Qu’est-ce qu’un calcul biliaire ?

Les calculs biliaires (ou calcul biliaire) sont souvent la cause de douleurs abdominales. Ils sont souvent le signe de cholestérol ainsi que d’une mauvaise élimination des déchets par le corps. Ils sont constitués soit de cholestérol pur (80% des cas) soit d’un mélange cholestérol/calcium/sels biliaires.

Pour bien comprendre, les calculs biliaires (ou lithiase biliaire) apparaissent lors d’une surcharge de particules graisseuses dans la bile. Elles se collent ensembles puis durcissent, ce qui crée alors des cristaux pour arriver à de véritables cailloux. Lorsque les calculs sont de petites tailles, ils s’échappent de la vésicule et seront éliminés au cours de la digestion sans même que l’on s’en rend compte. Et c’est le cas pour 10% d’entre nous qui hébergeons des calculs sans le savoir.

En revanche, lorsque les calculs sont trop gros, ils ne peuvent sortir de la vésicule et bouchent le canal cholédoque qui relie la vésicule biliaire à l’intestin grêle et au foie. Cela entraîne alors une inflammation de la vésicule biliaire qui gonfle. Cela crée ainsi des douleurs au niveau abdominal et au niveau de la cage thoracique. La vésicule est donc pleine de bile qui ne s’écoule pas et l’organisme n’arrive plus à digérer les graisses. Cela engendre par la suite des nausées.

 

Avez-vous des Calculs Biliaires?

Le foie est un organe peu “innervé”, ce qui veut dire que vous éprouvez une gêne hépatique seulement lorsque le foie est obstrué à 60% de ses capacités. Autrement dit, vous passez de 1,6 litre de sang filtré par minute à 0,6 litre! A peine 1 tasse/minute!!

Découvrez les “53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires“.

Foie sain (à gauche) – Foie congestionné (à droite)

3 Techniques qu’utilise la Médecine Moderne pour extraire les Calculs Biliaires

Pour traiter ces calculs biliaires, la médecine moderne utilise 3 techniques, dont certaines ayant des conséquences graves sur votre santé:

1. les Médicaments (CDCA, UDCA)

Composées de sels biliaires, ces médicaments sont censés dissoudre les calculs au bout de 12 à 24 mois, mais il n’y a aucune garantie …

2. les Ondes Sonores (lithotritie)

Une méthode alternative qui utilise une série d’ondes sonores pour littéralement “pilonner” les calculs biliaires.

Une technique qui s’avère intéressante, mais qui peut entraîner de graves lésions rénales, augmenter la pression artérielle, libérer massivement les toxines encapsulées dans les calculs, ou encore provoquer des hémorragies internes…

3. la Chirurgie (ablation)

Avec une plus de 800 000 ablations de la vésicule biliaire chaque année aux Etats-Unis, soit une opération de l’ordre de 7000 à 9000 euros pour 30 à 45 minutes de colelioscopie, c’est un marché juteux de plus de 6 milliards de dollars dont auraient tort de se priver les professionnels de santé…

Bien sûr, comme toute opération, il y a des risques.

Voici une liste non exhaustive des complications que peuvent occasionner ce type d’intervention :

  • un risque de blessures des canaux biliaires,
  • aucune amélioration des symptômes ayant justifiés cette opération (les calculs étaient présents dans les canaux biliaires et non la vésicule),
  • le déplacement des calculs dans l’intestin grêle et le côlon, ce qui peut provoquer d’importante infection et une toxémie,
  • une ablation totalement inutile suite à une erreur de diagnostique qui présenté des symptômes similaires à une obstruction des voies biliaires (voir photo ci-dessous).

Ablation de la vésicule biliaire totalement obstruée par des calculs biliaires

(Copyright : CHU de Rouen)

 

Mais ce n’est pas tout!

Avez-vous une idée des conséquences d’une ablation de la vésicule biliaire?

Trop peu de médecins le savent et vous avertissent, voici les principaux risques encourus après une ablation de la vésicule biliaire :

  • la digestion partielle des aliments,
  • des symptômes qui persistent (les calculs obstruent les voies biliaires),
  • des calculs qui se multiplient de PLUS en PLUS vite dans les canaux biliaires,
  • un foie qui filtre de MOINS en MOINS et qui n’est plus capable d’assurer pleinement son rôle,
  • une élévation du taux de cholestérol,
  • une augmentation des risques de cancers, d’obésité, de diabète, de maladie rénales et maladies cardiaques…

Pour que votre intestin grêle digère et absorbe les graisses présentes dans votre alimentation, elles doivent être impérativement dissoutes par la bile, auquel cas les graisses non digérées rejoignent le côlon où elles seront en partie décomposées par la flore intestinale, puis évacuées par les selles…

Souvenez-vous, ce sont ces aliments partiellement digérés qui sont à l’origine des :

  • ballonnements,
  • gaz abdominaux persistants (flore intestinale de putréfaction),
  • perte d’appétit,
  • lourdeurs digestives,
  • excès alimentaires,
  • trouble du sommeil,
  • fatigue persistante,
  • obésité…

Même une hygiène de vie irréprochable peut cacher de nombreux calculs bloqué dans votre foie, pour en savoir plus retrouvez notre guide gratuit sur les “53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires“.

6 astuces diététiques qui préviennent les calculs biliaires

  1. Limiter les « mauvaises graisses» (acide gras saturé et Trans) telles que :
    • Les charcuteries et le beurre
    • Le fromage (pas plus de 30 g/j)
    • Les produits industriels type plats tout prêt
    • Et n’oubliez pas de réduire au maximum la consommation de viennoiseries, pâtisseries, biscuits, barres chocolatées
  2. Limiter les aliments riches en cholestérol 
    • Le jaune d’œuf
    • Les matières grasses d’origine animale : telles que le beurre, la crème fraîche…
    • Les abats (surtout la cervelle et le foie)
    • La charcuterie et les morceaux gras des viandes (le porc par exemple)
    • Le fromage
    • Avoir une consommation raisonnée de beurre : pas plus de 20g/j. Il est évidemment possible de choisir des versions allégées.
    • Eviter les excès de charcuterie, peut-être à l’exception du jambon maigre
    • Pas plus d’une part de fromage par jour (30g)
    • Privilégier le poisson (2 à 3 fois par semaine, y compris des poissons gras)
    • Assurer un apport suffisant en fibres, en privilégiant par exemple les légumes, les féculents et céréales complets
    • Avoir une consommation d’alcool acceptable (< 30g/j), mais l’apport doit être contrôlé dans les hypertriglycéridémies (et le surpoids)
  3. Favoriser les « bonnes graisses » :
    • poissons gras (oméga-3)
    • huile végétale (oméga-3, oméga-6, oméga-9)
    • fruits oléagineux (amande,…)
  4. Faire plus de petits repas: Mangez plus souvent (pas plus !) en petites quantités afin de favoriser la contraction de la vésicule qui éliminera mieux les déchets.
  5. Perdre du poids, sans faire de régimes trop restrictifs.
    Perdez lentement pour ne pas augmenter le taux de cholestérol dans votre vésicule
  6. Favoriser les fruits et légumes et les féculents complets. En effet, leurs fibres et protéines végétales facilite la dissolution des calculs.

Source:
  • http://www.naturopathie82.com/archives/2016/04/27/28399255.html
  • https://restez-mince.com/sante/nutrition/calcul-biliaire-6-regles/

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.