L’efficacité du vaccin contre la grippe remise en question

La saison de la grippe approche à grands pas et, avec elle, les multiples rappels pour vous faire vacciner. Cela en dépit du fait que des recherches de plus en plus nombreuses suggèrent que cette approche de prévention de la grippe pourrait être mauvaise pour la santé à long-terme, et qu’elle n’est pas efficace de toutes façons.

En décembre 2015, une analyse faite par le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l’efficacité du vaccin contre la grippe a révélé que, entre 2005 et 2015, il a été efficace à moins de 50% dans plus de la moitié des cas.

 >>>Téléchargez librement votre guide sur les 6 SYMPTÔMES qui révèlent à Coup Sûr une intoxication aux Métaux Lourds

 

Le vaccin contre la grippe rate sa cible à chaque fois

Au cours de la saison 2004/2005, le vaccin contre la grippe a été efficace à 10%. En d’autres termes, il a échoué dans 90% des cas. Au cours de la saison grippale 2012/2013, le vaccin contre la grippe saisonnière a été efficace à 56%, tous âges confondus, mais seulement à 9% chez les seniors.

Le vaccin contre la grippe 2014/2015 fut un échec, avec une efficacité de seulement 18% ; 15% chez les enfants de 2 à 8 ans et Fluzone — qui contient QUATRE FOIS la dose normale d’antigènes — n’a diminué le risque de grippe chez les seniors que de 24% par rapport au vaccin standard.

Sans se laisser décourager par ces taux d’échec stupéfiants, le CDC a exprimé sa confiance totale dans le vaccin 2015/2016. En septembre 2015, Tom Frieden, directeur du CDC, a déclaré :

« Faites-vous vacciner… C’est la meilleure façon de vous protéger, vous, votre famille et votre communauté, contre la grippe. »

Au cours de la saison 2015/2016, le vaccin injectable contre la grippe a été efficace à 63%.

Toutefois, le fameux vaccin nasal à virus vivant n’a pas donné d’aussi bons résultats.

Cet automne, ne soyez pas surpris si la pression remonte d’un cran, car les autorités de santé publique craignent que le CDC ne recommande d’éviter le spray nasal (FluMist) cette année, en raison des éléments prouvant son inefficacité totale chez les enfants, depuis trois ans d’affilée.

« Nous craignons que le nombre de vaccinations diminue cette année parce que le spray n’est pas disponible », a récemment déclaré Tom Frieden au Washington Post.

Ce que révèlent les données scientifiques récentes à propos de la vaccination annuelle contre la grippe

Il semble que, en dépit du peu d’efficacité du vaccin antigrippal, l’appel à la vaccination reste constant. Mais vous faire vacciner tous les ans est-il vraiment « le meilleur moyen » de vous protéger contre la grippe ? La recherche donne souvent un avis très différent. Les récentes études ont par exemple montré que :

  • À chaque vaccination annuelle supplémentaire, la protection conférée par le vaccin semble diminuer. Une recherche publiée en 2014 a conclu que la protection contre la grippe offerte par le vaccin était plus importante chez les personnes qui n’avaient PAS été vaccinées au cours des 5 années précédentes.
  • Le vaccin antigrippal peut également augmenter le risque de contracter d’autres infections grippales, plus graves.
    • Les données montrent que les personnes qui avaient été vaccinées contre la grippe en 2008 avaient deux fois plus de risques de contracter la « grippe porcine » H1N1 que les autres.
    • Comparés aux enfants qui ne sont pas vaccinés tous les ans contre la grippe, ceux qui le sont ont un risque trois fois plus élevé d’hospitalisation due à la grippe.
  • Les statines – prises par 1 personne sur 4 à partir de 45 ans – risquent de diminuer la capacité de votre système immunitaire à répondre au vaccin antigrippal.Après leur vaccination, les taux d’anticorps étaient de 38 à 67% plus bas chez les personnes de plus de 65 ans sous statines, par rapport aux personnes du même âge ne prenant pas de statines. Les taux d’anticorps étaient également plus bas chez les personnes plus jeunes prenant des statines.
  • Des évaluations scientifiques indépendantes ont également conclu que les vaccins antigrippaux ne préviennent pas la grippe ni ses complications.Le vaccin antigrippal ne semble pas prévenir le syndrome grippal associé à d’autres types de virus responsables d’environ 80% des infections respiratoires ou gastrointestinales au cours de toute saison grippale.

