Résumé : Diabète

  • Le diabète de type 2 est souvent lié à un manque d’exercice et à une alimentation riche en glucides amidonnés ou en sucre, ce qui entraîne une résistance à la leptine et à l’insuline.
  • Deux types d’exercices particulièrement efficaces pour contrôler le diabète sont les exercices de haute intensité et la musculation, bien que toute activité physique soit bénéfique.
  • Les exercices de haute intensité et la musculation améliorent la sensibilité à l’insuline et aident à réguler le taux de sucre dans le sang.
  • Les mouvements du quotidien, comme se lever de sa chaise, sont également importants car ils activent les systèmes médiés par l’insuline et favorisent la gestion de la glycémie, des triglycérides et du cholestérol au niveau moléculaire.

Prévenir le Diabète : Musculation et exercices intenses !

Le diabète de type 2 est causé par une résistance à la leptine et à l’insuline due à un manque d’exercice et à une alimentation riche en glucides. Cependant, cette maladie peut être inversée en adoptant un régime alimentaire pauvre en glucides et riche en bonnes graisses, tel que décrit dans le livre “Burn Fat for Fuel”. Associé à des exercices quotidiens et au jeûne, il est possible de constater des résultats rapides.

Des études, dont celle publiée dans la revue “Medicine & Science in Sports & Exercise”, ont démontré qu’une seule séance d’exercices modérés peut améliorer la régulation du glucose et réduire les pics de glycémie après les repas.

Pour contrôler le diabète, les exercices de haute intensité et la musculation se sont révélés particulièrement efficaces, mais toute forme d’activité physique a un effet positif, plus ou moins important.

Contrairement à l’idée répandue que le diabète de type 2 est irréversible et nécessite uniquement un contrôle médicamenteux, cette approche basée sur l’alimentation et l’exercice offre une alternative prometteuse pour renverser cette maladie courante. Il est donc essentiel que les personnes atteintes de diabète de type 2 soient conscientes de ces possibilités pour améliorer leur santé et leur qualité de vie.

Renforcez vos muscles, réduisez votre risque de diabète !

Une étude récente publiée dans les comptes-rendus de la clinique Mayo a révélé un lien entre la force musculaire et l’incidence du diabète de type 2. Sur une période de suivi de 8,3 ans et avec 4.681 participants, il a été constaté que ceux ayant une force musculaire modérée avaient un risque de développer un diabète de type 2 réduit de 32 % par rapport à ceux ayant une force musculaire faible. Cependant, aucune association significative n’a été trouvée entre une force musculaire élevée et le risque de diabète de type 2. Les chercheurs ont conclu que la force musculaire modérée est liée à une diminution du risque de diabète de type 2, indépendamment de la capacité cardiorespiratoire estimée. Des études supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre la relation entre la force musculaire et le diabète de type 2.

Renforcez vos muscles pour améliorer votre métabolisme du glucose et votre sensibilité à l’insuline !

L’exercice de musculation améliore le métabolisme du glucose en stimulant la translocation des transporteurs de glucose de type 4 (GLUT4) dans les muscles squelettiques, selon une étude publiée dans la revue BioMed Research International en 2013. Cette translocation, induite par la contraction musculaire, régule l’absorption du glucose par les muscles, contribuant ainsi à réduire le risque de diabète. De plus, la musculation augmente la sensibilité à l’insuline, en permettant aux muscles maigres d’utiliser plus efficacement l’insuline et de mieux contrôler la glycémie. En outre, l’excès de consommation d’oxygène post-exercice causé par la musculation offre d’autres bienfaits potentiels pour la santé.

Des mouvements quotidiens essentiels, même si vous pratiquez régulièrement du sport !

La musculation et les exercices de type HIIT sont essentiels pour contrôler le diabète, mais ils peuvent ne pas suffire. Les mouvements du quotidien sont tout aussi, voire plus, importants. Être assis désactive plusieurs systèmes médiés par l’insuline, affectant la gestion de la glycémie, des triglycérides et du cholestérol.

Le simple fait de se lever active ces systèmes au niveau cellulaire. La station assise prolongée est un facteur de risque indépendant de maladies chroniques et de décès prématuré, même pour les personnes qui font régulièrement du sport et sont en bonne forme physique.

Des études ont montré que la sédentarité est particulièrement dangereuse pour les personnes atteintes de diabète. Par exemple, une marche de 10 minutes après chaque repas a plus d’effets sur le contrôle de la glycémie chez les diabétiques qu’une séance quotidienne de 30 minutes d’exercice, réduisant de 22 % la glycémie post-prandiale. Une revue de 28 études a révélé une relation inverse entre l’exercice et le risque global de diabète de type 2. Passer de 150 minutes à 300 minutes d’exercice par semaine permet de réduire le risque de diabète de type 2 de 36 %.

Une étude australienne a montré que les personnes atteintes de diabète de type 2 qui restent assises toute la journée ont un bilan lipidique sanguin nettement plus mauvais que celles qui bougent toutes les 30 minutes. Il est donc essentiel de bouger fréquemment pour contrôler la glycémie et améliorer sa santé globale.

Renverser le diabète : l’importance capitale de changer son alimentation et son activité physique !

Pour inverser le diabète de type 2, l’exercice est essentiel, mais il ne suffit pas. Il est crucial de s’attaquer à la résistance à l’insuline et à la leptine liée à l’alimentation. La cétose nutritionnelle cyclique s’avère une méthode puissante pour prévenir et inverser cette résistance. En optimisant la fonction métabolique et mitochondriale, elle améliore la santé globale et favorise la perte de poids en brûlant les graisses comme carburant principal.

