Résumé : Anxiété anxiete

  • Identifier vos habitudes contre-productives peut aider à changer votre relation avec l’anxiété et à soulager vos symptômes.
  • Évitez de nier votre anxiété ou d’éviter de faire face à vos peurs, car cela peut aggraver la situation.
  • Évitez de vous appuyer uniquement sur des médicaments pour gérer votre anxiété, et envisagez des approches complémentaires comme la thérapie et les techniques de gestion du stress.

Anxiété : 10 clés pour vous aider à vous libérer

L’anxiété est une réponse normale et naturelle face au stress, mais lorsque cette réaction devient excessive et incontrôlable, elle peut entraîner des troubles anxieux. Ces troubles englobent différents types tels que le trouble anxieux généralisé, le trouble panique, l’anxiété sociale, les phobies spécifiques, les troubles obsessionnels-compulsifs (TOC) et le trouble de stress post-traumatique (TSPT). Chacun de ces troubles présente des symptômes spécifiques, mais ils sont tous caractérisés par une anxiété intense et persistante qui peut impacter considérablement la qualité de vie.

Les personnes atteintes de troubles anxieux peuvent éprouver des peurs irrationnelles, une appréhension constante et une difficulté à contrôler leur anxiété. Ces symptômes peuvent durer des mois, voire plus longtemps, et affecter divers aspects de la vie quotidienne, comme le travail, les relations sociales et la santé mentale globale.

Il est important de reconnaître les signes d’anxiété excessive et de chercher de l’aide auprès de professionnels de la santé mentale pour établir un diagnostic et mettre en place un plan de traitement adapté. Une approche thérapeutique et, dans certains cas, l’utilisation de médicaments peuvent contribuer à soulager les symptômes et à améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec des troubles anxieux.

 

10 attitudes qui aggrave votre anxiété

Le Dr. John D. Moore, un psychologue spécialisé dans l’anxiété basé à Chicago, souligne dans son rapport pour Psych Central l’existence de 10 comportements spécifiques qui peuvent aggraver l’anxiété chez les individus. Il met en avant l’importance de revoir sa relation avec l’anxiété pour mieux la gérer au quotidien.

Les comportements contre-productifs qu’il identifie incluent la négation de l’anxiété, l’évitement des peurs, et la dépendance excessive aux médicaments pour la soulager. Reconnaître ces habitudes est la première étape vers le changement et une meilleure gestion de l’anxiété.

Le Dr. Moore encourage les personnes concernées à ne pas se juger si elles reconnaissent ces comportements en elles, mais plutôt à se focaliser sur la volonté de les modifier. Il suggère d’adopter des stratégies positives pour faire face à l’anxiété, comme la pratique de la pleine conscience, la recherche de soutien social, ou l’accompagnement d’un thérapeute spécialisé.

En repensant leur relation à l’anxiété et en remplaçant les comportements contre-productifs par des approches plus constructives, les individus peuvent progressivement alléger l’impact de l’anxiété sur leur vie quotidienne et améliorer leur bien-être mental.

1.Le déni —Refuser d’admettre l’anxiété peut aggraver les sentiments, surtout pour les personnes atteintes de TOC ou de phobies spécifiques. Accepter ses émotions est essentiel pour rechercher l’aide appropriée et trouver des solutions efficaces. Le soutien des professionnels de la santé mentale est précieux pour mieux gérer l’anxiété et améliorer la qualité de vie.

2.L’évitement — Fuir ses peurs amplifie l’anxiété. Par exemple, éviter les autoroutes peut engendrer une peur généralisée de conduire. Affronter progressivement les situations anxiogènes avec un soutien professionnel peut aider à mieux gérer l’anxiété.

3.Chercher à être rassuré — Chercher des rassurances de l’entourage peut renforcer les croyances irrationnelles et les pensées négatives. Par exemple, demander si l’on est gros(se) peut amplifier les inquiétudes sur l’image corporelle. Il est préférable de chercher des solutions adaptées à l’anxiété avec un professionnel.