Nous avons besoin d’études qui ‘ne peuvent pas’ êtres faites aux États-Unis

En dépit des preuves scientifiques qui s’accumulent CONTRE l’efficacité du vaccin antigrippal, de nombreuses autorités de santé persistent à dire que ces preuves ne sont ‘pas claires’. Prenons l’exemple du Dr. Wilbur Chen, expert en maladies infectieuses à l’École de Médecine de l’université du Maryland.

En réponse à des découvertes canadiennes indiquant que l’efficacité du vaccin antigrippal diminue avec les répétitions, il a déclaré que « cela n’a pas été reproduit par le CDC aux États-Unis ».

Ce que le Dr. Chen oublie de préciser c’est qu’une étude clinique comparant la santé d’individus recevant le vaccin annuel avec celle de personnes non vaccinées ne peut pas ou ne sera pas menée aux États-Unis pour la simple raison que les États-Unis recommandent que tout le monde soit vacciné chaque année. Voici ce qu’a indiqué STAT News :

« Compte tenu de cette politique, il serait contraire à l’éthique que des chercheurs américains désignent de façon aléatoire des personnes qui devraient renoncer au vaccin pendant plusieurs années. Mais des experts d’autres régions du monde, notamment à Hong-Kong, où la grippe circule tout au long de l’année, essayent de rassembler les fonds pour mener une étude à grande échelle sur plusieurs années. »

Le vaccin nasal contre la grippe a été inefficace trois années de suite

Environ un tiers des vaccins annuels antigrippaux administrés aux enfants aux États-Unis l’ont été sous forme de spray nasal à virus vivant (FluMist), apprécié de nombreux pédiatres car il est sans aiguille.

Ces dernières années, le CDC et l’Académie Américaine de Pédiatrie (AAP) sont allés jusqu’à dire que le vaccin sous forme de spray nasal à virus vivant était le vaccin privilégié pour les enfants en bonne santé âgés de 2 à 8 ans parce que les premières données suggéraient qu’il fonctionnait un peu mieux pour eux que le vaccin désactivé en injection.

On donnait initialement aux enfants deux doses à inhaler, de façon à ce que, en théorie, ils développent rapidement leur immunité. Mais le vaccin antigrippal sous forme de spray nasal a tourné à l’échec dans des proportions épiques. Au cours de la saison grippale 2015/2016, il a atteint un taux d’échec de 97%.

Les vaccins à virus vivant pourraient potentiellement transmettre la grippe

Bien que que la décision du CDC de retirer le FluMist du marché américain soit basée sur son manque d’efficacité, il y a d’autres facteurs importants à prendre en compte avant d’envisager l’utilisation d’un vaccin à virus vivant. Le vaccin antigrippal injectable est un vaccin inactivé tandis que le spray nasal contient un virus vivant, quoique affaibli (atténué).

Le virus atténué est sensé encourager le système immunitaire à combattre la maladie sans provoquer les symptômes cliniques d’une maladie grave.

Toutefois, lorsque vous recevez un vaccin à virus atténué, une souche vaccinale d’un virus se répand dans vos fluides corporels – exactement comme lorsque vous êtes infecté par un virus et qu’il se répand dans vos fluides corporels. Après avoir reçu un vaccin à virus vivant, vous pouvez donc asymptomatiquement répandre et transmettre la souche vaccinale du virus à d’autres personnes, notamment des personnes immunodéprimées, chez lesquelles une souche vaccinale de virus pourrait provoquer de graves complications.

Les vaccins à virus vivants atténués peuvent également potentiellement affecter l’évolution des virus, qui se combinent constamment entre eux, car la souche vaccinale des virus est répandue dans l’environnement où d’autres mutations peuvent avoir lieu.

