Le surentrainement peut affaiblir votre système immunitaire et éprouver vos glandes surrénales

De nombreux facteurs liés au style de vie peuvent être responsables d’une mauvaise santé et d’un décès prématuré. L’un des plus dangereux est peut-être le stress, qui peut être soit mental/émotionnel ou, chez les athlètes, un stress physique excessif dû à un surentrainement et à un manque de temps de récupération.

La recherche montre qu’une activité physique presque quotidienne, d’intensité modérée, bénéficie à votre système immunitaire et peut contribuer à faire diminuer les arrêts maladie de 50%. Par contre, en faire trop en s’entrainant de façon intense et prolongée tend à produire l’effet inverse.

Lorsqu’il est aigu, le stress inhibe temporairement une partie de votre système immunitaire, vous rendant ainsi plus vulnérable aux pathogènes et autres envahisseurs étrangers.

Comme le souligne le Dr. Michael Greger, les athlètes qui se surentrainent peuvent devenir sujets aux infections respiratoires, et avoir besoin d’un soutien nutritionnel pour compenser cette déficience du système immunitaire.

La meilleure chose à faire est de veiller à récupérer suffisamment entre les séances d’entrainement, bien sûr, mais si le mal est déjà fait, des compléments alimentaires tels que la levure nutritionnelle peuvent vous aider à vous remettre plus vite en selle.

Le surentrainement peut aussi éprouver vos glandes surrénales et contribuer à la fatigue surrénale, qui doit être traitée pour préserver votre santé. Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une autre maladie liée aux glandes surrénales qui peut être provoquée ou aggravée par un excès de stress physique ou mental.

Les bienfaits de la levure nutritionnelle

Dans des conditions normales, une activité physique intense provoque une diminution du nombre de monocytes circulants – les globules blancs qui sont la première ligne de défense de votre corps contre les envahisseurs.

Toutefois, des athlètes ayant consommé quotidiennement 3/4 d’une cuillère à café de levure nutritionnelle ont finalement observé une augmentation du nombre de monocytes circulants deux heures après un exercice intense – une valeur plus élevée que celle relevée avant leur entrainement, ce qui est assez surprenant.

Pour vérifier que cela se traduit réellement par une diminution du nombre de maladies, les chercheurs ont testé la levure nutritionnelle sur des coureurs de marathon. Par rapport à ceux qui avaient reçu un placébo, les coureurs qui avaient pris de la levure nutritionnelle avaient diminué par deux le nombre de jours de maladie au cours des deux semaines, voire plus, qui avaient suivi la course.

Ceux qui prenaient de la levure nutritionnelle déclaraient également se sentir mieux, tant physiquement qu’émotionnellement, par rapport au groupe placébo. Les participants du groupe traitement ont rapporté se sentir moins fatigués, moins confus, moins énervés et moins tendus. Ils ont également fait part d’une augmentation d’énergie significative.

La levure nutritionnelle – Un « superaliment » riche en vitamines B

La levure nutritionnelle est une excellente source de vitamines B, en particulier de B6, mais également de B12, de folate (B9), de thiamine (B1), de riboflavine (B2), de niacine (B3) et de pantothénique (B5). Une part (2 cuillères à soupe) contient presque 10 milligrammes (mg) de vitamine B6 et presque 8 microgrammes (μg) de B12.

C’est également une bonne source de protéines, de fibres alimentaires, de magnésium, de cuivre, de manganèse et de zinc. J’aime beaucoup le goût de la levure et j’en prends personnellement une cuillère à soupe avec la plupart de mes repas. C’est la plus importante source alimentaire de vitamines B, qui sont importantes pour la santé mitochondriale.

À ne pas confondre avec la levure de bière ou d’autres types de levures actives, la levure alimentaire est faite à partir d’un organisme qui se développe sur la mélasse, qui est récolté puis séché afin de désactiver la levure.

Une mauvaise image de votre corps peut-elle semer la pagaille dans vos hormones ?

Le stress peut également être un facteur favorisant le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), une maladie provoquée par un taux élevé d’androgènes, c’est à dire des hormones sexuelles mâles, et qui peut affecter le cycle menstruel d’une femme, sa fécondité, son poids, etc.

Cela se vérifie particulièrement si vous ne mangez pas assez et que vous vous surentrainez dans le but d’améliorer votre apparence, que vous n’avez pas d’ovaires kystiques et que votre poids est normal ou en dessous de la normale, et que vous n’avez pas de problème de résistance à l’insuline.

Comment le stress chronique peut augmenter le taux d’hormones sexuelles mâles d’une femme 

Schoenfeld décrit très en détail l’avalanche hormonale qui peut provoquer le SOPK, mais en résumé, le stress entraîne votre organisme à produire un certain nombre d’hormones, en commençant par l’hormone adrénocorticotrope (ACTH), qui encourage vos glandes surrénales à produire des hormones du stress comme le cortisol et l’adrénaline.

Les ACTH entrainent aussi la production par les surrénales d’hormones androgènes, notamment l’androstènedione, qui est l’une des deux principales hormones androgènes responsables des symptômes du SOPK chez la femme.

