Quel est votre état de santé en selon la couleur et l’odeur de vos urines ?

Les urines peuvent révéler d’importantes informations à propos du processus d’élimination des déchets de votre organisme, et vous fournir des indices à propos de votre état de santé global.

Vos reins servent à filtrer l’excès d’eau ainsi que les déchets hydrosolubles présents dans votre sang, et ainsi à vous débarrasser des toxines et autres substances qui pourraient autrement s’accumuler et vous rendre malade. De nombreux éléments – d’un excès de protéines ou de sucre aux bactéries et levures – peuvent se retrouver ainsi dans vos urines.

Au lieu d’ignorer vos urines et de retourner avec empressement aux importantes activités que vous avez dû interrompre pour uriner, profitez de cette occasion en or pour vous familiariser avec vos « normes ».

Si vous remarquez que vos urines ont changé d’aspect ou d’odeur, cela peut être dû à quelque chose d’aussi bénin que ce que vous avez mangé la veille au soir, des betteraves ou des asperges, par exemple. Mais votre observation peut également vous signaler un problème sérieux.

Si vous pensez souffrir d’une affection des voies urinaires, vous devez consulter votre médecin. L’une des premières choses qu’il fera, sera probablement de vous prescrire une analyse d’urine. Les analyses d’urine sont pratiquées depuis plus de 6.000 ans, et ce sont des outils simples et non-invasifs qui permettent d’évaluer rapidement votre état de santé.

 

 >>Téléchargez librement le guide 15 Symptômes qui Révèlent à Coup Sûr des Calculs Rénaux

 

Soyez attentif à vos mictions et à leurs signaux

Au cours d’une vie, les reins filtrent plus de 3,7 millions de litres d’eau, de quoi remplir un petit lac. Étonnamment, un rein est tout à fait capable d’effectuer cette tâche tout seul. D’ailleurs, si vous perdez un rein, votre deuxième rein est capable de grossir de 50 % en deux mois, afin de prendre le relais et de faire le travail des deux reins.

L’urine est composée de 95 % d’eau et de 5 % d’urée, d’acide urique, de minéraux, de sels, d’enzymes et de différentes substances qui provoqueraient des problèmes si elles s’accumulaient dans votre organisme. Des urines normales sont claires, d’une couleur jaune paille, qui est due à un pigment biliaire, l’urobiline.

Tout comme vos selles, vos urines changent de couleur en fonction de ce que vous mangez, des médicaments et compléments alimentaires que vous prenez, de la quantité d’eau que vous buvez, de votre activité physique et de l’heure de la journée.

Cependant, certaines maladies peuvent également modifier la couleur et d’autres caractéristiques de vos urines, il est donc important d’être attentif et bien informé.

Compte tenu de toutes les variables, il est parfois difficile d’identifier précisément l’origine des caractéristiques des urines, sans faire faire une analyse par un laboratoire.

Cependant, la nature des urines vous donne des indices sur des problèmes qui peuvent être en train de se développer, vous donnant ainsi le temps de prendre des mesures pour y remédier.

Le tableau qui suit décrit certaines des variations de couleurs des urines les plus courantes, ainsi que leurs possibles causes. Dans la plupart des cas, les changements de couleurs sont dus à l’alimentation, à des médicaments, à des compléments alimentaires, ou simplement à la déshydratation. Cependant, certains signes méritent que l’on s’en préoccupe.