Le vaccin antigrippal associé à des invalidités graves

Tout vaccin comporte un risque de dommages ou de décès qui peut être plus important pour certaines personnes, et le risque potentiel de souffrir de complications liées au vaccin antigrippal, qui engendrent une invalidité permanente comme la paralysie du syndrome de Guillain-Barré (SGB), est un risque que vous devez prendre en compte chaque fois que vous vous faites vacciner.

Bien que le décès ou une invalidité totale des suites de complications du vaccin antigrippal soient rares, des complications graves et le décès des suites de la grippe saisonnière elle-même sont aussi relativement rares, en particulier chez les individus ayant un système immunitaire sain.

Il est donc sage de comparer le risque de souffrir d’effets secondaires invalidants d’un vaccin antigrippal avec le risque potentiel plus probable de passer une semaine au lit pour se remettre d’une grippe. La plupart des décès attribués à la grippe sont en fait dus aux complications qui entraînent des pneumonies bactériennes, aujourd’hui souvent traitées efficacement par des soins médicaux avancés, ce qui n’était pas le cas au cours des siècles passés.

Comme l’a déjà souligné le Dr. Mark Geier, titulaire d’un doctorat en génétique et qui a passé 10 ans de sa carrière au National Institute of Health (NIH, Institut National de la Santé), le SGB est un effet secondaire reconnu du vaccin antigrippal. Dès 2003, le CDC avait même reconnu que le vaccin antigrippal était responsable d’un excès de 1,7 cas de SGB par million de personnes vaccinées.

Sachant que le vaccin est efficace à 10 à 20% au mieux, ce risque de réaction au vaccin est important, même s’il est rare, puisque vos chances de bénéficier réellement du vaccin sont très réduites en termes de protection contre la grippe.

Des données du département de la Santé et des Services Sociaux des États-Unis (DHHS) montrent que le SGB est le dommage le plus grave pour lequel des personnes ont perçu une indemnisation d’accident de vaccination, et le vaccin antigrippal est le vaccin le plus couramment cité par les adultes faisant une demande d’indemnisation.

Le Dr. Geier souligne également que a) le nombre de décès des suites de la grippe se compte en centaines par an, et non en milliers (et n’approche certainement pas des 36.000 si fréquemment évoqués), ce qui en fait une maladie à faible risque contre laquelle se faire vacciner, et b) les vaccins antigrippaux devraient légitimement être commercialisés comme vaccins expérimentaux puisque leur nature constamment modifiée signifie qu’ils ne peuvent pas être conformes aux exigences légales en matière d’efficacité et de sécurité des vaccins.

Les vaccins et votre système immunitaire

Certains composants des vaccins, comme le thiomersal (conservateur au mercure) et les adjuvants à base d’aluminium, sont neurotoxiques et risquent d’affaiblir vos fonctions immunitaires et cérébrales Les vaccins peuvent provoquer des réactions allergiques en introduisant de grandes molécules de protéines étrangères dans votre corps, qui n’ont pas été correctement décomposées par votre système digestif (puisqu’elles sont injectées)
Les virus vaccinaux scientifiquement modifiés peuvent altérer davantage votre réponse immunitaire Les vaccins peuvent altérer le fonctionnement des lymphocytes, provoquant des maladies chroniques
ADN et ARN étrangers provenant de tissus animaux peuvent faire des ravages dans votre organisme et déclencher une auto-immunité chez certaines personnes Le vaccin antigrippal peut faire courir un risque immédiat à votre système cardiovasculaire, provoquant des anomalies des fonctions artérielles et de l’oxydation des LDL, pouvant persister au moins deux semaines

Comment vous protéger de la grippe sans vous faire vacciner

Fort heureusement, il existe des mesures proactives que vous pouvez prendre pour éviter de tomber malade pendant la saison grippale, qui ne nécessitent pas de se faire vacciner chaque année. En suivant ces recommandations simples, vous conserverez un système immunitaire en bon état et courrez donc moins de risques de contracter la maladie, ou, si vous tombez malade malgré tout, vous serez mieux préparé à vous en sortir sans complications.

