Le jardinage est bon pour votre santé de multiples façons

La vie moderne a creusĂ© un Ă©cart entre nous et la nature et des nombreuses personnes commencent Ă  se rendre compte qu’il est important pour notre bien-ĂȘtre de renouer avec la terre.

Les scientifiques ont dĂ©couvert que le jardinage a des nombreux effets bĂ©nĂ©fiques sur la santĂ©, il soulage le stress, il amĂ©liore la santĂ© du cerveau, il produit une meilleure nourriture, il reprĂ©sente de l’exercice et par consĂ©quence une perte de poids.

Une méta-analyse de 22 études réalisée en 2017 a découvert que :

« Il existe de plus en plus de preuves, que le jardinage reprĂ©sente de nombreux bĂ©nĂ©fices pour la santĂ©… Ici vous prĂ©sentons les rĂ©sultats d’une mĂ©ta-analyse de recherches, qui ont examinĂ© les effets du jardinage sur la santĂ©, comme l’hortithĂ©rapie.

Nous avons effectuĂ© un recherche littĂ©raire pour rassembler des Ă©tudes, qui comparent les effets sur la santĂ©, de groupes de contrĂŽle d’une part (des personnes qui n’ont pas encore jardinĂ© ou qui ne jardinent jamais) et de groupes traitĂ©es d’autre part (des personnes qui ont jardinĂ© ou des jardiniers rĂ©guliers)…

Les Ă©tudes ont dĂ©couvert un large Ă©ventail d’effets bĂ©nĂ©fiques sur la santĂ©, comme un soulagement de la dĂ©pression, de l’anxiĂ©tĂ©, une rĂ©duction de l’indice de masse corporelle, une augmentation de la joie de vivre, de la qualitĂ© de vie ainsi que de l’esprit de communautĂ©.

Les estimations de la mĂ©ta-analyse montre que, selon ces Ă©tudes, le jardinage a des nombreux effets positifs sur la santĂ©, mĂȘme si les rĂ©sultats de huit sous-groupes Ă©taient diffĂ©rents.

MĂȘme si les tests d’Egger indiquent la prĂ©sence d’un biais de publication, des effets positifs importants du jardinage persistaient aprĂšs l’ajustement de l’analyse. Cette Ă©tude a fourni des preuves solides des effets positives du jardinage sur la santĂ©. Jardiner rĂ©guliĂšrement amĂ©liore la santĂ© publique. »

 

>>> TĂ©lĂ©chargez librement le guide 28 SYMPTÔMES qui RĂ©vĂšlent une Acidose Chronique

 

Le jardinage est un exercice trĂšs utile et permet de contrĂŽler votre poids

Des chercheurs corĂ©ens ont confirmĂ©, que le jardinage reprĂ©sente un exercice de moyenne Ă  haute intensitĂ© pour les enfants, et en 2008 les Centres amĂ©ricains de contrĂŽle et de prĂ©vention des maladies ont publiĂ© des consignes directives sur l’activitĂ© physique pour les AmĂ©ricains.

Ces consignes présentaient le jardinage comme une activité de moyenne à haute intensité et les activités comme retourner la terre sont présentées comme de haute intensité.

La seconde édition de ces consignes directives, publiée en 2018, inclut aussi le « jardinage intensif » comme exemple pour une activité recommandée pour renforcer les muscles. Voici un extrait du Poughkeepsie Journal :

« Le fait de porter des sacs de terre de 20 kg, de s’introduire dans des endroits difficiles d’accĂšs, d’enlever les mauvaises herbes ou de tondre la pelouse sont tous les activitĂ©s qui demandent un grand effort physique. En jardinant, vous pouvez perdre pas mal de calories…

Selon caloriecounter.com, une personne pesant 70 kg brĂ»le environ 300 calories par heure en jardinant Ă  un rythme modĂ©rĂ©e. Voici le nombre de calories perdues correspondant Ă  une heure des activitĂ©s suivantes : pulvĂ©riser de l’engrais 175 calories, dĂ©sherber, nettoyer ou ramasser des fruits 2010 calories… Soulever du composte, creuser des trous de plantation… brĂ»le environ 100 calories toutes les 15 minutes… »

Une autre tĂąche qui fait du jardinage un exercice intensif est d’ajouter certains Ă©lĂ©ments supplĂ©mentaires, comme des copeaux de bois et/ou de charbon Ă  usage agricole, les deux amĂ©liorent et forment votre terre.