Une alimentation riche en matières grasses, pauvre en glucides nets et pauvre ou à teneur adéquate en protéines permet d’atteindre l’état de cétose nutritionnelle cyclique, bénéfique pour la plupart des individus. Même les athlètes d’endurance adoptent cette approche pour améliorer leur résistance et leur endurance physique.

Cependant, maintenir une cétose permanente peut être contre-productif, il est donc recommandé d’entrer et de sortir régulièrement de cet état. Augmenter périodiquement les apports de glucides à 100 ou 150 grammes par jour, comparé aux 20 à 50 grammes habituels, permet d’augmenter les cétones et de réduire la glycémie. Une approche équilibrée de la cétose nutritionnelle cyclique peut contribuer à une meilleure santé et à la gestion du diabète de type 2.

L’influence de l’alimentation sur le risque de diabète

L’alimentation joue un rôle fondamental dans la prévention et l’inversion du diabète, en raison des mécanismes de résistance à l’insuline et à la leptine. La leptine, une hormone produite par les cellules graisseuses, régule l’appétit et le poids, influençant la signalisation de l‘insuline et la résistance potentielle à cette hormone.

L’insuline, quant à elle, est libérée en réponse à l’augmentation du taux de glucose sanguin, favorisant le stockage de l’énergie excédentaire. Les sucres et les céréales provoquent une hausse rapide de la glycémie, tandis que les matières grasses ont un impact limité. Le rôle principal de l’insuline est de stocker l’énergie excédentaire sous forme de graisse, plutôt que de faire baisser la glycémie.

La leptine et l’insuline travaillent en symbiose, créant un cycle influencé par les choix alimentaires. Une consommation excessive de sucre et de céréales entraîne des pics de glycémie, déclenchant une libération accrue d’insuline et un stockage accru de graisse, ce qui renforce le niveau de leptine.

La résistance chronique à la leptine est préoccupante, car le corps devient alors moins réactif aux signaux de satiété, entraînant une prise de poids et une résistance à l’insuline, un facteur de risque pour le diabète.

Bien que l’exercice puisse améliorer la sensibilité à l’insuline et réduire les pics de glycémie postprandiaux, il ne peut pas compenser les effets néfastes d’une alimentation inappropriée. C’est pourquoi il est crucial de choisir une alimentation adaptée pour contrôler le diabète. Comprendre l’interaction entre la leptine, l’insuline et l’alimentation permet de prendre des décisions éclairées pour prévenir et inverser le diabète de type 2.

Prêt à vaincre le diabète ?

Pour remporter la bataille contre le diabète de type 2, concentrez-vous sur trois objectifs essentiels : rétablir votre sensibilité à l’insuline et à la leptine, atteindre un poids santé, et normaliser votre tension artérielle. Suivez ces recommandations pour transformer votre santé et votre bien-être.

  1. Réduisez drastiquement (ou éliminez) les sucres et céréales de votre alimentation. Ces glucides peuvent entraîner des pics de glycémie et favoriser la résistance à l’insuline, un facteur de risque du diabète de type 2. Privilégiez plutôt des aliments à faible indice glycémique.
  2. Évitez l’excès de protéines, car elles peuvent être converties en sucre dans le foie, nuisant ainsi à la gestion de la glycémie. Un excès de protéines peut aussi avoir des conséquences néfastes pour la santé, notamment en augmentant la charge sur les reins.
  3. Priorisez les acides gras oméga-3 d’origine marine. Ils sont essentiels pour la santé cardiovasculaire, peuvent aider à réduire l’inflammation et améliorer la sensibilité à l’insuline. Les sources d’oméga-3 incluent les poissons gras tels que le saumon, le maquereau et les sardines.
  4. Le jeûne est une stratégie efficace pour traiter le diabète. Il permet de réduire les niveaux de glucose sanguin et d’améliorer la sensibilité à l’insuline. Cependant, consultez un professionnel de la santé avant de commencer un programme de jeûne.
  5. L’exercice régulier est bénéfique pour la santé métabolique. En incluant des séances de HIIT (entraînement par intervalles à haute intensité) et de musculation dans votre routine, vous pouvez améliorer votre sensibilité à l’insuline et augmenter votre métabolisme.
  6. Restez actif tout au long de la journée. Des petites activités comme marcher, prendre les escaliers, ou jardiner peuvent contribuer à une meilleure gestion de la glycémie et à la réduction du risque de maladies métaboliques.
  7. Assurez-vous d’obtenir suffisamment de vitamine D, car elle est liée à la sensibilité à l’insuline et à la régulation de l’insuline dans le corps. Exposez-vous au soleil ou envisagez de prendre un supplément, surtout si vous avez un déficit en vitamine D.
  8. Un microbiome intestinal équilibré est important pour la santé métabolique. Consommez des aliments fermentés comme le yaourt probiotique, le kéfir et la choucroute pour soutenir une bonne flore intestinale.
  9. Le stress émotionnel peut influencer la régulation de la glycémie. Utilisez des techniques comme l’EFT (technique de libération émotionnelle) pour gérer le stress et améliorer la santé métabolique.
  10. Dormez suffisamment, car le manque de sommeil est associé à un risque accru de diabète et de prise de poids. Veillez à avoir un environnement propice au sommeil et adoptez des habitudes de sommeil régulières.
  11. Surveillez votre taux d’insuline à jeun, tout aussi important que la glycémie à jeun, pour évaluer votre sensibilité à l’insuline. Un taux élevé peut indiquer un dysfonctionnement métabolique et nécessite une attention particulière de la part de votre médecin.

Source :

bienvenue-capture-banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.