Les risques pour la santé des régimes à base de fruits

Les fruits sont riches en antioxydants, en vitamines et en minéraux : consommés avec modération, ils sont donc trÚs sains pour les personnes en bonne santé.

Toutefois, de nombreuses personnes ont intĂ©rĂȘt Ă  limiter leur consommation de fruits.

Le fructose, un sucre simple présent dans les fruits, est majoritairement métabolisé en graisse dans le foie, et une grande consommation de fruits est associée à des effets négatifs sur le métabolisme et le systÚme endocrinien.

Manger de grandes quantitĂ©s de fruits – ou pire, uniquement des fruits – peut logiquement augmenter vos risques de dĂ©velopper de nombreux problĂšmes de santĂ©, qui vont de la rĂ©sistance Ă  la leptine ou Ă  l’insuline, au cancer.

En rÚgle générale, je conseille de limiter la consommation totale de fructose à environ 25 grammes par jour, en ce compris le fructose des fruits.

Toutefois, si vous souffrez de rĂ©sistance Ă  l’insuline, de maladie cardiaque ou d’hypertension artĂ©rielle, il vaut mieux rĂ©duire cette quantitĂ© Ă  15 grammes, voire moins.

 

>>Téléchargez librement le guide 2 techniques Anti-Sucre

 

Ashton Kutcher hospitalisé aprÚs avoir suivi un régime exclusivement à base de fruits

Ashton Kutcher a rĂ©cemment rĂ©vĂ©lĂ© avoir souffert de problĂšmes de santĂ©, provoquĂ©s par un rĂ©gime exclusivement Ă  base de fruits qu’il a suivi en se prĂ©parant Ă  interprĂ©ter le personnage de Steve Jobs, dans le film « Jobs ».

Steve Jobs avait adoptĂ© une alimentation exclusivement Ă  base de fruits dans sa jeunesse, et s’en Ă©tait mĂȘme inspirĂ© pour le nom de la marque dont il Ă©tait le cofondateur : Apple. Ashton Kutcher a rĂ©cemment dĂ©clarĂ© à USA Today :

« Tout d’abord, le rĂ©gime frugivore peut entrainer de graves problĂšmes. J’ai Ă©tĂ© hospitalisĂ© deux jours avant le dĂ©but du tournage du film. J’étais pliĂ© en deux de douleur. Mon taux d’enzymes pancrĂ©atiques Ă©tait complĂštement dĂ©lirant. C’était vraiment terrifiant 
 quand on pense Ă  tout ça. »

« Tout ça » fait probablement rĂ©fĂ©rence au cancer du pancrĂ©as – la maladie dont est mort Steve Jobs le 5 octobre 2011, Ă  l’ñge de 56 ans.

Pourquoi manger trop de fruits peut ĂȘtre mauvais pour la santĂ© ?

Bien que les gens soient de plus en plus conscients du lien qui existe entre la consommation excessive de fructose et l’obĂ©sitĂ© et les maladies chroniques, nombre d’entre eux oublient que les fruits sont Ă©galement une source de fructose.

De nombreuses personnes sont persuadĂ©es de pouvoir manger des fruits sans aucune restriction, tant qu’ils sont frais et crus, sans que cela engendre le moindre effet nĂ©faste sur leur mĂ©tabolisme.

Or, Ă©liminer les aliments transformĂ©s et les sodas de votre alimentation – qui sont chargĂ©s de sirop de glucose-fructose – et les remplacer par rĂ©gime exclusivement Ă  base de fruits, n’amĂ©liorera probablement pas votre santĂ©.

Si vous voulez optimiser votre santĂ©, il est important de prendre en compte TOUTES les sources de fructose, et d’essayer de limiter votre consommation totale.

Bien entendu, les fruits contiennent des fibres, des antioxydants, des vitamines et des minĂ©raux, bĂ©nĂ©fiques pour la santĂ©, et c’est pourquoi ce sont des Ă©lĂ©ments importants dans une alimentation saine – mais tant qu’ils sont consommĂ©s avec modĂ©ration.