Le fait que le jardinage peut ĂȘtre considĂ©rĂ© comme exercice fut aussi dĂ©montrĂ© dans une Ă©tude de 2012, qui a dĂ©couvert que le jardinage rĂ©duit l’indice de la masse corporelle de maniĂšre significative comparĂ© aux personnes, qui ne jardinent jamais, et que par consĂ©quent un style de vie actif permet de contrĂŽler votre poids.

Des hommes qui s’occupent d’un jardin communautaire avaient 62% moins de chance de d’ĂȘtre en surpoids ou obĂšse, tandis que les femmes jardiniĂšres avaient 46% moins de chance d’ĂȘtre en surpoids que leurs voisins, qui ne jardinent jamais.

Restez attentif à vos mécanismes physiques

Gardez les mĂ©canismes de votre corps Ă  l’esprit quand vous jardinez, de la mĂȘme maniĂšre que vous le feraient quand vous faites de l’exercice. Faites attention, quand vous attrapez quelque chose ou quand vous vous retournez, vous pourriez vous blesser. Soyez attentifs aux recommandations suivants :

  • Gardez un alignement optimal de la colonne, pendant votre travail. Ceci vous aidera Ă  absorber des chocs et vous permettra de distribuer votre poids de maniĂšre Ă©quilibrĂ©e, tout en conservant une amplitude optimale du mouvement
  • Évitez de trop vous Ă©tirer en gardant les outils de travail prĂšs de vous
  • Si possible, travaillez Ă  hauteur de votre taille, vos coudes et vos bras confortablement pliĂ©es sur le cĂŽtĂ© de votre corps
  • Quand vous plantez ou semez au niveau du sol, assurez-vous de plier vos genoux ou accroupissez-vous, au lieu de vous pencher vers l’avant avec les jambes tendus Vous pouvez aussi utiliser une chaise de jardinage

Jardiner soulage la dépression et stimule la bonne humeur

Le jardinage est une merveilleuse thĂ©rapie contre la dĂ©pression et l’anxiĂ©tĂ©. Souvent la dĂ©pression trouve sa source dans un sentiment d’ĂȘtre dĂ©connectĂ© de la nature et d’autres ĂȘtres vivants, et par consĂ©quent de vous-mĂȘme.

Voici quelques extraits d’une Ă©tude Ă©valuant la sĂ©vĂ©ritĂ© de la dĂ©pression chez 18 adultes au cours d’un programme d’horticulture de 12 semaines :

« Des personnes cliniquement dĂ©pressives souffrent d’une humeur dĂ©sĂ©quilibrĂ©e et d’une distorsion cognitive… Le score moyen de l’IDB [inventaire de dĂ©pression de Beck] a Ă©tĂ© rĂ©duit de 9,7 points entre avant les tests et aprĂšs les tests et s’est relevĂ© pertinent sur le plan clinique dans 72% des cas.

Le score moyen de l’IFA [index de la fonction de l’attention] a augmentĂ© de 10,2 points entre avant les tests et aprĂšs les tests.

Le changement le plus significatif de l’IDB et de l’IFA est apparu au cours des premiĂšres semaines de l’intervention. La rĂ©duction de l’IDB est restĂ©e significative et pertinent sur le plan clinique aprĂšs un examen 3 mois aprĂšs.

La diminution de la sĂ©vĂ©ritĂ© de la dĂ©pression au cours de l’intervention Ă©tait en forte corrĂ©lation avec le degrĂ© auquel les participants ont estimĂ© que le jardinage a captĂ© leur attention.

