Laissez tomber les sodas

L’une des mesures les plus simples que vous pouvez prendre pour amĂ©liorer votre santĂ© MAINTENANT est de laisser tomber les sodas, et par cela je veux parler aussi bien des variantes classiques que de celles sans sucres.

Le problĂšme du soda vient de sa teneur Ă©levĂ©e en sucres — en particulier en ce qui concerne la variĂ©tĂ© de sirop liquide de maĂŻs Ă  haute teneur en fructose (SHTS) — et, dans le cas des boissons sans sucres, leur teneur en Ă©dulcorants artificiels, notamment.

Une Ă©tude suggĂšre que les boissons sucrĂ©es sont responsables d’environ 183,000 dĂ©cĂšs Ă  travers le monde chaque annĂ©e, notamment de 133,000 dĂ©cĂšs dus au diabĂšte, 44,000 liĂ©s aux maladies cardiaques et de 6000 en raison du cancer.

Boire mĂȘme une portion de 250 ml de soda par jour au minimum augmente vos risques de diabĂšte de type 2 de 18%.

Les sodas ou toutes autres boissons sucrées sont une source importante de sucres ajoutés dans le régime alimentaire occidental, 6 jeunes sur 10 et 5 adultes sur 10 consommant au moins une boisson de ce type chaque jour.

 

>>> TĂ©lĂ©chargez librement le guide 28 SYMPTÔMES qui RĂ©vĂšlent une Acidose Chronique

 

Les risques de la consommation de sodas pour la santé

RĂ©duire le nombre de cannettes de soda n’est pas qu’une affaire d’ingestion de calories « vides » pouvant conduire Ă  la prise de poids, comme certains organismes de santĂ© publique voudraient vous le faire croire.

Vous ne pouvez pas juste annuler les effets de la consommation de boissons gazeuses en rĂ©duisant les calories autre part dans votre alimentation, puisque le sucre cause lui-mĂȘme des ravages dans votre organisme et votre flore intestinale.

Les chercheurs savent depuis les annĂ©es 1960 que l’organisme mĂ©tabolise diffĂ©rents types de glucides comme le glucose et le fructose, de maniĂšres diffĂ©rentes, provoquant des rĂ©ponses hormonales et physiologiques trĂšs diffĂ©rentes pouvant vraiment influencer l’accumulation des graisses et le mĂ©tabolisme.

Une cannette de soda classique de 300ml contient environ 33 grammes de sucres (8 et 1/4 cuillĂšres Ă  cafĂ©) et 36 grammes de glucides nets, ce qui est plus que ce que votre organisme peut gĂ©rer sans danger, en particulier d’un coup.

L’Organisation Mondiale de la SantĂ© (OMS) a prĂ©conisĂ© que les glucides devraient constituer moins de 10% de votre apport Ă©nergĂ©tique quotidien, des bienfaits supplĂ©mentaires apparaissant si vous les rĂ©duisez Ă  moins de 5% (ce qui reprĂ©sente environ 25 grammes ou 6 cuillĂšres Ă  cafĂ© de sucre par jour).

Pour une santé optimale, je vous conseille de limiter votre consommation de glucides nets à moins de 40 à 50 grammes par jour, ce qui est pratiquement impossible à faire si vous buvez du soda.

Gary Taubes, co-fondateur de Nutrition Science Initiative et auteur de “The Case Against Sugar,” documente habilement le lien entre le sucre et les maladies chroniques et bien plus, notamment s’il serait plus convenable de dĂ©crire le sucre comme une drogue plutĂŽt que comme de la nourriture.

Il ne provoque pas les symptĂŽmes d’intoxication immĂ©diate comme l’étourdissement, des vertiges, des problĂšmes d’élocution ou l’euphorie, associĂ©s aux autres « drogues », et pourtant cela a peut-ĂȘtre eu pour effet que ses consĂ©quences mĂ©dicales Ă  long-terme n’ont « pas Ă©tĂ© posĂ©es et qu’il n’y a pas Ă©tĂ© rĂ©pondu. »

La plupart d’entre nous aujourd’hui ne saurons jamais si nous souffrons de symptĂŽmes mĂȘme lĂ©gers du sevrage du sucre, car nous ne resterons jamais assez longtemps privĂ©s de celui-ci pour le savoir », Ă©crit Taubes.

