8 ingrédients dangereux dans les sushis !

La plupart des gens considèrent les sushis comme un plat sain lorsqu’ils dinent au restaurant, ou lorsqu’ils cherchent un repas facile Ă  emporter, puisque l’on trouve aujourd’hui des sushis tout prĂŞts dans de nombreux magasins d’alimentation.

Bien entendu, si vous commandez des sushis frits, vous savez sans doute que tout ce qui est au menu de votre restaurant asiatique favori n’est pas vraiment sain.

Mais ce qui pourrait surprendre mĂŞme les amateurs de sushis les plus soucieux de leur santĂ©, est la prĂ©sence d’ingrĂ©dients potentiellement dangereux dans des plats qui peuvent pourtant sembler d’excellents choix – comme la salade d’algues, le wasabi, ou le gingembre pour sushi.

Téléchargez librement les 14 signes qui témoignent de parasites dans votre organisme

Des ingrédients dangereux cachés dans 8 composants courants des sushis

Un rapport Ă©loquent rĂ©digĂ© par Andrea Donsky, fondateur de NaturallySavvy, a rĂ©vĂ©lĂ© la prĂ©sence de nombreux ingrĂ©dients ‘pas-vraiment-sains’ que l’on trouve dans des plats asiatiques populaires.

  1. La salade d’alguesLes algues sont une excellente source d’iode, de vitamines et de minĂ©raux, si elles proviennent d’eaux claires, non polluĂ©es. Mais la salade d’algues proposĂ©e dans de nombreux restaurants Ă  sushis leur est livrĂ©e toute prĂŞte, en vrac, par des sociĂ©tĂ©s de distribution, et est susceptible de contenir :
    • Du sirop de glucose-fructose
    • De l’huile vĂ©gĂ©tale
    • Des protĂ©ines hydrolysĂ©es (qui contiennent du glutamate de sodium, ou MSG)
    • Des colorants artificiels, tels que le jaune n° 4 et le bleu n° 1
    • Des ingrĂ©dients gĂ©nĂ©tiquement modifiĂ©s

    Le signe infaillible indiquant que votre salade de sushis contient certains de ces ingrĂ©dients « prĂ©-emballĂ©s » est une couleur vert vif artificielle. Vous pouvez Ă©galement demander directement au restaurateur s’il prĂ©pare lui-mĂŞme sa salade d’algues.

  2. Le gingembreLe gingembre offre des bienfaits phĂ©nomĂ©naux pour la santĂ©, dans des domaines allant des nausĂ©es et douleurs d’arthrite Ă  la santĂ© cardiaque et Ă  l’asthme. Malheureusement, le gingembre marinĂ© qui est gĂ©nĂ©ralement servi avec les sushi est souvent trafiquĂ© et mĂ©langĂ© Ă  de dangereux additifs, notamment :
    • Du glutamate de sodium
    • De l’aspartame
    • Du sorbate de potassium (un conservateur)
    • Des colorants artificiels, notamment du rouge n° 40 qui est associĂ© Ă  l’hyperactivitĂ© chez les enfants (lorsque le gingembre est rose)
  3. Le wasabiLa moutarde japonaise vert vif, connue sous le nom de wasabi, a des effets anti-inflammatoires, antimicrobiens, anti-plaquettaires et, potentiellement, anti-cancer. Toutefois, cela concerne le wasabi authentique  (celui qui est fabriqué à partir de la racine ou du rhizome de wasabia japonica).Le wasabi authentique est très difficile à trouver, même au Japon, et on estime que seulement 5% des restaurants au Japon et seuls les restaurants très haut de gamme aux États-Unis servent le véritable condiment.Quelle est donc cette pâte verte servie avec vos sushis ? Probablement un mélange de raifort, de moutarde chinoise et de colorant vert. Le rapport mentionné plus haut a trouvé les ingrédients suivants dans du wasabi :
    • Des arĂ´mes artificiels
    • Des colorants artificiels
    • Des ingrĂ©dients potentiellement gĂ©nĂ©tiquement modifiĂ©s (maĂŻs et soja)

    Le mieux est de trouver du « wasabi » préparé uniquement à base de raifort, de spiruline et de curcuma, qui est certainement beaucoup plus sain que les impostures servies dans la plupart des restaurants à sushis.