Optimisez votre taux de vitamine D. C’est l’une des meilleures façons d’éviter les infections de tous types, et la recherche suggère qu’une carence en vitamine D pourrait être la véritable responsable de la saisonnalité de la grippe – et non pas le virus de la grippe lui-même.

Amener votre taux de vitamine D à un niveau thérapeutique de 40 à 60 nanogrammes par millilitre (ng/ml) est probablement la plus importante et moins couteuse des choses à faire pour éviter la grippe.

Évitez le sucre et les aliments transformés. Le sucre altère le fonctionnement de votre système immunitaire presque immédiatement, et un système immunitaire sain est l’une des principales clés pour combattre les virus et autres envahisseurs pathogènes.
Reposez-vous suffisamment. Tout comme il devient difficile pour vous d’effectuer vos tâches quotidiennes si vous êtes fatigué, si votre corps est trop fatigué, il aura du mal à combattre la grippe.
Gérez votre stress. Lorsque le stress devient trop important, votre corps n’arrive plus à se défendre aussi bien contre la grippe et les autres maladies. Si vous sentez que le stress nuit à votre santé, envisagez d’utiliser un outil de psychologie énergétique comme la Technique de Libération Émotionnelle (EFT), qui est remarquablement efficace pour soulager du stress associé à tous types d’évènements, du travail à la famille en passant par les traumatismes.
Pratiquez une activité physique. Lorsque vous faites du sport, la circulation et le flux sanguin augmentent à travers tout le corps. Les composants de votre système immunitaire circulent également mieux, ce qui signifie que votre système immunitaire a plus de chances de trouver une maladie avant qu’elle ne s’étende.
Prenez des oméga-3 d’origine animale. Augmentez votre apport d’acides gras essentiels et sains comme les oméga-3 que l’on trouve dans l’huile de krill, et qui sont essentiels pour la santé. Évitez également les acides gras oméga-6 dégradés et les gras trans présents dans les aliments transformés car ils endommagent la réponse immunitaire.
Lavez-vous les mains. Vous laver les mains diminue le risque de transmettre un virus vers votre nez, votre bouche ou à d’autres personnes. Les savons antibactériens sont toutefois totalement inutiles et font bien plus de mal que de bien. Utilisez plutôt un savon doux sans toxines et de l’eau chaude.
Utilisez des boosters d’immunité naturels. L’argent colloïdal, l’huile d’origan et l’ail en sont des exemples. Ils ont une puissante activité antibiotique et stimulent la capacité de l’organisme à résister aux bactéries nocives, aux virus et aux protozoaires. À l’inverse des antibiotiques, ils ne semblent pas entraîner de résistance.
Évitez les hôpitaux. Dernier conseil, mais pas des moindres, je vous conseille d’éviter les hôpitaux, à moins d’avoir une urgence et besoin d’un soin médical spécialisé, car les hôpitaux sont les principaux terrains propices aux infections de toutes sortes. Le meilleur endroit pour se reposer correctement et se remettre d’une maladie, et qui ne mette pas votre vie en danger, est généralement chez vous, dans le confort de votre foyer.

Pour aller plus loin, recevez le guide 6 SYMPTÔMES qui révèlent à Coup Sûr une intoxication aux Métaux Lourds

En bref

  • Des recherches de plus en plus nombreuses suggèrent que se faire vacciner tous les ans contre la grippe pourrait être mauvais pour la santé à long-terme, et que ce n’est pas efficace de toutes façons
  • Une analyse de l’efficacité du vaccin contre la grippe a révélé que, entre 2005 et 2015, il a été efficace à moins de 50% dans plus de la moitié des cas
  • De récentes études ont montré qu’à chaque vaccination annuelle supplémentaire, la protection conférée par le vaccin diminue. Elle peut également augmenter le risque de contracter des infections grippales plus graves

Source:

35,45

Couteau céramique

4 couteaux céramique rouge

25,65

Couteau céramique

4 couteaux céramique noir

25,65

Couteau céramique

4 couteaux céramique blanc

25,65
61,33

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.