Il ajoute que le sucre a probablement tuĂ© plus de personnes que le tabac et que le tabac n’aurait pas Ă©tĂ© responsable de la mort d’autant de personnes qu’il ne l’est sans le sucre.

Le Harvard School of Public Health a en outre dressĂ© une liste d’études supplĂ©mentaires dĂ©montrant le lien entre sodas et maladies chroniques :

  • Les hommes qui buvaient en moyenne une cannette de soda par jour prĂ©sentaient un risque 20% plus Ă©levĂ© de mourir d’une maladie cardiaque que les hommes qui consommaient rarement des sodas.
  • Les femmes qui consommaient une cannette de soda par jour au cours d’une Ă©tude sur 22 annĂ©es prĂ©sentaient un risque d’avoir la goutte 75 fois plus Ă©levĂ© que les femmes qui consommaient rarement des sodas
  • RĂ©duire la consommation de soda peut rĂ©duire la prĂ©valence de l’obĂ©sitĂ© et des maladies associĂ©es Ă  l’obĂ©sitĂ© comme le diabĂšte de type 2

Pourquoi les sodas lights ne sont pas un choix ‘plus sain’ ?

L’idĂ©e selon laquelle les sodas lights constituent une option plus saine que les sodas classiques est l’un des mythes les plus tenaces dans le monde de la nutrition aujourd’hui.

Si vous faites partie des nombreuses personnes adultes qui consomment des Ă©dulcorants artificiels, principalement sous forme de soda light, au quotidien (un quart des enfants fait Ă©galement de mĂȘme), il est important que vous sachiez la vĂ©ritĂ©: Boire des sodas lights vous expose Ă  :

AVC et démence

Boire une boisson artificiellement sucrĂ©e par jour peut multiplier par trois vos risques d’AVC et de dĂ©mence comparĂ© au fait d’en boire moins d’une par semaine.

Boire 1 Ă  6 boissons artificiellement sucrĂ©es par semaine a Ă©tĂ© associĂ© Ă  un risque d’AVC de 2,6 fois plus important que si vous n’en consommer pas.

Une Ă©tude de 2012 a rĂ©vĂ©lĂ© de maniĂšre similaire que les personnes buvant des sodas lights au quotidien Ă©taient 43% plus susceptibles d’avoir subi un accident vasculaire, comme un AVC.

Ce lien significatif persistait mĂȘme aprĂšs la recherche d’autres facteurs qui pourraient augmenter les risques, comme la cigarette, le niveau d’activitĂ© physique, la consommation d’alcool, le diabĂšte, les maladies cardiaques, les facteurs nutritionnels et plus.

En ce qui concerne le lien avec la démence, celui-ci est récent et personne ne sait avec certitude comment les sodas lights peuvent affecter le cerveau.

Forbes a nĂ©anmoins Ă©laborĂ© certaines thĂ©ories plausibles, comme peut ĂȘtre le trouble que les Ă©dulcorants artificiels posent Ă  la santĂ© intestinale, par l’intermĂ©diaire de l’axe cerveau-intestins correspondant. En outre:

« Les sodas lights sont conçus pour piĂ©ger le cerveau pour lui faire croire qu’il reçoit une dose supplĂ©mentaire de glucose (le carburant du cerveau), mais le piĂšge se referme en dĂ©finitive sur nous.

La raison est que le cerveau s’adapte au fait de ne pas recevoir le glucose ajoutĂ© en surcompensant par d’autres moyens (aboutissant Ă  diffĂ©rents effets faisant toujours l’objet d’études). »

Crise cardiaque

Une étude qui faisait intervenir environ 60,000 femmes ménopausées suivies pendant environ 10 ans a révélé que boire seulement deux sodas lights par jour peut considérablement augmenter vos risques de décÚs précoce dû à une maladie cardiaque.

Syndrome métabolique et diabÚte de type 2

Il est souvent conseillĂ© aux personnes souffrant de diabĂšte de type 2 de consommer des Ă©dulcorants artificiels plutĂŽt que du sucre, mais les Ă©tudes montrent qu’une consommation quotidienne au minimum de soda light est associĂ©e Ă  des risques relatifs. Ces risques sont 36% d’exposition supplĂ©mentaire au syndrome mĂ©tabolique et 67% pour le diabĂšte de type 2, comparĂ© au fait de n’en consommer aucun.