4.La pensée magique — La pensée magique est une distorsion cognitive qui peut conduire à espérer des solutions miraculeuses pour vaincre l’anxiété. Cependant, il est important de reconnaître qu’il n’existe pas de solution instantanée. Au lieu de chercher un remède miracle, il est plus réaliste de travailler sur des approches pour atténuer et réduire progressivement les symptômes d’anxiété avec l’aide d’un professionnel de la santé mentale. Le processus peut être graduel, mais il peut mener à des améliorations significatives dans la gestion de l’anxiété au fil du temps.

5.Compter sur les tisanes Le thé à la camomille et certaines tisanes peuvent avoir un léger effet apaisant sur les symptômes liés à l’anxiété, mais ils ne traiteront pas les causes sous-jacentes de manière significative. Il est important de se rappeler que les tisanes ne sont qu’une solution temporaire et ne devraient pas être utilisées comme une béquille excessive pour faire face à l’anxiété de manière durable.

Une dépendance excessive aux tisanes ou à toute autre substance peut entraîner une augmentation de l’anxiété à long terme et peut même masquer les problèmes sous-jacents qui nécessitent une approche plus complète pour être résolus. Il est essentiel de chercher des méthodes plus efficaces et durables pour gérer l’anxiété, telles que la thérapie et des stratégies de gestion du stress.

6.Essayer de stopper les pensées — Effectivement, certaines personnes utilisent des techniques comme le fait de faire claquer un élastique autour de leur poignet pour tenter de faire face à l’anxiété. Bien que cela puisse apporter un soulagement temporaire en détournant momentanément l’attention des pensées anxieuses, cela ne traite pas la cause sous-jacente de l’anxiété. En fait, ces méthodes de contrôle peuvent avoir l’effet inverse, en renforçant les pensées anxieuses et en leur accordant plus d’importance.

Le Dr. Moore met en garde contre le fait de chercher à contrôler l’anxiété de manière rigide, car cela peut créer un cercle vicieux où plus vous essayez de l’éviter ou de la contrôler, plus elle peut devenir envahissante. Au lieu de cela, il est préférable de se concentrer sur des stratégies de gestion de l’anxiété qui permettent d’accepter et de reconnaître les pensées et les émotions sans les juger, et d’apprendre à faire face à l’anxiété de manière plus adaptative. Des approches telles que la thérapie cognitivo-comportementale peuvent aider à développer des compétences pour gérer l’anxiété de manière plus efficace et durable.

7.Compter uniquement sur les médicaments —

Les médicaments contre l’anxiété peuvent offrir un soulagement partiel, surtout en cas d’anxiété sévère, mais ils ne devraient pas être la seule stratégie d’adaptation. Ils présentent des risques d’effets secondaires graves à prendre en considération et, tout comme les tisanes, ils ne traitent que les symptômes superficiels sans apporter de remède réel. Le Dr. Moore insiste sur l’importance de combiner les médicaments avec d’autres approches thérapeutiques, telles que la musculation ou la psychothérapie, en particulier la thérapie cognitive-comportementale (TCC).

Les benzodiazépines, comme l’Ativan, le Xanax et le Valium, font partie des médicaments couramment prescrits pour l’anxiété. Ils agissent en renforçant l’action du neurotransmetteur acide γ-aminobutyrique (GABA), ce qui active ensuite la dopamine, l’hormone de la récompense, dans le cerveau. Cependant, comme les opioïdes et les cannabinoïdes, ces médicaments peuvent être aussi addictifs et entraîner des effets secondaires tels que perte de mémoire, fractures, confusion mentale et vertiges. Il est donc essentiel d’aborder l’anxiété de manière globale et d’envisager d’autres approches pour la gestion et le traitement de celle-ci.

8.L’analyse (psychanalyse) — Les psychothérapies axées sur l’enfance et le passé peuvent aider certaines personnes grâce à une catharsis émotionnelle, mais pour traiter l’anxiété de manière efficace, les approches centrées sur le présent, comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) ou la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT), semblent être plus adaptées.

Ces thérapies se concentrent sur la modification des pensées et des comportements actuels qui contribuent à l’anxiété, plutôt que de se focaliser sur le passé. En aidant les individus à gérer leurs pensées négatives et à s’engager dans des actions alignées avec leurs valeurs, ces approches peuvent offrir des résultats prometteurs pour la gestion de l’anxiété.

