Les LED bleues allument votre cerveau

Il n’y a pas encore si longtemps, toutes proportions gardées, l’homme se levait et se couchait avec le soleil.

Alors que l’invention de l’éclairage artificiel moderne nous permet d’être productifs 24 heures sur 24, y compris lorsque nous devrions être dans le noir complet, nos organismes ne se sont pas adaptés à cet assaut de lumière alors qu’il devrait faire nuit.

Les humains ont longtemps subsisté avec la lueur du feu, et ses longueurs d’ondes jaunes, oranges et rouges n’ont pas les effets néfastes (suppression de la production de mélatonine par exemple) des autres longueurs d’ondes de lumière, comme le blanc et le bleu.

La lumière bleue, qui domine lorsque le soleil est au zénith, pose particulièrement problème. Les photorécepteurs, ou cellules photo sensibles de vos yeux, traquent la lumière bleue qui déclenche différent processus dans le noyau suprachiasmatique, une petite région de l’hypothalamus de votre cerveau.

Parmi ces processus, la transmission à la glande pinéale de l’information selon laquelle, en présence d’une importante quantité de lumière bleue, la production de mélatonine doit être stoppée pour faciliter l’éveil. Lorsque le soleil se couche et que la lumière bleue diminue, la production de mélatonine augmente, ce qui vous aide à vous endormir.

L’apparition des lumières LED bleues

Nous sommes au cœur d’une expérience lumineuse sans précédent, non seulement en raison de l’utilisation largement répandue de la lumière artificielle en général, mais aussi parce que depuis 20 ans, des lumières LED (light-emitting diode, diodes électroluminescentes) bleues puissantes sont incorporées aux outils électroniques tels que les smartphones, les ordinateurs et les télévisions à écran plat.

Les lumières LED sont en train de rapidement remplacer les anciennes technologies d’éclairage, y compris les ampoules à incandescence et les lampes fluocompactes (LFC). Il y a de bonnes raisons à cela, car les LED sont bien plus économes en énergie, plus durables et produisent une lumière d’excellente qualité, en comparaison à d’autres types d’éclairages.

D’après le département américain de l’énergie (U.S. Department of Energy, DOE), les lampes LED utilisent au moins 75% d’énergie en moins, tout en durant 25 fois plus longtemps que les lampes à incandescence.

Le DOE estime que d’ici 2027, l’utilisation généralisée de LED aux États-Unis, en comparaison à l’utilisation d’aucune LED, pourrait économiser chaque année l’équivalent de la production de 44 grandes usines électriques, ce qui équivaudrait à au moins 30 milliards de dollars d’économies. Les LED diffèrent des ampoules à incandescences sur trois points essentiels :

  • Elles n’émettent que très peu de chaleur par rapport aux ampoules à incandescence et aux LFC, qui libèrent respectivement 90% et 80% de leur énergie sous forme de chaleur
  • Les LED émettent de la lumière dans une direction spécifique, ce qui les rend très efficaces et réduit le besoin de réflecteurs et de diffuseurs
  • Les LED diffusent un mélange de lumières rouge, verte et bleue, qui sont généralement combinées de façon à obtenir une lumière blanche ; la lumière est plus éclatante, plus blanche et plus bleue que celle des ampoules à incandescence, qui contiennent bien plus de lumières jaune et rouge

La lumière « blanche » des LED est si lumineuse et économe en énergie qu’environ 10% des municipalités américaines les utilisent aujourd’hui pour l’éclairage public, et il est prévu que d’autres leur emboitent le pas. Malheureusement, ces changements ont apporté un nouvel ensemble de problèmes potentiels.

Les écrans rétroéclairés par LED perturbent votre cerveau

Lorsque votre cerveau « voit » une lumière bleue le soir, le message contradictoire peut finir par provoquer de graves problèmes de santé, et même des problème largement répandus, car la National Sleep Foundation (NSF – Fondation Nationale pour le Sommeil) a découvert que presque chaque personne qui avait répondu à l’un de ses sondages utilisait une télévision, un ordinateur, un téléphone portable ou d’autres appareils électroniques dans l’heure précédant le coucher, au moins plusieurs soirs par semaine.