Je pense que la plupart des gens ont tout intĂ©rĂȘt Ă  remplacer les fruits par de bonnes graisses, qui devraient reprĂ©senter 50 Ă  70 % de leur apport calorique. Vous avez Ă©galement besoin d’une quantitĂ© modĂ©rĂ©e de protĂ©ines de haute qualitĂ©.

Un régime exclusivement à base de fruits est essentiellement un régime à base de fructose, qui est forcément désastreux pour la santé, tout au moins à long terme. Des études ont montré que le fructose peut provoquer :

Une intolĂ©rance au glucose, une rĂ©sistance Ă  l’insuline, et le diabĂšte Une augmentation du taux de triglycĂ©rides Une obĂ©sitĂ© abdominale
Une résistance à la leptine Inflammation et stress oxydatif Une dysfonction endothéliale
Une maladie microvasculaire Une hyperuricémie De graves dommages rénaux
Une stéatose hépatique Une hypertension artérielle Un syndrome métabolique

Le lien entre fructose et cancer du pancréas

Le cancer du pancrĂ©as est l’un de ceux qui se dĂ©veloppent le plus rapidement ; 4 % seulement des patients atteints peuvent espĂ©rer survivre jusqu’Ă  cinq ans aprĂšs leur diagnostic.

Le pronostic du cancer du pancrĂ©as est terrible – la moitiĂ© des patients atteints d’un cancer du pancrĂ©as Ă  un stade avancĂ© meurent dans les 10 mois qui suivent le diagnostic ; la moitiĂ© de ceux qui prĂ©sentent des mĂ©tastases meurent dans les six mois.

Votre pancrĂ©as contient deux types de glandes : les glandes exocrines, qui produisent des enzymes destinĂ©s Ă  dĂ©composer les matiĂšres grasses et les protĂ©ines, et les glandes endocrines qui fabriquent des hormones telles que l’insuline, qui rĂ©gule la glycĂ©mie.

Steve jobs est dĂ©cĂ©dĂ© des suites de tumeurs localisĂ©es dans les glandes endocrines, ce qui est l’une des formes les plus rares de cancer du pancrĂ©as. D’aprĂšs un article paru en 2008 dans Fortune magazine, son cancer a Ă©tĂ© dĂ©celĂ© suite Ă  un scanner abdominal en octobre 2003.

Il aurait suivi des « thĂ©rapies alternatives » pendant neuf mois, y compris ce que Fortune a appelĂ© un « rĂ©gime spĂ©cial », bien que le magazine n’ait pas prĂ©cisĂ© de quel type de rĂ©gime il s’agissait. En 2004, lorsque le cancer s’est propagĂ©, Steve Jobs a choisi de recourir Ă  la chirurgie. Malheureusement, cela ne l’a pas guĂ©ri.

Plus tard, il a subi une procĂ©dure expĂ©rimentale, la thĂ©rapie radionuclĂ©ide par rĂ©cepteur de peptide (Peptide-Receptor Radionuclide Therapy-PRRT), qui consiste Ă  envoyer des radiations vers les cellules cancĂ©reuses en attachant un ou deux isotopes radioactifs Ă  un mĂ©dicament qui imite la somatostatine, l’hormone qui rĂ©gule tout le systĂšme endocrinien ainsi que la sĂ©crĂ©tion d’autres hormones.

Ce traitement a échoué également. AprÚs avoir subi une greffe du foie, Steve Jobs a succombé au cancer en 2011.

Fait intéressant, une recherche publiée en 2010 suggÚre que le fructose pourrait avoir un impact particuliÚrement significatif sur le cancer du pancréas.

L’une des fonctions principales du pancrĂ©as est de produire de l’insuline, que votre organisme utilise pour gĂ©rer la glycĂ©mie, et, en laboratoire, l’insuline favorise la croissance des cellules cancĂ©reuses du pancrĂ©as.