9.Alcool et drogues — L’utilisation d’alcool et de drogues peut offrir un soulagement temporaire de l’anxiété, mais à long terme, cela peut aggraver la situation et entraîner une dépendance, augmentant ainsi les problèmes de santé mentale. Il est important de chercher des approches durables pour faire face à l’anxiété, comme la psychothérapie et d’autres méthodes saines.

10.L’impuissance apprise — Croire que vous êtes impuissant face à l’anxiété perpétue un cercle vicieux qui l’aggrave. Les personnes qui s’en sortent évitent ce piège de l’impuissance apprise et prennent des mesures actives pour surmonter les difficultés émotionnelles.

Le Dr. Moore souligne que le pouvoir de guérison réside dans l’optique d’affronter les défis de la vie. Les médicaments contre l’anxiété peuvent soulager, mais ils ne doivent pas être la seule stratégie d’adaptation. Il est essentiel d’associer d’autres approches thérapeutiques, telles que la musculation ou la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Éviter les drogues et l’alcool est important, car ils ne font qu’aggraver l’anxiété à long terme. Se concentrer sur le présent plutôt que le passé peut être une approche plus efficace en psychothérapie pour traiter l’anxiété.

Si vous souffrez d’un trouble anxieux, c’est que vous y êtes destiné- Dr Moore

L’anxiété est un trouble complexe qui peut affecter profondément la vie quotidienne d’une personne. Selon le Dr. John D. Moore, psychologue spécialiste de l’anxiété, ce trouble peut être le résultat d’une combinaison de facteurs innés et acquis. Les facteurs innés incluent les gènes et la prédisposition biologique à réagir de manière anxieuse face aux situations stressantes. Les facteurs acquis, quant à eux, sont liés à l’environnement et aux expériences vécues par la personne.

Certaines personnes peuvent développer de l’anxiété suite à des expériences traumatisantes ou en grandissant dans un environnement marqué par des menaces ou des maltraitances répétées. Dans de tels cas, le cerveau peut devenir “programmé” pour l’anxiété, de sorte que même des situations non menaçantes peuvent déclencher des réponses d’inquiétude et de peur.

Ce processus peut mener à l’impasse de l’impuissance apprise, où les individus se résignent à penser qu’ils n’ont aucun pouvoir sur leurs pensées et leurs émotions anxieuses. Cela peut aggraver l’anxiété et entraîner une détérioration de la santé mentale, allant jusqu’à la dépression.

Il est important de reconnaître les signes de l’anxiété et de chercher de l’aide pour y faire face. Les médicaments peuvent être utiles pour soulager les symptômes, mais ils ne devraient pas être la seule approche thérapeutique. Les psychothérapies, en particulier la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), se sont révélées efficaces pour traiter l’anxiété en se concentrant sur le présent et en aidant les individus à changer leurs comportements et leurs schémas de pensée négatifs.

L’utilisation d’alcool, de drogues ou de tisanes comme moyen de fuite face à l’anxiété est déconseillée, car cela risque d’aggraver le trouble à long terme et de créer une dépendance. Au lieu de chercher des remèdes miracles, il est préférable de développer des stratégies d’adaptation positives, comme la pratique régulière d’exercices physiques, la relaxation, la méditation et la gestion du stress.

En reconnaissant le pouvoir que l’on a sur ses pensées et en adoptant des approches actives pour surmonter les difficultés émotionnelles, il est possible de mieux gérer et réduire l’anxiété. Une approche multidimensionnelle, incluant la TCC et des changements de mode de vie, peut aider à restaurer l’équilibre émotionnel et à améliorer la qualité de vie des personnes souffrant d’anxiété.

Habituellement personne n’agit contre son anxiété…

Le Dr. John D. Moore, spécialiste de l’anxiété, met en évidence que de nombreuses personnes souffrant de troubles anxieux ne reçoivent pas de traitement, et il souligne que les solutions ne se limitent pas aux médicaments. L’Emotional Freedom Technique (EFT), une forme de psychologie énergétique, est présentée comme une alternative efficace.

