Comment prendre soin de votre foie?

Aux changements de saison, il est important de nettoyer l’organisme des toxines accumulées.

Pourquoi ? 

Le rôle principal du foie est de filtrer le sang : toutes les toxines qui entrent dans votre corps depuis une source externe ou ceux qui sont générées par les activités cellulaires quotidiennes naturelles sont répercutées à votre foie pour être désactivées, traitées et éliminées.

Le foie a plus de 500 fonctions et son rôle dans la désintoxication est une de ses fonctions les plus importantes.

Les principaux symptômes dû à une perturbation hépatique et vésiculaire sont :

  • les troubles digestifs en général avec ballonnements et gaz post-prandiaux, lenteur digestive, constipation et/ou diarrhée (par manque de libérations de la bile)
  • difficulté à digérer les graisses
  • langue blanche, haleine fétide
  • nausée, vomissement, vertige, bouche pâteuse, migraine après les repas
  • asthénie, grosse fatigue inexpliquée
  • sommeil de mauvaise qualité non récupérateur
  • troubles cutanés, acné, eczéma

 

>>Recevez les 53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires.

  

Les glucides aussi coupables que les graisses

Lorsque vous mangez des hydrates de carbone, (« sucres), ceux-ci sont digérés et réduits en glucose. Ce sucre simple passe dans le sang, via la veine porte issue de la deuxième partie de l’intestin grêle qui transporte ce glucose jusqu’à nos hépatocytes (cellules du foie).

Celui-ci prend le glucose dont il a besoin pour ses propres métabolismes énergétiques personnels. Le reste du glucose, non utilisé par le foie, est ensuite : soit stocké sous forme de glycogène au niveau du foie et au niveau musculaire dans l’attente d’une éventuelle utilisation énergétique ; soit utilisé à des fins énergétiques au niveau de nos milliards de cellules pour assumer leurs différentes fonctions. Il est important que ce glucose ne doit pas être transformé et stocké en excès dans le foie.

Bien mastiquer

Il s’agit d’une notion tellement simple mais primordiale, à garder toujours présente à l’esprit. Une alimentation mal mastiquée et/ou suite à un repas mangé trop rapidement, alourdit considérablement le travail de nos organes digestifs, et bien entendu de notre foie. Les symptômes peuvent se répercuter sur une fatigue digestive, épuisement du foie, pancréas, régurgitation stomacalemauvaise assimilation intestinale

Réchauffez votre foie

Le foie est l’organe le plus chaud de notre organisme. Quand cet organe est soumis à des conditions climatiques inférieures à sa température, il ne peut plus honorer ses capacités, notamment celle de drainage des déchets métaboliques. Ainsi la raison d’appliquer une bouillotte chaude ou une serviette chaude à la région du foie, ou de prendre un bain chaud pour rétablir le fonctionnement hépatique et permettre également une accélération du début sanguin et donc une meilleure épuration.

Les émotions refoulées

On sait depuis très longtemps que les émotions s’inscrivent dans le corps, où elles peuvent produire douleurs et malaises divers.

Le foie est un véritable réservoir des émotions refoulées.

Tous les « non dits », toutes les émotions fortes que vous n’avez pas exprimées quelle qu’en soit la raison, tous les élans réprimés ont laissé ou laisseront leur empreinte sur les cellules hépatiques.

Il est notamment important de fuir le stress lors du repas. Manger dans la joie fait passer les repas plus correctement.

Bien dormir

Durant notre sommeil nocturne et naturel, il se déroule des phases de récupération physique et psychique et le foie est un organe qui s’auto-répare durant la nuit et principalement dans les premières phases du sommeil grâce à une hormone, la GH, hormone de croissance qui gère harmonieusement la réparation tissulaire dans son ensemble.

Le manque de sommeil nocturne et naturel, mais aussi le manque de sommeil récupérateur, engendre une dysharmonie immunitaire et hépatique. Il convient donc, pour ceux qui veulent bien se porter « hépatiquement », de veiller au sommeil afin que celui-ci soit récupérateur tant sur le plan physique que psychologique.

Faut-il alors drainer ou régénérer le foie ?

Pourquoi existe t’il des plantes pour le foie qui ne vont pas agir, ou à l’inverse vont agir trop fortement et engendrer des effets secondaires hépatiques.

Et bien, pour la raison qu’il existe des plantes qui régénèrent le foie et d’autres qui le drainent.

Alors quelle est la différence ?

On utilise des plantes drainantes lorsque le foie est tonique, vital et qu’il possède un certain potentiel énergétique qui peut lui faire supporter un travail drainant supplémentaire, ce qui sera bénéfique pour nos autres émonctoires ainsi soulagés.

On utilise des plantes régénératrice hépatiques lorsque notre foie est fatigué, surchargé, épuisé, par ses multiples fonctions que vous sollicitez en permanence, souvent sans le savoir… ou presque.

