 26 % des chances de grossesse, par rapport aux femmes consommant moins de deux portions quotidiennes.

La consommation de fruits et légumes fortement contaminés par des résidus de pesticides est également associée à une diminution de la qualité du sperme chez l’homme. D’après une étude publiée dans Human Reproduction :

« En moyenne, les hommes situés dans le quartile le plus élevé en termes de consommation de fruits et légumes fortement contaminés aux pesticides (≥ 1,5 portion/jour) présentaient une numération totale des spermatozoïdes inférieure de 49 %, et un taux de spermatozoïdes morphologiquement normaux inférieur de 32 %, par rapport aux hommes situés dans le quartile le plus bas (< 0,5 portion/jour)…

Une consommation faible à modérée de fruits et légumes contaminés était associée à un pourcentage plus élevé de spermatozoïdes morphologiquement normaux. »

La fraise, première sur la liste des 12 fruits et légumes les plus contaminés

Comme en 2016 et 2017, la fraise est classée numéro 1 en termes de résidus de pesticides, avec jusqu’à 22 pesticides différents détectés sur un seul fruit.

Presque tous les échantillons de fraises (99 %) contenaient au moins un résidu de pesticide détectable, tandis que 20 % en contenaient 10 ou plus. L’EWG a souligné que des résidus de 81 types de pesticides ont été détectés en combinaisons variées sur les échantillons de fraises testés, avec une moyenne de 7,8 pesticides par échantillon.

En comparaison, les autres fruits et légumes contenaient en moyenne 2,1 types de pesticides par échantillon.

Non seulement les fraises font partie des cultures les plus fortement traitées, avec près de 300 livres de pesticides appliquées par demi hectare de fraises cultivées en Californie, mais des gaz neurotoxiques sont également utilisés pour éliminer les nuisibles et les mauvaises herbes des sols avant les plantations. Voici certains des produits chimiques les plus inquiétants parmi ceux utilisés sur les fraises :

  • La carbendazime, un fongicide perturbateur endocrinien qui a été interdit par l’Union Européenne (détectée sur 16 % des échantillons)
  • La Bifenthrine, un insecticide qui a été classé cancérigène possible pour l’homme par les autorités californiennes et l’EPA (détectée sur plus de 29 % des échantillons)

Comme je l’ai indiqué, les sols sont également fumigés avec des produits toxiques afin d’être désinfectés avant les plantations.

Bien que des films biodégradables soient utilisés pour maintenir les gaz sous la terre, il arrive que ces gaz (notamment de la chloropicrine, l’agent actif du gaz lacrimogène, et du 1,3-dichloropropène, un gaz cancérigène), s’échappent, polluant l’air et mettant en danger les fermiers et les résidents voisins.

Il existe des alternatives bio, notamment la rotation des cultures, qui permet de réduire les nuisibles, et la désinfection anaérobique des sols (DAS), qui consiste à mélanger du son de riz ou de la mélasse avec la couche superficielle du sol, à ajouter de l’eau, et à recouvrir le terrain d’un film biodégradable afin de tuer les agents pathogènes.

La liste ‘dirty dozen’ complète – les 12 fruits et légumes les plus contaminés

Quels sont les autres fruits et légumes qui contiennent le plus de résidus de pesticides ? Voici la liste complète ‘Dirty Dozen’ établie par l’EWG :

Les fraises Les épinards Les nectarines
Les pommes Le raisin Les pêches
Les cerises Les poires Les tomates
Le céleri Les pommes de terre Les poivrons

Cette année, la liste s’est même enrichie d’un 13ème ‘mauvais sujet’ : le piment fort. L’analyse a révélé la présence, sur certains piments testés, d’acéphate, de chlorpyriphos et d’oxamyl, des insecticides toxiques qui sont interdits sur certaines cultures.

En raison de cette présence potentielle, l’EWG conseille d’acheter des piments bio si vous en consommez souvent, ou au moins de les faire cuire avant de les manger si vous n’en trouvez pas de bio, car la cuisson peut contribuer à réduire les résidus de pesticides.