L’horticulture thĂ©rapeutique rĂ©duit la sĂ©vĂ©ritĂ© de la dĂ©pression et amĂ©liore la capacitĂ© d’attention perçue en stimulant l’attention sans effort et en interrompant la rumination. »

Une autre étude de 2013, publiée dans le magazine Gardeners World, a découvert que 80% des jardiniers se disaient « heureux » et satisfaits de leur vie, comparé à 67% personnes, qui ne jardinaient jamais.

Cette sensation de bien-ĂȘtre a aussi des effets Ă  long terme sur votre santĂ© physique. Selon une recherche de Johns Hopkins, le fait d’ĂȘtre de bon humeur peut rĂ©duire votre risque d’exposition Ă  une crise cardiaque ou une mort cardiaque subite par exemple.

Les microbes du sol associĂ©es Ă  la rĂ©duction du stress et de l’anxiĂ©tĂ©

Des chercheurs néerlandais ont découvert que le jardinage est une activité, qui réduit le stress.

Dans cette Ă©tude, ils ont demandĂ© Ă  deux groupes de personnes d’accomplir une tĂąche stressante; un groupe devait faire du jardinage pendant une demi heure, tandis que l’autre groupe devait lire un livre Ă  l’intĂ©rieur pendant le mĂȘme temps.

AprĂšs, le groupe de groupe de jardiniers a montrĂ© une amĂ©lioration de son humeur. Les tests ont aussi relevĂ© que les personnes du groupe de jardiniers avaient un taux rĂ©duit de l’hormone de stress, le cortisol, comparĂ© Ă  ceux qui essayaient de se dĂ©tendre en lisant.

Il est intĂ©ressant de constater que d’autres recherches suggĂšrent, que les microorganismes dans le sol pourraient ĂȘtre, au moins en partie, responsables de ce genre d’effets.

Voici des extraits de CNN Health :

« Christopher Lowry, Ph.D., … a injectĂ© du mycobacterium vaccae Ă  des souris, une bactĂ©rie anodine, qui se trouve normalement dans le sol. Il a dĂ©couvert que les souris produisent d’avantage de sĂ©rotonine dans leur cerveau, ce qui contrĂŽle leur fonction cognitive et leur humeur — tout comme des mĂ©dicaments antidĂ©presseurs. »

L’étude citĂ©e par CNN fut publiĂ©e en 2007. Une Ă©tude de 2016 de Lowry, qui a dĂ©montrĂ© que le mycobacterium vaccae augmente la rĂ©sistance au stress, a Ă©tĂ© nommĂ© une des « 10 meilleurs avancements scientifiques » de 2016 par la Brain and Behavior Research Foundation.

Dans un troisiĂšme article, publiĂ© en 2018, l’équipe de Lowry a dĂ©montrĂ© que le mycobacterium vaccae attĂ©nue le stress et l’anxiĂ©tĂ© grĂące Ă  son effet anti-inflammatoire sur le cerveau.

Le jardinage associĂ© Ă  l’amĂ©lioration cognitive et Ă  la diminution du risque de dĂ©mence

Les bĂ©nĂ©fices neurologiques ne s’arrĂȘtent pas lĂ . Les recherches ont aussi constatĂ© que le jardinage amĂ©liore la fonction cognitive en augmentation les facteurs de croissance des nerfs cĂ©rĂ©braux.

Voici des extraits d’une Ă©tude rĂ©cente sur 41 seniors corĂ©ens :

« Une activitĂ© de jardinage de 20 minutes d’une intensitĂ© faible Ă  modĂ©rĂ©e, fut exĂ©cutĂ©e par des personnes, qui prĂ©paraient un potager… Cette activitĂ© consistait en six parties diffĂ©rentes : nettoyer un carrĂ© de terre, creuser, mettre de l’engrais, racler, planter/replanter et arroser.