Je sais d’après mon expérience clinique que la résistance à l’insuline joue un rôle majeur dans le SOPK et que restreindre sa consommation de glucides non fibreux à moins de 50 grammes par jour, et ses apports de protéines à 1 gramme par kilo de masse corporelle maigre, peut beaucoup aider. Néanmoins, le stress joue aussi un rôle important.

Le stress et la fatigue des glandes surrénales

Le surmenage chronique peut avoir un impact considérable sur votre santé. Comme l’a expliqué Elinor Fish dans un article du Huffington Post, elle a été étonnée, en tant que fervente pratiquante de la course à pied, lorsqu’elle a subitement ressenti une fatigue persistante et des changements d’humeur. Au bout de quatre années pénibles, on lui diagnostiqua finalement une fatigue des glandes surrénales.

Les glandes surrénales, situées au-dessus de chacun de vos reins, sont responsables de l’une des plus importantes fonctions de votre organisme : la gestion du stress, et lorsqu’elles sont fortement sollicitées ou épuisées, tout votre corps le ressent et souffre également d’épuisement.

Comme le souligne le Dr. Michelle Eads : « La fatigue surrénale est un gros problème dans notre société où tout va si vite, et où les gens semblent mettre un point d’honneur à être débordés. Les symptômes de la fatigue surrénale sont tellement courants… qu’ils sont devenus une normalité. » Bien que la fatigue surrénale puisse être particulièrement difficile à diagnostiquer à moins, ou jusqu’à ce que votre santé se soit détériorée de façon significative, il existe certains signes révélateurs :

Difficultés à passer une nuit complète sans réveils nocturnes, ou difficulté à se lever le matin malgré une nuit de sommeil complète Incapacité à améliorer votre forme physique ; vous êtes de plus en plus fatigué lorsque vous faites du sport, au lieu d’être plus en formeexercising
Se sentir « tendu mais fatigué », et rêver d’une sieste l’après-midi Se sentir « tendu mais fatigué », et rêver d’une sieste l’après-midi
Baisse d’énergie ; fatigue fréquente Humeur anxieuse et/ou déprimée
Baisse de la motivation à faire du sport Baisse de la capacité à gérer le stress ; sentiment fréquent d’être submergé par de petits stress de la vie courante
Fonction immunitaire affaiblie Faiblesse musculaire
Envies de nourriture très salée, sucrée ou grasse Problèmes de peau
Baisse de la libido Étourdissements en se relevant de la position assise ou allongée
Troubles de la mémoire Aggravation du SPM (syndrome prémenstruel) ou des symptômes de la ménopause

L’importance du bon fonctionnement des glandes surrénales

Les glandes surrénales sécrètent plus de 50 hormones, dont de nombreuses sont essentielles à la vie, notamment :

  • Les glucocorticoïdes. Ces hormones, parmi lesquelles on trouve le cortisol, permettent au corps de transformer les aliments en énergie, de normaliser la glycémie, de répondre au stress et de préserver la réponse inflammatoire du système immunitaire.
  • Les minéralocorticoïdes. Ces hormones, parmi lesquelles on trouve l’aldostérone, aident à maintenir une pression artérielle et un volume sanguin normaux en conservant dans l’organisme un bon équilibre entre sodium, potassium et eau.
  • L’adrénaline. Cette hormone augmente le rythme cardiaque et contrôle l’afflux sanguin vers les muscles et le cerveau, et elle intervient également dans la conversion du glycogène en glucose dans le foie.

Ces hormones, associées à d’autres, également produites par vos glandes surrénales, contrôlent les fonctions corporelles suivantes :

  • Le maintien de processus métaboliques tels que la régulation de la glycémie sanguine et de l’inflammation
  • Le contrôle de la réponse au stress « combat ou fuite »
  • La production de stéroïdes sexuels tels que l’œstrogène et la testostérone
  • La régulation de l’équilibre corporel en sel et en eau
  • Le maintien de la gestation

Facteurs de stress courants des glandes surrénales

Bien que l’une des principales fonctions des glandes surrénales soit d’aider à supporter le stress, c’est l’excès de stress qui finit par troubler leur fonctionnement. Lorsque vos glandes surrénales commencent à s’affaiblir, cela entraîne une diminution du niveau de certaines hormones, en particulier le cortisol.

Les carences en hormones surrénales varient de légères à sévères, selon les cas. La forme la plus grave est appelée maladie d’Addison, une affection qui peut mettre la vie en péril et qui provoque faiblesse musculaire, perte de poids, tension artérielle et glycémie basses.