En 2011, par exemple, des chercheurs ont découvert que s’exposer le soir à des écrans d’ordinateurs rétroéclairés par LED, affecte la physiologie du système circadien. Chez 13 jeunes hommes, l’exposition pendant cinq heures à un écran rétroéclairé par LED, le soir, a limité la production de mélatonine ainsi que l’envie de dormir de façon significative.

Une recherche indépendante a révélé que « la lumière bleue provenant des diodes électroluminescentes provoque une suppression dose-dépendante de la mélatonine chez l’homme. »

Regarder une tablette pendant seulement deux heures le soir suffit à supprimer l’augmentation nocturne naturelle de cette hormone par votre corps, et pousser jusqu’à 4 heures diminue la sensation de somnolence, augmente le temps d’endormissement (d’environ 10 minutes) et diminue la qualité du sommeil par rapport à ceux qui lisent un livre pendant le même temps.

Même le fait de conduire le soir dans un quartier éclairé par des LED peut dérégler votre horloge interne. Au cours de sa réunion annuelle de 2016, l’American Medical Association (AMA) a émis de nouvelles recommandations pour les villes sur la façon de « réduire les effets néfastes des éclairages publics intensifs [LED] sur l’homme et l’environnement. »

L’AMA a souligné que les lumières LED blanches « ont un impact cinq fois plus important » sur les rythmes circadiens du sommeil, que l’éclairage public conventionnel. Cela peut entraîner des problèmes de sommeil et des affections qui leurs sont associées.

Le Dr. Maya A. Babu, membre du Conseil d’Administration de l’AMA, a déclaré dans un communiqué de presse, « en dépit des avantages en termes d’économie d’énergie, certaines lumières LED sont dangereuses lorsqu’elles sont utilisées pour l’éclairage public. Elle a cité de « récentes et importantes enquêtes » ayant établi qu’un éclairage nocturne plus vif dans les villes est lié :

  • À des temps de sommeil plus courts
  • À une insatisfaction quant à la qualité de sommeil
  • À une somnolence excessive
  • À une altération du fonctionnement diurne
  • À l’obésité

L’éclairage LED peut endommager, entre autres, votre vue et votre système endocrinien

Les LED présentent des inconvénients majeurs dont on a pas pris la pleine mesure, et qui vont au-delà de leurs effets sur le sommeil.

Le Dr. Alexander Wunsch, expert de renommée mondiale en photobiologie, nous fait part des dangers cachés de l’éclairage LED, notamment du fait qu’il pourrait représenter l’une des plus importantes source d’ondes EMF allochtones auxquelles nous sommes exposés au quotidien.

Si vous décidez d’ignorer ces nouvelles informations, cela pourrait avoir de très graves répercussions à long terme. Cela pourrait entraîner une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), qui est la principale cause de cécité chez les personnes âgées aux États-Unis.

En bref, les LED n’émettent pratiquement aucun infrarouge mais émettent une abondance de lumière bleue qui génère des espèces réactives de l’oxygène (ERO), et c’est pourquoi elles sont si dangereuses pour vos yeux et votre santé globale.

D’autres problèmes de santé ayant pour origine un dysfonctionnement des mitochondries, et qui vont des troubles du métabolisme au cancer, peuvent également être exacerbés par les éclairages à LED. Voici ce qu’explique le Dr. Wunsch :

Le Bleu présente l’énergie la plus élevée de la partie visible du spectre et il produit, ou infuse la production d’ERO du stress oxydatif. La lumière bleue est à l’origine des ERO dans vos tissus, et ce stress doit être contrebalancé par le proche infrarouge, que l’on ne trouve pas dans les LED.

La lumière bleue fait que nous avons besoin d’encore plus de régénération, mais la partie régénérante du spectre n’est pas présente dans la partie bleue, à courtes longueurs d’ondes. On la trouve dans la partie à ondes longues, rouge et proche-infrarouge.

La régénération des tissus et la réparation des tissus s’effectue donc grâce à des longueurs d’ondes qui sont absentes du spectre d’une LED.