Toutefois, ce n’est pas tout. La recherche en question a montrĂ© que la façon dont les diffĂ©rents sucres sont mĂ©tabolisĂ©s (suivant diffĂ©rentes voies mĂ©taboliques) est d’une importance CAPITALE pour ce qui concerne l’alimentation des cellules cancĂ©reuses du pancrĂ©as et leur prolifĂ©ration.

L’étude confirme le vieil adage selon lequel le sucre nourrit le cancer – une dĂ©couverte qui a valu le Prix Nobel au Dr. Warburg, il y a plus de 90 ans. Les cellules tumorales se nourrissent en effet de glucose, et ne possĂšdent pas le mĂ©canisme mĂ©tabolique qui leur permettrait d’utiliser des graisses. Toutefois, les cellules utilisent le fructose pour la division cellulaire, ce qui accĂ©lĂšre la croissance et la propagation du cancer.

Il existe des motifs raisonnables de penser que le maintien d’un taux Ă©levĂ© d’insuline dans votre organisme augmente la capacitĂ© du cancer du pancrĂ©as Ă  survivre et Ă  se dĂ©velopper.

Si vous voulez prĂ©venir le cancer, ou le traiter, il est donc impĂ©ratif de maintenir votre taux d’insuline aussi bas que possible.

Devriez-vous Ă©liminer les fruits de votre alimentation ?

Pour faire court, je dirai non, il ne serait pas judicieux de les Ă©liminer totalement de votre alimentation. Les fruits sont bien entendu une source de fructose, mais vous pouvez tout Ă  fait en manger en quantitĂ©s raisonnables si vous ĂȘtes en bonne santĂ©.

Dans les fruits comme dans les légumes, le fructose est associé à des fibres, des vitamines, des minéraux, des enzymes et à des phytonutriments, tous trÚs sains, et qui contribuent à modérer les effets néfastes sur le métabolisme.

Toutefois, si vous souffrez de problĂšmes de santĂ© liĂ©s au fructose, tels qu’une rĂ©sistance Ă  l’insuline, un syndrome mĂ©tabolique, une maladie cardiaque, l’obĂ©sitĂ© ou le cancer, il serait plus raisonnable de limiter votre consommation totale de fructose Ă  15 grammes par jour. Cela comprend le fructose de TOUTES les sources, y compris des fruits entiers.

Si vous n’ĂȘtes pas rĂ©sistant Ă  l’insuline, vous pouvez consommer jusqu’à 25 grammes de fructose par jour, en moyenne.

Si votre apport de fructose provenait exclusivement de fruits et de lĂ©gumes (dont il provient originellement), comme c’était le cas pour la plupart des gens il y a encore un siĂšcle, il se situerait aux alentours de 15 grammes par jour.

Aujourd’hui, l’apport moyen de fructose est de 73 grammes par jour et nos organismes ne sont tout simplement pas faits pour supporter ce type d’abus biochimique. Prenez donc soigneusement en compte votre consommation de fruits, en vous basant sur le tableau ci-dessous, afin de ne pas dĂ©passer un apport total de fructose de 15 Ă  25 grammes, en fonction de votre Ă©tat de santĂ©.