Pour déterminer les effets du jardinage sur les facteurs de croissance des nerfs cérébraux liés à la mémoire, des échantillons de sang furent prélevés sur chaque personne avant et aprÚs le jardinage par des infirmiers professionnels.

Puis ils ont analysé les niveaux des facteurs de croissance des nerfs cérébraux, tels que le facteur neurotrophique issu du cerveau (BDNF), le facteur de croissance vasculaire endothélial (VEGF) et le facteur de croissance dérivé des plaquettes (PDGF).

Les niveaux du BDNF et du PDGF ont augmenté de maniÚre significative aprÚs le jardinage. Cette étude a révélé les effets bénéfiques du jardinage sur la fonction cognitive chez des personnes ùgées. »

D’autres Ă©tudes suggĂšrent par ailleurs, que le jardinage est bĂ©nĂ©fique pour des personnes souffrant de dĂ©mence.

Une Ă©tude, par exemple, a conclu que « les interventions de jardinage peuvent… ĂȘtre un moyen efficace pour promouvoir la sociabilitĂ© et l’expression de l’estime de soi-mĂȘme chez les personnes souffrant de dĂ©mence. »

Le jardinage est excellent pour la qualité de votre alimentation

Finalement le jardinage améliore votre santé grùce à une alimentation plus fraßche, non-contaminée et riche en nutriments. Il vous aidera aussi à réduire votre facture au supermarché. Le jardinage urbain est aussi un pas important vers un systÚme alimentaire plus durable.

En effet, j’encourage tout le monde de planter un « jardin de la victoire » pour commencer Ă  rĂ©parer notre systĂšme alimentaire dĂ©faillant et pour amĂ©liorer votre santĂ©.

On les appelle des jardins de la victoire, parce qu’au cours de la 1Ăšre et la 2Ăšme Guerre Mondiale, 40% de la nourriture plantĂ©e aux États-Unis venaient des jardins privĂ©s. Je pense qu’il est possible de crĂ©er un mouvement similaire aujourd’hui, mais pour d’autres raisons.

La nouvelle rĂ©alitĂ© est que la plupart des personnes trouvent qu’il est difficile d’avoir accĂšs Ă  des aliments riches en nutriments et qu’il vaut mieux les faire pousser soi-mĂȘme.

Les jardins urbains permettent aussi d’économiser de l’énergie, de protĂ©ger la qualitĂ© de l’eau et de la couche arable et favorisent la biodiversitĂ© et la beautĂ© des communautĂ©s densĂ©ment peuplĂ©es.

Vous pouvez commencer par des petites choses, et en un clin d’Ɠil vous allez rĂ©colter la plupart de vos repas dans votre jardin comestible.

Je vous recommande de commencer par semer des jeunes pousses, puisqu’elles sont les aliments les plus riches d’un point de vue nutritionnel, que vous pouvez planter sur une surface rĂ©duite toute l’annĂ©e, mĂȘme Ă  l’intĂ©rieur.

Vous pouvez les utiliser dans des salades à la place des feuilles de salade ou dans des jus de légumes ou des smoothies. Les graines de tournesol vous rapportent le plus grand volume pour votre travail, et à mon avis, elles ont le meilleur goût.

Rappelez-vous, le jardinage pourrait ĂȘtre l’une des clĂ©s de votre santĂ© mentale, il rĂ©duit le stress et reprĂ©sente un exercice utile dans un monde, oĂč la plupart d’entre nous passent la journĂ©e assis devant des ordinateurs et des piĂšces Ă©clairĂ©es par des lumiĂšres artificielles.

Peu importe, si vous cherchez des conseils pour faire pousser vos lĂ©gumes, fruits ou herbes et Ă©pices, ou si vous ĂȘtes juste curieux d’apprendre quelques astuces pour vous faciliter le jardinage, sur cette page vous trouverez tout ce dont vous avez besoin.

 

Pour aller plus loin, tĂ©lĂ©chargez les 28 SYMPTÔMES qui RĂ©vĂšlent une Acidose Chronique

 

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.