Il faut souligner que plus de 98 % des échantillons des six fruits et légumes les plus contaminés (fraises, épinards, pêches, nectarines, cerises et pommes) contenaient au moins un pesticide, et les épinards contenaient 1,8 fois plus de résidus de pesticides, à poids égal, que toute autre culture.

S’agissant des épinards, 76 % des échantillons contenaient des résidus de perméthrine. La perméthrine est un insecticide pyréthrinoïde – une substance chimique synthétique dérivée de substances chimiques naturelles présentes dans les chrysanthèmes.

Des études sur les animaux suggèrent que les pyréthrinoïdes provoquent des dommages neurologiques, des dommages au niveau du système immunitaire et des organes reproducteurs, et des chercheurs canadiens suggèrent qu’ils pourraient être associés à des problèmes de comportement chez les enfants.

Une étude a montré que la multiplication par 10 du taux urinaire d’un produit spécifique de décomposition des pyréthrinoïdes, double le risque que l’enfant soit signalé par ses parents comme ayant d’importants troubles du comportement, tels qu’inattention et hyperactivité. En Europe, l’utilisation de perméthrine n’est pas autorisée sur les cultures alimentaires.

Il faut également mentionner la diphénylamine, une substance chimique détectée sur 80 % des échantillons de pommes. Ce produit chimique, qui est répertorié comme pesticide mais ne tue ni les insectes, ni les mauvaises herbes, ni les champignons, est pulvérisé sur les pommes après récolte, pour prévenir l’apparition de taches noires sur leur peau pendant le stockage.

L’Union européenne n’autorise pas les importations de pommes traitées avec cette substance chimique, évoquant la potentielle formation de nitrosamines cancérigènes sur les fruits traités à la diphénylamine.

Aux États-Unis, l’EPA affirme que cette substance est sans danger, et les américains sont susceptibles d’y être exposés chaque fois qu’ils consomment des pommes non bio. « Les américains consommant en moyenne près de 5 kg de pommes crues par an, même une faible quantité de nitrosamines sur les pommes pourrait potentiellement représenter un risque pour la santé », a souligné l’EWG.

La liste ‘clean 15’ de l’EWG – les 15 fruits et légumes les moins contaminés

Vous vous demandez peut-être quels sont les fruits et légumes qui contiennent le moins de résidus de pesticides, et l’EWG a également établi cette liste. Les fruits et légumes suivants sont les « Clean 15 » de 2018, c’est-à-dire ceux sur lesquels les taux de résidus de pesticides qui ont été détectés sont les plus faibles :

Les avocats Le maïs doux Les ananas
Les choux Les oignons Les petits pois (surgelés)
Les papayes Les asperges Les mangues
Les aubergines Les melons Honey dew Les kiwis
Les melons Cantaloup Les choux-fleurs Les brocolis

S’agissant des avocats et du maïs doux, moins d’un pourcent des échantillons contenaient des pesticides, tandis que plus de 80 % des ananas, papayes, asperges, oignons et choux étaient également exempts de résidus de pesticides.

Aucun des échantillons des fruits et légumes de la liste des « Clean 15 » ne contenait plus de quatre pesticides, et seuls 5 % en contenaient deux, ou plus.

Comment éviter les résidus de pesticides

La recherche montre que manger bio permet de réduire le niveau de pesticides présents dans l’organisme.

Au cours d’une étude, lorsque les cinq membres d’une famille sont passés à une alimentation tout-bio pendant deux semaines, le niveau de pesticides dans leurs organismes a diminué de façon significative, et a été divisé par 6,7. Une autre étude, publiée dans Environmental Health Perspectives, est arrivée à des conclusions similaires.

Au cours de cette étude, l’alimentation de près de 4.500 personnes habitant dans six villes des États-Unis a été étudiée, et les niveaux d’exposition aux organophosphorés (OP), qui font partie des insecticides les plus utilisés dans les exploitations agricoles américaines, ont été mesurés.