  4. Graines de sĂ©sameEt oui… MĂŞme les graines de sĂ©same sont susceptibles de contenir des ingrĂ©dients cachĂ©s ! Bien que la plupart des restaurants Ă  sushi utilisent des graines de sĂ©same simplement grillĂ©es dans leurs plats, il existe des graines de sĂ©same parfumĂ©es sur le marchĂ© qui contiennent Ă©galement :
    • Des colorants artificiels
    • Des Ă©dulcorants artificiels (sucralose)
  5. Sauce sojaLa sauce soja qui est servie avec vos sushi peut Ă©galement contenir des additifs qu’il vaut mieux Ă©viter, Ă  savoir :
    • Des colorants artificiels
    • Des Ă©dulcorants artificiels (sucralose)
  6. Le rizLe riz utilisé pour faire les sushis peut également contenir des ingrédients cachés, utilisés pour lui donner une saveur plus sucrée. Le rapport que nous avons mentionné a révélé que le riz à sushis peut contenir :
    • Du sirop de glucose-fructose
    • De l’aspartame
  7. Les sticks de crabe (ou surimi)Le surimi est parfois préparé avec du cohana doré, qui est un poisson en voie d’extinction, mais ce n’est pas tout. Il est également susceptible de contenir des additifs tels que :
    • Du glutamate de sodium
    • Des arĂ´mes artificiels
  8. Les Ĺ“ufs de poisson (caviar assaisonnĂ©)Les Ĺ“ufs de poisson oranges souvent servis avec les plats de sushis sont Ă©galement souvent pleins d’additifs, du type de ceux que l’on trouve dans d’autres plats asiatiques. Entre autres :
    • Du glutamate de sodium
    • Des arĂ´mes artificiels

Les sushis au thon ou au vivaneau ne contiennent probablement pas ce que vous croyez

Si l’on tient compte de tous les additifs que l’on trouve dans de nombreux plats de sushis, il est clair que cet aliment potentiellement sain a succombĂ© au piège des additifs artificiels et autres ingrĂ©dients superflus de l’alimentation industrielle, au lieu de s’en tenir aux vrais ingrĂ©dients de qualitĂ©. Mais il y a bien plus grave encore…

Lorsque vous pensez manger du thon dans votre restaurant Ă  sushis favori, il y a de grandes chances pour que ce n’en soit pas. En effet, la majeure partie du poisson vendu comme « thon blanc » est souvent remplacĂ©e par de l’escolier, un poisson qui peut provoquer de graves troubles digestifs, notamment l’évacuation rectale d’une matière huileuse.

Oceana a effectuĂ© des tests d’ADN sur plus de 1200 Ă©chantillons de poisson Ă  travers tous les États-Unis et a dĂ©couvert qu’un tiers Ă©taient mal Ă©tiquetĂ©s. Le vivaneau rouge avait le taux le plus Ă©levĂ© d’étiquetage erronĂ© (87% des Ă©chantillons de « vivaneau rouge » n’en Ă©taient pas), et le thon suivait derrière avec 59% d’étiquetage erronĂ©.

Dans les restaurants à sushis, 74% des échantillons de poisson étaient mal étiquetés. Et cela dans chaque restaurant dans lesquels des échantillons avaient été testés, y compris dans de grandes régions métropolitaines comme Chicago, Austin, New York et Washington DC.

Dans de nombreux cas, le poisson à l’étiquetage erroné avait été remplacé par une variété moins chère, moins appréciée et/ou plus facilement disponible. Plus de 90% du poisson consommé aux États-Unis est importé, mais 1% seulement des importations sont inspectées pour détecter les fraudes, ce qui peut expliquer cette situation véritablement hors de contrôle.

Les sushi au thon ont généralement une teneur élevée en mercure

La plupart des grandes voies navigables du monde sont contaminées au mercure, aux métaux lourds et aux substances chimiques telles que des dioxines, des BPC et autres substances chimiques à usage agricole qui finissent dans l’environnement.

Le poisson est depuis toujours la meilleure source d’acides gras omĂ©ga 3 d’origine animale, EPA et DHA, mais avec l’augmentation de la pollution, ce trĂ©sor alimentaire pour la santĂ© est devenu une source de bonnes graisses de moins en moins fiable.

C’est particulièrement vrai pour le thon, qui est un poisson Ă  teneur gĂ©nĂ©ralement Ă©levĂ©e en mercure. Une Ă©tude de l’Institut d’Ă©tudes gĂ©ologiques des États-Unis a rĂ©vĂ©lĂ© que TOUS les thons testĂ©s contenaient des quantitĂ©s assez Ă©levĂ©es de mercure. La contamination pourrait mĂŞme ĂŞtre pire dans les restaurants, ce qui confirme à nouveau que manger du thon au restaurant peut ĂŞtre risquĂ©.