La dépression

D’aprĂšs une Ă©tude qui comprenait environ 264,000 adultes amĂ©ricains ĂągĂ©s de plus de 50 ans, les personnes qui buvaient plus de quatre cannettes ou verres de soda light ou toutes autres boissons artificiellement sucrĂ©es prĂ©sentaient un risque de dĂ©pression de presque 30% supĂ©rieur comparĂ© Ă  ceux qui ne consommaient pas de boissons sans sucres.

Prise de poids

En avril 2017, une Ă©tude a rĂ©vĂ©lĂ© une nouvelle fois que les Ă©dulcorants artificiels favorisaient des dysfonctionnements mĂ©taboliques qui pourraient favoriser l’accumulation de graisse.

Une Ă©tude sur des souris a Ă©galement rĂ©vĂ©lĂ© que des animaux nourris avec de l’eau coupĂ©e Ă  l’aspartame avaient pris du poids et dĂ©veloppĂ© des symptĂŽmes de syndrome mĂ©tabolique tandis que les souris non nourries avec des Ă©dulcorants artificiels n’avaient pas pris de poids.

De plus, les chercheurs ont dĂ©couvert que la phĂ©nylalanine, une substance dĂ©gradant l’aspartame, bloque l’activitĂ© d’une enzyme intestinale la phosphatase alcaline (PAL).

Dans une Ă©tude antĂ©rieure, il avait Ă©tĂ© dĂ©couvert que la PAL empĂȘchait le dĂ©veloppement du syndrome mĂ©tabolique (et rĂ©duisait les symptĂŽmes chez les personnes souffrant de ce trouble) lorsque donnĂ© Ă  manger Ă  des souris.

L’aspartame favorise vraisemblablement l’obĂ©sitĂ© en interfĂ©rant avec l’activitĂ© de la PAL.

Des organismes liĂ©s Ă  l’industrie perpĂ©tuent la thĂ©orie erronĂ©e de ‘l’équilibre Ă©nergĂ©tique’

MalgrĂ© les liens Ă©troits entre soda et maladies, les responsables de santĂ© publique mettent du temps Ă  tenir l’industrie du soda comme responsable et continuent de perpĂ©tuer la « thĂ©orie de l’équilibre Ă©nergĂ©tique ».

Ce qui suggĂšre que la prise de poids n’est qu’une question relative au fait de consommer plus de calories que celles que l’on brĂ»le, et qu’augmenter l’activitĂ© physique est par consĂ©quent la solution pour rĂ©duire le taux d’obĂ©sitĂ© (au lieu d’éliminer le soda).

En 2015, par exemple, Coca-Cola Co. a été exposé pour avoir secrÚtement financé et appuyé le désormais inactif Global Energy Balance Network.

Global Energy Balance Network Ă©tait un groupe de façade Ă  but non lucratif qui faisait la promotion du sport comme solution Ă  l’obĂ©sitĂ© tout en minimisant  le rĂŽle des boissons lights et sucrĂ©es dans l’équation de la perte de poids.

Les autoritĂ©s de santĂ© publique ont accusĂ© le groupe d’utiliser les tactiques de l’industrie du tabac pour soulever le doute sur les dangers pour la santĂ© des sodas, et une lettre signĂ©e par plus de trois douzaines de scientifiques dĂ©clarait que le groupe propageait des « absurditĂ©s scientifiques ».

Pourtant, l’industrie du soda conserve des liens Ă©troits avec des organismes qui continuent Ă  promouvoir le mythe de l’équilibre Ă©nergĂ©tique (et finance directement ces organismes).

Parmi celles-ci :

‱The Academy of Nutrition and Dietetics (AND), qui Ă©tait financĂ©e jusqu’en 2015 par Coca-Cola. La sociĂ©tĂ© a Ă©galement financĂ© un programme intitulĂ© “Energy Balance 4 Kids With Play” en partenariat avec la Healthy Weight Commitment Foundation (HWCF).

La HWCF est “un organisme de l’industrie reprĂ©sentant Coca-Cola, PepsiCo, Nestle, General Mills et d’autres distributeurs de produits artificiellement sucrĂ©s.”