Nous avons d’un côté une augmentation du stress du côté des ondes courtes et de l’autre une régénération et une réparation réduites du côté des ondes longues. C’est principalement de là que vient le problème… [C]e genre de qualité de lumière n’existe pas dans la nature. Cela a des conséquence. Le stress a des conséquences sur la rétine et sur notre système endocrinien. »

Comment rendre les écrans numériques moins dangereux

Pour ce qui est des écrans d’ordinateurs, le Dr. Wunsch suggère de réduire la température de couleur corrélée à 2.700 K – y compris pendant la journée, pas seulement le soir. De nombreuses personnes utilisent pour cela f.lux, mais j’ai une bonne surprise pour vous car j’ai trouvé une BIEN meilleure alternative qui a été créée par Daniel, un programmateur bulgare de 22 ans, qui m’a été présenté par Ben Greenfield.

Il est l’une des rares personnes qui connaissait déjà la plupart des informations révélées dans cet article. Il utilisait donc f.lux mais trouvait les commandes très frustrantes. Il a tenté de les contacter mais ils ne l’ont jamais rappelé. Il a donc créé une alternative largement supérieure qu’il a appelée Iris. Elle est gratuite, mais vous souhaiterez certainement récompenser Daniel par un don de 2$. Vous pouvez acquérir le logiciel Iris pour 2$ ici. La technologie OLED pour les écrans est une autre innovation qui peut être mieux que les écrans conventionnels.

« [Avec] la technologie OLED, explique le Dr. Wunsch, je ne suis pas sûr que la couleur soit vraiment stable sous tous les angles sous lesquels vous regardez l’écran. » « Mais il est certain qu’avec une technologie grâce à laquelle le noir de l’écran est vraiment noir, vous recevez moins de radiations dans les yeux et c’est ce que propose la technologie OLED.

Les forts contrastes entre le noir et le blanc, toutes les parties noires des écrans TFT (transistors en couche mince) ou les écrans standards ne sont donc pas vraiment noires. Elles émettent aussi des ondes courtes. Les écrans OLED n’en émettent que par les parties éclairées ; là où l’écran est noir, il n’y a pas de lumière. Ils peuvent être préférables tant que l’angle de vue ne vous pose pas de problème. »

Pour protéger votre santé et votre vue, privilégiez les lampes à incandescence

Les LED sont un parfait exemple de la façon dont nous sabotons notre santé avec une technologie par ailleurs utile. Toutefois, en en ayant conscience, nous pouvons être proactifs et prévenir les dommages. En résumé, il est vraiment indispensable de limiter notre exposition à la lumière bleue, tant pendant la journée que le soir. Donc le soir, échangez vos LED contre des ampoules à incandescence, ou des lampes halogènes incandescentes à basse tension qui fonctionnent sur le courant continu.

Je conseille aussi vivement d’utiliser des lunettes qui bloquent la lumière bleue après le coucher du soleil, même si vous utilisez des ampoules à incandescence. Sans ces modifications, l’excès de lumière bleue en provenance des LED et des écrans poussera votre corps à fabriquer trop d’ERO et à diminuer la production de mélatonine, tant dans votre glande pinéale que dans votre rétine, ce qui, dans ce dernier cas, en empêchera la réparation et la régénération, accélérant ainsi la dégénérescence de votre vision.

« Un point sur lequel il faut insister à nouveau, ce n’est pas de la lumière bleue du soleil que nous devons nous inquiéter. C’est de la lumière bleue, la lumière à haute énergie visible (HEV), qui provient de sources lumineuses froides économes en énergie, non thermiques. C’est elle qui pose un problème, et non la lumière bleue qui nous arrive accompagnée de longueurs d’ondes plus longues dans un genre de cocktail naturel qui présente le spectre bénéfique proche infrarouge…

Celles qui posent des problèmes sont les substituts de lumières provenant de sources lumineuses non thermiques, et il faut être malin pour éviter ces chevaux de Troyes. Si vous ne voulez pas prendre de risques, éclairez-vous à la bougie et aux ampoules incandescentes », conclut le Dr. Wunsch.

En bref

  • L’exposition aux écrans d’ordinateurs rétroéclairés par LED limite la production de mélatonine et la sensation de somnolence de façon significative.
  • Les LED n’émettent pratiquement pas de lumière infrarouge bénéfique mais émettent par contre de la lumière bleue en excès, qui génère des espèces réactives de l’oxygène (ERO) affectant votre vision et votre santé globale.
  • Les lumières LED peuvent également exacerber un dysfonctionnement des mitochondries, entrainant des affections chroniques pouvant aller des troubles métaboliques au cancer.
Source:

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.