De plus, des tests toxicologiques rĂ©alisĂ©s dans le cadre d’une autre Ă©tude ont rĂ©vĂ©lĂ© que le thon vendu dans les restaurants prĂ©sentait en fait des taux plus Ă©levĂ©s de mercure que les variĂ©tĂ©s trouvĂ©es en magasin. L’explication est que les restaurants ont tendance Ă  favoriser certaines espèces de thon, telles que l’akami ou le thon obèse (bigeye), qui prĂ©sentent des taux de mercure nettement plus Ă©levĂ©s que le thon gras et le thon jaune.

Malheureusement, le mercure a tendance Ă  s’accumuler davantage dans le muscle que dans la graisse, ce qui rend ces espèces de thon plus maigres et très prisĂ©es, plus susceptibles d’être hautement contaminĂ©es.

Pouvez-vous continuer à vous régaler des sushis que vous aimez ?

Si vous aimez les sushis et voulez continuer à vous en régaler sans prendre de risques inutiles pour votre santé, essayez d’en préparer vous-même. Vous pouvez acheter un poisson entier, peu contaminé au mercure, comme un saumon sauvage d’Alaska sockeye, et utiliser du gingembre et du wasabi naturels en condiments.

Si cela vous semble compliqué, consultez l’un des nombreux tutoriels disponibles sur Internet, sur la façon de réaliser simplement des sushis chez soi.

De plus, lorsque je consomme du poisson, je veille à prendre également des comprimés de chlorelle . La chlorelle est un puissant capteur de mercure et sa prise avec le poisson permet d’en capter le mercure avant qu’il ne soit absorbé par le corps, et il est ainsi éliminé naturellement avec les selles.

Si vous souhaitez diner dehors, choisissez un restaurant haut de gamme dans lequel les plats, comme la salade d’algues, sont prĂ©parĂ©s sur place, et qui rĂ©vèlera volontiers les ingrĂ©dients utilisĂ©s. Évitez le thon, Ă  cause de sa teneur en mercure, et prĂ©fĂ©rez-lui le saumon sauvage qui en contient moins, et pensez Ă  apporter votre propre wasabi et gingembre marinĂ© (dont vous trouverez des versions naturelles dans certains magasins diĂ©tĂ©tiques).

 Vous pouvez également essayer des versions entièrement végétariennes et laisser de côté le poisson, si vous avez un doute à propos de sa variété ou de pureté.

Veillez Ă  Ă©viter les sushis prĂ©parĂ©s Ă  base de poisson d’Ă©levage. Souvenez-vous que les Ă©levages de poisson sont la version aquatique des CAFO (opĂ©rations d’alimentation des animaux enfermĂ©s), et tout comme les Ă©levages de bovins ou de poulets, ils engendrent des maladies en entassant les poissons dans des espaces confinĂ©s.

Ils produisent également des déchets toxiques, et un poisson de moins bonne qualité. De plus, ces poissons sont contaminés par des médicaments et des aliments à base de maïs et de soja génétiquement modifiés, et dans le cas du saumon, par de l’astaxanthine synthétique, élaborée à partir de produits pétrochimiques, et qui n’est pas autorisée à la consommation par l’Homme.

 

Pour aller plus loin, téléchargez les 14 signes qui témoignent de parasites dans votre organisme

 

En bref

  • Les ingrĂ©dients courants des sushis et autres plats asiatiques contiennent souvent du glutamate de sodium (MSG), des Ă©dulcorants artificiels, du sirop de glucose-fructose, des ingrĂ©dients gĂ©nĂ©tiquement modifiĂ©s, des colorants et des arĂ´mes artificiels
  • Salade d’algues, gingembre marinĂ©, wasabi, sauce soja, et mĂŞme le riz Ă  sushis et les graines de sĂ©same sont susceptibles de contenir des ingrĂ©dients et additifs artificiels
  • Les sushis servis dans les restaurants sont souvent Ă©laborĂ©s Ă  partir d’un poisson diffĂ©rent de ce qui est indiqué ; ils sont Ă©galement parfois riches en mercure ou autres polluants
  • Si vous aimez les sushis, essayez d’en prĂ©parer vous-mĂŞme en achetant un poisson entier non polluĂ©, comme un saumon sauvage sockeye d’Alaska

Source:

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

5 Commentaires sur “🍣8 ingrĂ©dients dangereux dans les sushis !

  1. Alexandre says:

    la seule chose de bonne c’est l’algue et quand elle est crue :p les sushis vĂ©gĂ©taux, et crus sont très bon pour la santĂ© avec de l’aminos de coco ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.