Fruit Portion Teneur en fructose, en grammes
Citron vert 1 moyen 0
Citron 1 moyen 0,6
Airelles 1 tasse 0,7
Fruit de la passion 1 moyen 0,9
Prune 1 moyenne 1,2
Goyave 2 moyennes 2,2
Datte (variété Deglet Nour) 1 moyenne 2,6
Melon Cantaloup 1/8Ăšme d’un melon moyen 2,8
Framboises 1 tasse 3,0
Clémentine 1 moyenne 3,4
Kiwi 1 moyen 3,4
Mûres 1 tasse 3,5
Carambole 1 moyenne 3,6
Cerises sucrées 10 3,8
Fraises 1 tasse 3,8
Cerises aigres 1 tasse 4,0
Ananas 1 tranche (9 cm x 2 cm) 4,0
Pamplemousse, rose ou rouge 1/2 moyen 4,3
Fruit Portion Teneur en fructose, en grammes
Mûres de Boysen 1 tasse 4,6
Mandarine/orange 1 moyenne 4,8
Nectarine 1 moyenne 5,4
PĂȘche 1 moyenne 5,9
Orange (Navel) 1 moyenne 6,1
Papaye 1/2 moyenne 6,3
Melon vert (honeydew) 1/8Ăšme d’un melon moyen 6,7
Banane 1 moyenne 7,1
Myrtilles 1 tasse 7,4
Datte (Medjool) 1 moyenne 7,7
Pomme 1 moyenne 9,5
Kaki 1 moyen 10,6
PastĂšque 1/16Ăšme d’une pastĂšque moyenne 11,3
Poire 1 moyenne 11,8
Raisins secs 1/4 tasse 12,3
Raisin, sans pépins (vert ou rouge) 1 tasse 12,4
Mangue 1/2 moyenne 16,2
Abricots secs 1 tasse 16,4
Figues sĂšches 1 tasse 23,0

Comment déterminer vos prédispositions aux dommages du fructose ?

Comme nous l’avons dĂ©jĂ  dit, les personnes qui doivent faire attention Ă  leur consommation de fruits sont celles qui prĂ©sentent un taux Ă©levĂ© d’insuline. Si vous souffrez de l’un quelconque des problĂšmes suivants, il est trĂšs probable que vous soyez atteint de rĂ©sistance Ă  l’insuline :

  • Surpoids
  • Taux Ă©levĂ© de cholestĂ©rol
  • Pression artĂ©rielle Ă©levĂ©e
  • DiabĂšte
  • Mycoses

Par ailleurs, vous pouvez Ă©galement utiliser votre taux d’acide urique comme marqueur de prĂ©disposition aux dommages du fructose, car certaines personnes mĂ©tabolisent le fructose plus efficacement que d’autres. Plus votre taux d’acide urique est Ă©levĂ©, plus vous ĂȘtes sensible aux effets du fructose.

Le taux le plus sain d’acide urique se situe entre 3 et 5,5 milligrammes par dĂ©cilitre (mg/dl), selon le Dr. Richard Johnson, le taux idĂ©al se situant probablement aux alentours de 4 mg/dl pour les hommes et de 3,5 mg/dl pour les femmes.

Si vous faites partie des personnes qui pensent que les fruits sont sains, quelle que soit la quantitĂ© consommĂ©e, je vous encourage vivement Ă  faire vĂ©rifier votre taux d’acide urique pour dĂ©terminer votre degrĂ© de sensibilitĂ© au fructose.

Mangez autant de fruits qu’il vous semble raisonnable pendant quelques semaines, puis vĂ©rifiez votre taux d’acide urique pour voir s’il se situe dans une fourchette saine. Nombre de personnes en surpoids ont sans doute un taux d’acide urique nettement supĂ©rieur Ă  5,5. Certaines ont peut-ĂȘtre mĂȘme un taux proche de 10, voire plus.

Mesurer votre taux d’acide urique est un moyen trĂšs pratique pour dĂ©terminer dans quelle mesure vous devez contrĂŽler votre consommation de fructose – et de fruits.

Existe-t-il une alimentation idéale qui puisse convenir à tout le monde ?

Les besoins nutritionnels peuvent ĂȘtre extrĂȘmement variables d’une personne Ă  une autre, et c’est pourquoi je suis depuis longtemps partisan d’adopter une alimentation adaptĂ©e Ă  votre type mĂ©tabolique.

Si vous ĂȘtes par exemple du type protĂ©ique, les fruits ne vous sont gĂ©nĂ©ralement pas bĂ©nĂ©fiques, Ă  l’exception de la noix de coco, dont la teneur Ă©levĂ©e en graisse est bĂ©nĂ©fique aux personnes de ce type mĂ©tabolique.