Cette distinction est fondamentale, imaginez que vous drainiez un foie déjà défaillant, vous allez lui ajouter un travail supplémentaire, qui risque de l’achever et engendre des symptômes à l’inverse souhaité.

Il y a également des plantes cholérétique, qui augmente la sécrétion biliaire au niveau des cellules hépatique.

Il conviendra de doser intelligemment la plante que l’on souhaite bénéfique pour le foie. Si la consommation est trop importante, on assistera éventuellement à une débâcle intestinale et si c’est trop faible, il n’y aura aucun résultat probant.

Ainsi, il faut trouver la dose personnelle.

Certaines plantes peuvent être consommées en salade (par exemple, pissenlit, radis noir, artichaut…), mais aussi en décoction ou infusion ou encore en teinture-mère ou en gemmothérapie (bourgeons de plantes) ou en suspension de plantes fraîches (SIPF), ou encore de plantes entières réduites en poudre

Les plantes les plus connues étant : radis noir, artichaut, chrysantellum americanum, chardon-marie, desmodium ascendens, romarin, fumeterre, boldo…

 

Avez-vous des Calculs Biliaires?

Le foie est un organe peu “innervé”, ce qui veut dire que vous éprouvez une gêne hépatique seulement lorsque le foie est obstrué à 60% de ses capacités. Autrement dit, vous passez de 1,6 litre de sang filtré par minute à 0,6 litre! A peine 1 tasse/minute!!

Découvrez les 53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires.

Foie sain (à gauche) – Foie congestionné (à droite)

3 Techniques qu’utilise la Médecine Moderne pour extraire les Calculs Biliaires

Pour traiter ces calculs biliaires, la médecine moderne utilise 3 techniques, dont certaines ayant des conséquences graves sur votre santé:

1. les Médicaments (CDCA, UDCA)

Composées de sels biliaires, ces médicaments sont censés dissoudre les calculs au bout de 12 à 24 mois, mais il n’y a aucune garantie …

2. les Ondes Sonores (lithotritie)

Une méthode alternative qui utilise une série d’ondes sonores pour littéralement “pilonner” les calculs biliaires.

Une technique qui s’avère intéressante, mais qui peut entraîner de graves lésions rénales, augmenter la pression artérielle, libérer massivement les toxines encapsulées dans les calculs, ou encore provoquer des hémorragies internes…

3. la Chirurgie (ablation)

Avec une plus de 800 000 ablations de la vésicule biliaire chaque année aux Etats-Unis, soit une opération de l’ordre de 7000 à 9000 euros pour 30 à 45 minutes de colelioscopie, c’est un marché juteux de plus de 6 milliards de dollars dont auraient tort de se priver les professionnels de santé…

Bien sûr, comme toute opération, il y a des risques.

Voici une liste non exhaustive des complications que peuvent occasionner ce type d’intervention :

  • un risque de blessures des canaux biliaires,
  • aucune amélioration des symptômes ayant justifiés cette opération (les calculs étaient présents dans les canaux biliaires et non la vésicule),
  • le déplacement des calculs dans l’intestin grêle et le côlon, ce qui peut provoquer d’importante infection et une toxémie,
  • une ablation totalement inutile suite à une erreur de diagnostique qui présenté des symptômes similaires à une obstruction des voies biliaires (voir photo ci-dessous).

Ablation de la vésicule biliaire totalement obstruée par des calculs biliaires

(Copyright : CHU de Rouen)

 

Mais ce n’est pas tout!

Avez-vous une idée des conséquences d’une ablation de la vésicule biliaire?

Trop peu de médecins le savent et vous avertissent, voici les principaux risques encourus après une ablation de la vésicule biliaire :

  • la digestion partielle des aliments,
  • des symptômes qui persistent (les calculs obstruent les voies biliaires),
  • des calculs qui se multiplient de PLUS en PLUS vite dans les canaux biliaires,
  • un foie qui filtre de MOINS en MOINS et qui n’est plus capable d’assurer pleinement son rôle,
  • une élévation du taux de cholestérol,
  • une augmentation des risques de cancers, d’obésité, de diabète, de maladie rénales et maladies cardiaques…

Pour que votre intestin grêle digère et absorbe les graisses présentes dans votre alimentation, elles doivent être impérativement dissoutes par la bile, auquel cas les graisses non digérées rejoignent le côlon où elles seront en partie décomposées par la flore intestinale, puis évacuées par les selles…

Souvenez-vous, ce sont ces aliments partiellement digérés qui sont à l’origine des :

  • ballonnements,
  • gaz abdominaux persistants (flore intestinale de putréfaction),
  • perte d’appétit,
  • lourdeurs digestives,
  • excès alimentaires,
  • trouble du sommeil,
  • fatigue persistante,
  • obésité…

Même une hygiène de vie irréprochable peut cacher de nombreux calculs bloqué dans votre foie, pour en savoir plus retrouvez notre guide gratuit sur les 53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires.

Source:
  • http://www.naturopathebordeaux.fr/le-foie/

 

 

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.