‱The International Food Information Council Foundation, qui est financĂ©e par Coca-Cola et PepsiCo, promeut l’idĂ©e selon laquelle “en ce qui concerne la gestion du poids ou la perte de poids, c’est le nombre total de calories qui compte le plus.”

‱La Campagne “We Can!” de The National Institutes of Health Coca-Cola a donnĂ© des millions Ă  la NIH Foundation, et la campagne conseille de ne boire du soda que «de temps Ă  autre».

Elle suggĂšre aussi d’équilibrer les jours oĂč les enfants consomment beaucoup d’aliments/de boissons riches en sucres avec de l’activitĂ© physique.

Essayez le thĂ© d’hibiscus Ă  la place

Si l’idĂ©e d’échanger votre soda quotidien avec de l’eau vous semble peu sĂ©duisante, pensez Ă  l’échanger avec du thĂ© Ă  la place.

Cela vous apporte le meilleur des deux mondes : de la saveur et un stimulant sain Ă  votre alimentation, puisque le thĂ© de haute qualitĂ© peut prĂ©senter un certain nombre de bienfaits pour la santĂ©. Le ThĂ© d’hibiscus est l’une de ces options.

Il a un parfait agrĂ©ablement pointu, semblable Ă  l’amertume de la canneberge, et vous pouvez le trouver sous forme d’extrait liquide vous permettant d’ajouter un peu de punch Ă  votre verre d’eau.

À la diffĂ©rence des sodas qui vont vous surcharger en sucre et/ou en Ă©dulcorants artificiels, le thĂ© d’hibiscus a une teneur Ă©levĂ©e en minĂ©raux et antioxydants, et les Ă©tudes suggĂšrent qu’il peut amĂ©liorer la pression artĂ©rielle.

Il peut aussi permettre de prĂ©venir le syndrome mĂ©tabolique, protĂ©ger votre foie et mĂȘme apporter des effets anticancer. Contrairement Ă  la consommation de sodas…

Le thĂ© d’hibiscus n’est pas le seul Ă  apporter des bienfaits, bien-entendu. Si vous prĂ©fĂ©rez le thĂ© blanc ou vert, il s’agit Ă©galement d’un trĂšs bon choix.

Des Ă©tudes montrent que la consommation de thĂ© vert amĂ©liore les fonctions cĂ©rĂ©brales, et freine Ă©galement les troubles cognitifs tels que la maladie d’Alzheimer, permet de prĂ©venir les caries dentaires, combat les maladies inflammatoires telles que l’arthrite.

Il permet mĂȘme de lutter contre plusieurs cancers, de maniĂšre assez semblable au thĂ© d’hibiscus.

L’idĂ©e est qu’en effectuant ce changement — remplacer votre soda quotidien par une tasse de thĂ© — vous pouvez rĂ©duire vos risques de maladies chroniques et d’obĂ©sitĂ©.

De plus, si une envie de soda vous frappe, allez marcher, prenez une cuillĂšre d’huile de noix de coco, buvez une tasse de cafĂ© noir bio ou ingĂ©rez quelque chose d’amer (comme des lĂ©gumes fermentĂ©s ou de l’eau citronnĂ©e)…

Tout cela peut vous aider Ă  mettre un frein Ă  vos envies de sucre. Les Techniques de LibĂ©ration Émotionnelle (EFT) sont Ă©galement trĂšs intĂ©ressante, elles rĂ©duisent de maniĂšre significative les fringales tout en augmentant le contrĂŽle des ces pulsions — mĂȘme aprĂšs six mois.

Voici la méthode de base que vous pouvez commencer à utiliser immédiatement :

  • Identifiez un aliment ou une boisson dont vous avez envie en le visualisant ou en imaginant que vous le mangez/la buvez.
  • Utilisez vos pensĂ©es actives (par exemple, “je veux ceci,” “je dois l’obtenir”)
  • Exploitez chacune des sensations ou pensĂ©es que vous avez Ă  propos de la nourriture (goĂ»t sucrĂ©, salĂ©, crĂ©meux, croquant, la sensation dans votre bouche, l’odeur)
  • Scrutez toute tension dans votre corps

 

=> Comment  Alcaliniser votre Assiette ?

 

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.