Couleur Cause possible Mesures nécessaires
Jaune/Or La couleur d’urine la plus courante, qui indique des voies urinaires saines ; le jaune s’intensifie en fonction de l’hydratation ; certaines vitamines B font tourner les urines au jaune vif Aucune
Rouge/Rose Hématurie (présence de sang dans les urines) due à une infection des voies urinaires (IVU), à des calculs rénaux, ou plus rarement à un cancer, à la consommation d’aliments rouges tels que des betteraves, des myrtilles, des colorants alimentaires rouges, de la rhubarbe, un complément de fer, du Pepto-Bismol, du Maalox, et divers autres médicaments ; une couleur typique « porto » peut indiquer une porphyrie (une maladie génétique) ***Consultez immédiatement votre médecin si vous pensez avoir du sang dans les urines
Blanc/Transparent Très probablement une hydratation excessive. (Voir ‘trouble’) Consultez votre médecin uniquement si le problème est chronique
Orange Généralement un signe de déshydratation, qui se manifeste avant la soif ; le fait de « vous retenir » trop longtemps d’uriner ; post-exercices ; consommation d’aliments oranges (carottes, courges ou colorants alimentaires) ; problème hépatique ou hypophysaire (ADH ou hormone antidiurétique) Buvez plus d’eau et n’attendez pas lorsque vous devez uriner ; consultez un médecin si la couleur orange persiste alors que vous vous hydratez correctement
Ambre Plus concentrée que l’orange, et donc déshydratation sévère liée à la pratique intensive de sport ou à la chaleur, à une consommation excessive de caféine ou de sel ; hématurie ; diminution de la production d’urine (oligurie ou anurie) ; problème métabolique ; problème hypophysaire (ADH ou hormone antidiurétique) Consultez votre médecin si le problème persiste alors que vous vous hydratez correctement
Marron Urines très concentrées, déshydratation extrême, consommation de fèves, mélanurie (particules trop nombreuses dans les urines), IVU, calculs rénaux, tumeur rénale ou caillot sanguin, maladie d’Addison, glycosurie, sténose de l’artère rénale, protéinurie, problème hypophysaire (ADH ou hormone antidiurétique) Consultez votre médecin si le problème persiste alors que vous vous hydratez correctement, en particulier s’il s’accompagne de selles pâles ou d’un jaunissement de la peau ou des yeux
Noir RARE : L’alcaptonurie, un trouble génétique du métabolisme de la phénylalanine et de la tyrosine, caractérisé par l’accumulation d’acide homogentisique dans le sang ; intoxication Consultez votre médecin
Vert RARE : IVU rare et certains aliments (tels que les asperges) ; excès de vitamines Généralement bénin ; consultez votre médecin si le problème persiste, en particulier si vous ressentez des douleurs ou des brûlures (dysurie), et/ou que vos mictions sont fréquentes (polyurie), ce qui sont des symptômes d’une IVU
Bleu RARE : Colorants artificiels présents dans les aliments ou les médicaments ; bilirubine ; médicaments tels que le bleu de méthylène ; IVU rares Généralement bénin ; consultez votre médecin si le problème persiste, en particulier si vous ressentez des douleurs ou des brûlures (dysurie), et/ou que vos mictions sont fréquentes (polyurie), ce qui sont des symptômes d’une IVU
Trouble Infection des voies urinaires, problèmes rénaux, problème métabolique ou chylurie (présence de liquide lymphatique dans les urines), phosphaturie (cristaux de phosphate), problème hypophysaire (ADH ou hormone antidiurétique) Consultez votre médecin, en particulier si vous ressentez des douleurs ou des brûlures (dysurie), et/ou que vos mictions sont fréquentes (polyurie), ce qui sont des symptômes d’une IVU
Présence de dépôts Protéinurie (particules de protéines) ou albuminurie ; IVU ; calculs rénaux ; voir ‘trouble’ Consultez votre médecin
Mousseuse Flux urinaire turbulent ; protéinurie (les causes les plus courantes sont le diabète et l’hypertension) Consultez votre médecin si le problème n’est pas dû à un flux « turbulent »

Votre urine sont-elle la rose ?

Une femme vivant à l’époque de la Rome antique dont l’urine sentait la rose avait probablement bu de l’essence de térébenthine. C’est cependant un prix cher à payer pour séduire un prétendant grâce à des urines agréablement parfumées, car l’essence de térébenthine peut être mortelle !

Sans aller jusqu’à boire cette essence, de nombreuses substances courantes peuvent altérer l’odeur de vos urines, et c’est pourquoi il est utile de savoir distinguer ce qui est normal.

L’urine reflète le fonctionnement interne de votre organisme et contient de nombreux composés et sous-produits métaboliques différents. Certains chiens peuvent d’ailleurs « sentir le cancer » dans l’urine humaine.

L’urine ne présente généralement pas une odeur forte, mais si la vôtre est malodorante (et sent l’ammoniaque), vous pourriez souffrir d’une infection ou de calculs urinaires, ou être simplement déshydraté.

La déshydratation a pour conséquence de concentrer les urines, qui peuvent alors sentir plus fort que d’habitude, et les aliments riches en protéines tels que la viande et les œufs ont le même effet. La ménopause, certaines maladies sexuellement transmissibles, et certains troubles métaboliques peuvent également favoriser cette odeur d’ammoniaque.

Voici certaines des causes les plus courantes d’une modification de l’odeur des urines :

Certains médicaments ou compléments alimentaires

Certaines maladies génétiques, telles que la maladie du sirop d’érable (leucinose) qui donne aux urines une odeur sucrée écœurante

Certains aliments – en particulier les asperges. Les asperges sont connues pour donner aux urines une odeur nauséabonde d’œuf ou de chou, provoquée par un composant soufré, le méthylmercaptan (également présent dans l’ail est les sécrétions des putois).

Seuls 50 % des individus, qui disposent du gène particulier qui le leur permet, sentent l’odeur d’asperge des urines. Couper la pointe des asperges évite paraît-il que les urines prennent cette odeur nauséabonde … mais bien entendu, c’est la partie la plus savoureuse !