L’EFT, développée par Gary Craig, se rapproche de l’acupuncture en stimulant certains points des méridiens du corps tout en prononçant des affirmations personnalisées. Cette approche vise à reprogrammer les réactions du corps au stress en ciblant spécifiquement l’amygdale et l’hippocampe, parties du cerveau impliquées dans la perception de menaces.

Des études ont montré que l’EFT favorise les émotions positives tout en réduisant l’anxiété. En stimulant les points de méridiens, l’EFT permet également de diminuer le taux de cortisol, l’hormone du stress. Cependant, l’auto-traitement est déconseillé pour les problèmes graves et persistants.

Pour des troubles plus complexes, un accompagnement par un thérapeute qualifié est recommandé, car l’apprentissage de la technique de tapotage peut demander du temps. Bien que l’EFT puisse apporter un soulagement significatif, il est essentiel de suivre des sessions guidées pour traiter en profondeur des problèmes d’anxiété persistants.

En outre, la combinaison de l’EFT avec d’autres approches thérapeutiques, comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), peut être bénéfique pour un traitement global. L’objectif est de reprogrammer les réponses émotionnelles et physiologiques à l’anxiété, tout en travaillant sur les facteurs innés et acquis qui contribuent aux troubles anxieux.

L’accompagnement naturelle de l’anxiété

Les troubles anxieux peuvent être mieux gérés grâce à une approche globale qui inclut des traitements tels que la psychothérapie comportementale, la thérapie cognitivo-comportementale et l’utilisation d’outils de psychologie énergétique comme l’EFT. Ces méthodes peuvent aider à traiter les pensées et les comportements liés à l’anxiété, en permettant aux individus de mieux gérer les situations stressantes.

En parallèle, l’incorporation d’un programme d’exercice régulier est fortement recommandée. L’activité physique favorise la libération de neurotransmetteurs apaisants, réduisant ainsi les symptômes d’anxiété et de stress. Des exercices variés tels que le yoga, les exercices de musculation et les entraînements de haute intensité peuvent contribuer à améliorer la santé mentale et physique.

Il est important de reconnaître que chacun réagit différemment aux traitements, et il est donc essentiel de trouver celui qui convient le mieux à vos besoins individuels. Si l’anxiété devient handicapante, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé mentale pour obtenir un suivi personnalisé et bénéficier d’un traitement approprié.

En adoptant ces approches combinées, il est possible de mieux gérer l’anxiété, d’améliorer la qualité de vie et de retrouver un sentiment de bien-être émotionnel. La prise en charge proactive de l’anxiété peut permettre à chacun de s’épanouir pleinement dans sa vie quotidienne.

Quelles aliments pour l’anxiété ?

Si vous souhaitez soulager votre anxiété de manière méconnue, pensez à consommer des aliments fermentés riches en probiotiques. La flore intestinale joue un rôle crucial dans le fonctionnement du cerveau et le bien-être psychologique. Des études ont montré que certains probiotiques, tels que Bifidobacterium longum NCC3001 et Lactobacillus rhamnosus, peuvent aider à réduire l’anxiété.

Intégrez des aliments fermentés traditionnels, comme des légumes fermentés, dans votre alimentation pour nourrir votre flore intestinale. Si nécessaire, prenez des suppléments de probiotiques de haute qualité pour combler les carences. Évitez les facteurs qui déséquilibrent les bactéries intestinales, tels que les aliments transformés, le sucre et les antibiotiques.

Optez également pour une alimentation riche en acides gras oméga-3 d’origine animale, comme l’huile de krill, car ils jouent un rôle essentiel dans le bien-être émotionnel.

Pour une approche complète de la gestion de l’anxiété, combinez ces changements alimentaires avec une thérapie appropriée, la pratique de l’EFT et des exercices physiques réguliers. En adoptant ces différentes stratégies, vous pourrez soulager vos symptômes d’anxiété et profiter pleinement de la vie. Soyez ouvert à explorer diverses approches pour trouver celle qui vous convient le mieux et n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé mentale si nécessaire pour un suivi personnalisé. En prenant soin de votre bien-être mental et physique, vous pouvez atteindre une meilleure qualité de vie et une plus grande sérénité au quotidien.

bienvenue-capture-banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.