Les autres degrés de gravité de la maladie, jusqu’à la plus faible, sont qualifiés de fatigue surrénale (ou hypoadrénalisme). Bien que les symptômes de la fatigue surrénale soient moins sévères que ceux de la maladie d’Addison, ils peuvent être invalidants. Voici certains facteurs courants qui infligent un stress excessif à vos glandes surrénales :

Colère, peur, anxiété, culpabilité, dépression et autres émotions négatives Surmenage, qu’il soit physique ou mental Perturbation du cycle jour-nuit (provoqué par un travail de nuit, par exemple, ou par le fait de se coucher souvent tard) Inflammation chronique, infection, maladie ou douleur Carence nutritionnelles et/ou allergies graves
Excès d’exercice physique Manque de sommeil Intervention chirurgicale, traumatisme ou blessure Températures extrêmes Exposition toxique

Comment diagnostiquer une fatigue surrénale ?

Il existe de nombreuses façons de mesurer le fonctionnement des glandes surrénales. Les plus courantes sont un test urinaire sur 24 heures, des prélèvements répétés ou une prise de sang. Chacune de ces méthodes présente de sérieux inconvénients, et c’est pourquoi j’ai déterminé que, pour la plupart des personnes, un prélèvement répété d’urines est la méthode la plus simple et la plus efficace.

Il suffit d’uriner sur une bandelette à quatre moments précis sur une période de 24 heures, de laisser les bandelettes sécher et de les envoyer dans un laboratoire pour analyse. Les résultats d’analyse vous sont retournés avec des explications très détaillées et des graphiques en couleurs. Le test peut être obtenu sur dutchtest.com. C’est celui que j’utilise moi-même pour tester le fonctionnement de mes glandes surrénales.

Faut-il faire du sport lorsque l’on souffre de fatigue surrénale ?

Il faut savoir que se remettre d’une fatigue surrénale prend du temps. Pour une fatigue mineure, comptez environ six à neuf mois. Pour une fatigue sévère, le rétablissement peut prendre jusqu’à deux ans.

La bonne nouvelle est que la guérison est possible, mais que vous risquez de devoir opérer des changements dans vos habitudes quotidiennes, et cela peut inclure de diminuer le sport. Il est toujours important de récupérer entre les séances, mais d’autant plus si vous souffrez de fatigue surrénale.

Ceci dit, n’arrêtez pas complètement le sport. Veillez simplement à écouter votre corps et à vous reposer lorsque vous vous sentez fatigué. Veillez aussi à avoir une alimentation riche en nutriments. Évitez les stimulants tels que café et sodas, car ils risquent d’épuiser vos glandes surrénales encore davantage.

Il est également impératif de contrôler votre glycémie. L’une des façons les plus simples d’y parvenir est de se nourrir de vrais aliments. En évitant les aliments transformés, vous réduisez automatiquement et considérablement votre consommation de sucre, ce qui permet aux taux de glycémie, d’insuline et de leptine de se normaliser.

‘Bouger plus, faire moins de sport’ pourrait être la clé pour se rétablir d’une fatigue surrénale

Ces dernières années, j’ai mis de plus en plus l’accent sur l’importance d’être actif tout au long de la journée. Le simple fait de passer plus de temps debout et d’éviter de s’asseoir autant que possible peut être un facteur de santé plus fondamental encore que d’avoir une activité physique régulière. Il en est de même pour la marche. Je conseille de faire entre 7.000 et 10.000 pas par jour.

Ce conseil peut être d’autant plus utile si vous souffrez de fatigue surrénale et avez perdu votre motivation et/ou votre capacité à suivre votre programme d’entraînement régulier. Il est important de rester en mouvement sans trop solliciter votre système, et marcher est une excellente option.

À mesure que vous progresserez vers votre rétablissement et que votre énergie reviendra, vous serez en mesure d’augmenter progressivement l’intensité de vos marches, et d’ajouter d’autres types d’exercices à votre programme.

Je pense qu’il est virtuellement impossible d’être en parfaite santé sans faire de sport, mais si vous êtes extrêmement stressé ou que vous vous entraînez de façon excessive, trop souvent, en particulier sans prendre le temps de récupérer, vous pourriez pousser votre corps au point de rupture.

La fatigue surrénale est l’une des conséquences possible d’avoir trop longtemps tiré sur la corde. Apprenez donc à être à l’écoute de votre corps et à vous adapter. Et si vous commencez à ressentir les symptômes de la fatigue surrénale, prenez des mesures proactives pour la faire diagnostiquer et la traiter. Il n’y a aucune raison de souffrir inutilement, car il est POSSIBLE de guérir. Et plus tôt vous attaquerez le problème, plus vite vous vous sentirez redevenir vous-même.

En bref

  • Une activité physique presque quotidienne, d’intensité modérée, bénéficie à votre système immunitaire et peut contribuer à faire diminuer les arrêts maladie de 50%. Des exercices intenses et prolongés tendent à produire l’effet inverse
  • Les athlètes qui se surentrainent sont sujets aux infections respiratoires, et peuvent avoir besoin d’un soutien nutritionnel pour compenser cette déficience du système immunitaire. La levure nutritionnelle se révèle très efficace

Source:

35,45

Couteau céramique

4 couteaux céramique rouge

25,65

Couteau céramique

4 couteaux céramique noir

25,65

Couteau céramique

4 couteaux céramique blanc

25,65
61,33

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.