Les infections urinaires

On sait qu’un diabète non contrôlé donne à l’urine une odeur sucrée ou fruitée ou, plus rarement, une odeur de levure. Certains médecins diagnostiquaient autrefois le diabète en versant l’urine du patient sur le sable pour voir si elle était suffisamment sucrée pour attirer les insectes.

D’autres y trempaient simplement le doigt et la goutaient. Fort heureusement, les médecins disposent aujourd’hui d’outils de diagnostic bien plus élégants.

Lorsque vous avez une envie pressante, ne VOUS RETENEZ PAS

La fréquence des mictions est également importante. On considère que six à huit mictions par jour est une « moyenne ». Il se peut que vous uriniez plus ou moins souvent, en fonction de la quantité d’eau que vous buvez, et de votre niveau d’activité.

Des mictions plus fréquentes peuvent être dues à une vessie hyperactive (et donc à des contractions involontaires), à la caféine, à une infection des voies urinaires (IVU), à une cystite interstitielle, à une hypertrophie bénigne de la prostate, à un diabète, ou à certaines maladies neurologiques.

Il est important d’uriner lorsque vous en ressentez le besoin. Retarder ses mictions peut provoquer une distension de la vessie – un peu comme lorsqu’on étire trop un ressort, au point qu’il ne peut plus reprendre sa forme initiale.

Il peut vous arriver de retarder vos mictions s’il ne vous est pas pratique d’utiliser les toilettes lorsque vous êtes au travail, ou si vous souffrez de Parurésie (ou urinophobie, ou encore « syndrome de la vessie timide »), l’impossibilité d’uriner en présence d’autres personnes. 7 % de la population souffre de ce problème.

Quelle quantité d’eau faut-il boire ?

Je n’adhère pas à la consigne que l’on entend souvent, et selon laquelle il faudrait boire six à huit verres d’eau par jour. Votre corps est tout à fait capable de vous dire ce dont il a besoin, et quand il en a besoin.

Lorsque votre corps a perdu un à deux pourcents de sa teneur totale en eau, votre mécanisme de la soif se déclenche pour vous faire savoir qu’il est temps de boire – la soif doit donc être votre guide.

Bien entendu, si vous êtes en plein air par une journée chaude et sèche, ou que vous pratiquez une activité physique intensive, vous aurez besoin de plus d’eau que d’habitude – mais même dans ce genre de cas, boire lorsque vous avez soif vous suffit à rester hydraté.

Lorsqu’on vieillit, notre mécanisme de la soif a tendance à être moins efficace. Les personnes âgées doivent donc veiller à boire de l’eau régulièrement, en quantité suffisante pour que leurs urines soient jaune pâle.

Tant que vous ne prenez pas de riboflavine (la vitamine B12, qui est présente dans la plupart des multivitamines), qui fait tourner l’urine au jaune « fluorescent », vos urines doivent être plutôt pâles. Si vous avez des calculs rénaux ou urinaires, ou une infection des voies urinaires, augmentez votre consommation d’eau en conséquence.

Vous et votre appareil urinaire

Vous avez à présent sans doute compris qu’il est important de savoir ce que sont des urines « normales ». Les urines sont la vitrine du fonctionnement interne de votre organisme, et peuvent représenter un « système d’alarme précoce » qui permet de détecter des problèmes de santé.

Le facteur le plus important pour la santé globale de votre système urinaire, est de boire chaque jour suffisamment d’eau pure et fraiche. Une hydratation insuffisante est le premier facteur de risque de développer des calculs rénaux, et l’hydratation est également importante pour prévenir les IVU.

Pour éviter les allers-retours trop fréquents aux toilettes, restez hydraté, mais ne vous sur-hydratez pas. Buvez lorsque vous avez soif, mais ne vous sentez pas obligé de boire chaque jour huit verres d’eau. Si vous vous levez la nuit pour uriner, arrêtez de boire trois à quatre heures avant de vous coucher.

Limitez votre consommation de caféine et d’alcool, qui sont susceptibles d’irriter la paroi de votre vessie. Veillez à consommer suffisamment de magnésium, et évitez le sucre (y compris le fructose et le soda) et les produits à base de soja non fermenté, en raison de leur teneur en oxalate. Enfin, ne vous retenez pas.

Dès que vous ressentez le besoin d’uriner, allez-y ! Se retenir d’uriner est néfaste pour la santé de votre vessie, en raison du risque de distension.

 

Pour en savoir plus, téléchargez les 15 Symptômes qui Révèlent à Coup Sûr des Calculs Rénaux

 

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.