Les personnes qui consommaient des fruits et légumes cultivés conventionnellement présentaient des concentrations élevées de métabolites d’OP, alors que celles qui consommaient des fruits et légumes bio présentaient des taux nettement plus faibles. Celles qui mangeaient « souvent ou toujours » bio présentaient des taux de résidus de pesticides d’environ 65% plus faibles que celles qui consommaient moins de fruits et légumes bio.

En plus de vous permettre d’être moins exposé aux pesticides, manger bio signifie que vous ne consommez pas d’OGM, puisque les manipulations génétiques, ou l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sont interdites dans les produits biologiques.

Non seulement les semences génétiquement modifiées sont interdites, mais les animaux élevés dans les fermes bio ne sont pas nourris de luzerne ni de maïs génétiquement modifiés. Cela signifie que vous pouvez aussi y gagner en nutriments.

Une étude britannique a démontré, par exemple, que les aliments produits de façon biologique contenaient des quantités « significativement » plus élevées d’antioxydants que les variétés cultivées de façon conventionnelle, notamment des composés bénéfiques liés à une réduction des risques de maladies chroniques, telles que maladies cardiaques ou maladies neurodégénératives, et certains cancers.

Une étude hongroise est arrivée à une conclusion similaire en comparant la composition chimique et la valeur nutritionnelle de végétaux cultivés de façon biologiques et de façon conventionnelle ; la variété bio est également arrivée première, présentant une teneur nettement plus élevée en vitamine C, en polyphénols, en flavonoïdes et en minéraux (ainsi que des taux plus faibles de résidus de pesticides, de nitrate et de certains métaux lourds).

En règle générale, si vous devez choisir quels produits acheter bio, je vous conseille de donner en premier lieu la priorité aux produits d’origine animale bio, puis de vous baser sur la liste ‘Dirty Dozen’ de l’EWG pour les fruits et légumes.

Quant aux fruits et légumes non bio que vous consommez, les laver avec une solution à base de bicarbonate de soude peut aider à éliminer une partie des pesticides de la surface, même si cela n’éliminera pas les résidus de produits chimiques qui ont pénétré sous la peau.

Vous pouvez également éplucher les fruits et légumes pour réduire les résidus de pesticides, mais cela signifie que vous éliminez aussi les composés sains qui sont contenus dans la peau (et par ailleurs, il peut malgré tout rester des résidus qui auront pénétré dans la chair).

Pour toutes ces raisons, la meilleure façon d’éviter les résidus de pesticides dans votre alimentation est de choisir des aliments qui n’y ont tout simplement pas été exposés, autrement dit, des aliments bio.

En bref

  • L’EWG (Environmental Working Group – Groupe de travail pour l’environnement) a analysé des tests effectués par le département américain de l’agriculture (USDA), qui ont révélé que près de 70 % des échantillons de fruits et légumes cultivés de façon conventionnelle contiennent des résidus de pesticides
  • En tout, 230 pesticides et produits de dégradation de pesticides ont été identifiés sur plus de 38.800 échantillons non bio
  • Les fraises arrivaient en première place en termes de résidus de pesticides, avec jusqu’à 22 types de pesticides décelés sur un seul fruit ; presque tous les échantillons de fraises (99 %) contenaient au moins un résidu de pesticide décelable, tandis que 20 % en contenaient 10, ou plus
  • Plus de 98 % des échantillons des six fruits et légumes les plus contaminés (fraises, épinards, pêches, nectarines, cerises et pommes) contenaient au moins un pesticide, et les épinards contenaient 1,8 fois plus de résidus de pesticides, à poids égal, que toute autre culture
  • La meilleure façon d’éviter les résidus de pesticides dans votre alimentation est de choisir des aliments qui n’y ont tout simplement pas été exposés, autrement dit, des aliments bio

Source:

-22%
319,00 249,00
-26%
229,00 169,00
-24%
229,00 175,00
-23%
229,00 177,00
-26%
229,00 169,00

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.