Par contre, les personnes du type glucidique ont tendance Ă  bien s’accommoder des fruits et peuvent sans problĂšme en consommer en quantitĂ©s modĂ©rĂ©es. C’est une distinction importante, et chacun devrait essayer de consommer principalement les fruits qui conviennent le mieux Ă  sa propre biochimie.

Souvenez-vous qu’il existe de plus en plus de donnĂ©es indiquant que votre alimentation doit ĂȘtre composĂ©e au moins pour moitiĂ©, et sans doute mĂȘme jusqu’Ă  70 %, de bonnes graisses. Il est important de comprendre que, pour fonctionner de façon optimale, votre corps a besoin de graisses saturĂ©es d’origines animale et vĂ©gĂ©tale (telles que la viande, les produits laitiers, certaines huiles, et des fruits tropicaux tels que la noix de coco).

Si l’on tient compte de cela, on comprend facilement qu’un rĂ©gime exclusivement Ă  base de fruits peut ĂȘtre absolument dĂ©sastreux pour votre santĂ©.

Gardez Ă  l’esprit qu’une frĂ©quente sensation de faim est un indice majeur indiquant que vous ne mangez pas correctement. Non seulement cela indique que vous consommez les mauvais types d’aliments, mais que vous les consommez Ă©galement dans de mauvaises proportions par rapport Ă  votre biochimie personnelle.

La graisse est bien plus rassasiante que les glucides, donc si vous avez réduit votre consommation de glucides et vous sentez toujours affamé, cela signifie que vous ne consommez pas suffisamment de graisses saines pour compenser. Cependant, vous devez veiller à choisir les bons types de graisse, que vous trouverez dans les aliments suivants :

Olives et huile d’olive Noix de coco et huile de noix de coco Beurre Ă©laborĂ© Ă  partir de lait cru bio de vaches nourries au pĂąturage
Noix crues, telles qu’amandes ou noix de pĂ©can Jaunes d’Ɠufs biologiques Avocats
Viandes élevées au pùturage Huiles de noix bio de pression à froid

Si vous souhaitez atteindre une santĂ© optimale, soyez trĂšs attentif Ă  votre taux d’insuline

Trois facteurs d’hygiĂšne de vie reviennent constamment sur le devant de la scĂšne, parmi les facteurs contribuant Ă  la survenue du cancer du pancrĂ©as : la consommation de sucre, le manque d’exercice, et la carence en vitamine D.

Il est Ă©vident qu’un rĂ©gime exclusivement Ă  base de fruits peut sĂ©rieusement compromettre votre sensibilitĂ© Ă  l’insuline, et ainsi augmenter votre risque de dĂ©velopper de nombreux problĂšmes de santĂ©, y compris des problĂšmes de pancrĂ©as. Un tel rĂ©gime entraine tout simplement un apport de fructose BEAUCOUP trop important pour la plupart des gens.

MĂ©fiez-vous donc de tout rĂ©gime qui semble extrĂȘme, et souvenez-vous que le corps humain a BESOIN de bonnes graisses et de protĂ©ines de bonne qualitĂ© pour fonctionner correctement.

Quant aux fruits, soyez prudent si vous souffrez d’un quelconque problĂšme de santĂ© liĂ© Ă  l’insuline, comme nous l’avons Ă©voquĂ©, et limitez votre consommation totale de fructose Ă  15 Ă  25 grammes, en fonction de votre Ă©tat de santĂ©.

 

Pour aller plus loin, recevez le guide 2 techniques Anti-Sucre

 

EN BREF

  • La recherche suggĂšre que le fructose pourrait avoir un rĂŽle particuliĂšrement important dans le cancer du pancrĂ©as, car il a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que les cellules cancĂ©reuses du pancrĂ©as utilisent le fructose pour se diviser, ce qui accĂ©lĂšre le dĂ©veloppement et la propagation du cancer.

Source :

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.