La curcumine peut contribuer à réduire votre inflammation

Le syndrome métabolique est un terme utilisé pour décrire un ensemble de symptômes qui augmentent votre risque de maladie cardiaque, de diabète, d’AVC et d’autres maladies chroniques.

Ces symptômes incluent un tour de taille, une pression artérielle et une glycémie élevés, un faible taux de cholestérol HDL et un taux élevé de triglycérides. Au premier abord, ces symptômes peuvent sembler très disparates.

Mais ils ont un lien sous-jacent commun, tout comme le syndrome métabolique et les maladies cardiaques associées… en un mot, « l’inflammation ». L’inflammation chronique est associée au syndrome métabolique, et les chercheurs ont publié la déclaration suivante dans un journal :

« Il est aujourd’hui évident que l’état inflammatoire associé à l’obésité et au surpoids joue un rôle important dans l’étiologie du syndrome métabolique et contribue largement aux atteintes pathologiques qui en découlent. »

Il est donc logique que la curcumine – l’un des plus puissants anti-inflammatoires naturels qui existe – aide également à diminuer l’inflammation chez les personnes qui en sont atteintes.

Une prise quotidienne de curcumine réduit l’inflammation et la glycémie

Les chercheurs ont choisi 117 personnes souffrant de syndrome métabolique pour participer à une étude, dans le but de déterminer les effets de la curcumine sur l’inflammation. La curcumine est l’ingrédient actif du curcuma, l’épice jaune contenue dans le curry. La moitié des participants ont pris un gramme de poudre de curcumine par jour pendant huit semaines, l’autre moitié recevant un placébo.

À la fin de l’étude, le groupe qui avait pris la curcumine présentait des taux plus faibles de trois marqueurs sanguins de l’inflammation, notamment la protéine C-réactive (CRP), ainsi qu’une glycémie à jeun et une hémoglobine A1c (une mesure de la glycémie sur le plus long terme) plus faibles.

En comparaison, après huit semaines, le groupe placébo avait une glycémie plus élevée et leur inflammation avait augmenté. En examinant huit études antérieures, les chercheurs ont constaté qu’elles confirmaient également que la curcumine entraînait la diminution du taux de CRP.

Ils en ont conclu qu’une supplémentation brève de curcumine biodisponible améliore l’état oxydatif et inflammatoire de façon significative chez les personnes atteintes de syndrome métabolique, et que la curcumine pourrait être considérée comme un « agent réducteur de CRP naturel, sur et efficace ».

La curcumine possède sans doute plus de 150 propriétés thérapeutiques

Les chercheurs ont déjà étudié le rôle potentiel de la curcumine dans l’amélioration des dommages provoqués par les maladies de Parkinson, d’Alzheimer, et par les AVC. Elle peut stimuler la santé cérébrale dans son ensemble, grâce à ses puissantes propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires – les mêmes qui semblent prometteuses dans l’amélioration du syndrome métabolique.

La curcumine présente plus de 150 actions thérapeutiques potentielles, notamment de puissantes propriétés anti-cancer. La curcumine est également capable de traverser la barrière hémato-encéphalique, et c’est l’une des raisons qui en fait un agent neuroprotecteur prometteur dans le traitement de nombreux troubles neurologiques.

L’une des façons dont elle agit, tout comme la vitamine D, est en modulant l’expression de nombreux gènes. De précédentes recherches ont également montré que la curcumine agit en s’introduisant dans les membranes cellulaires, qu’elle réorganise en en modifiant les propriétés physiques.

Quant à ses propriétés anti-inflammatoires, la curcumine est capable d’inhiber à la fois l’activité et la synthèse de la cyclooxygénase-2 (COX2) et de la 5-lipooxygénase (5-LOX), ainsi que d’autres enzymes impliquées dans l’inflammation.

Une étude de 2006 avait également révélé qu’un extrait de curcuma composé de curcuminoïdes (la curcumine est le curcuminoïde le plus étudié) bloque les voies inflammatoires, empêchant efficacement la production d’une protéine qui provoque œdèmes et douleurs.

Si vous voulez essayer une plante… essayez la curcumine

Le curcuma pourrait bien être l’une des plantes les plus utiles de la planète, et en Inde on l’appelle souvent « l’épice de vie ». La curcumine contenue dans le curcuma a la capacité de moduler l’activité et l’expression génétique en détruisant les cellules cancéreuses et en favorisant le bon fonctionnement cellulaire.

Elle favorise également l’anti-angiogénèse, ce qui signifie qu’elle contribue à empêcher la formation de nouveaux vaisseaux sanguins nécessaires au développement des cellules cancéreuses. La curcumine semble être universellement efficace contre à peu près tous les types de cancers. De plus, d’après une série d’études cliniques de plus en plus étendue, la curcumine pourrait contribuer à :

Favoriser un taux de cholestérol sain Prévenir l’oxydation des lipoprotéines de basse densité Inhiber l’agrégation plaquettaire
Réduire les risques de thromboses et d’infarctus du myocarde Réduire les symptômes associés au diabète de type 2 Réduire les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde
Réduire les symptômes de la sclérose en plaques Supprimer les symptômes de la maladie d’Alzheimer Inhiber la réplication du VIH
Empêcher la formation de tumeurs Accélérer la guérison des blessures Protéger le foie
Augmenter la sécrétion biliaire Protéger de la cataracte Protéger de la toxicité pulmonaire et de la fibrose

Une étude publiée en 2011 dans les Natural Product Reports (« rapports sur les produits naturels ») précise davantage pourquoi la curcumine peut être utile pour lutter contre la série d’affections qui composent le syndrome métabolique, car elle décrit la curcumine comme ayant une action thérapeutique sur un grand nombre de maladies, notamment :

Les maladies pulmonaires et hépatiques Les maladies neurologiques Les maladies métaboliques
Les maladies auto-immunes Les maladies cardiovasculaires Les maladies inflammatoires

Consommer du curcuma peut-il procurer les mêmes bienfaits ?

Le curcuma est une épice merveilleuse à la saveur chaude, terreuse et poivrée. Les traditions culturelles orientales, notamment la médecine chinoise traditionnelle et la médecine ayurvédique, apprécient le curcuma pour ses propriétés médicinales et sa saveur depuis plus de 5.000 ans.

C’est une épice que je vous conseille d’avoir en permanence dans votre cuisine, car elle est délicieuse dans les sauces tomates, les soupes, les plats de viandes, les légumes verts feuillus, les poêlées, le choux-fleur et autres légumes, et même les œufs.

Pour obtenir une plus grande quantité de curcumine active, il vaut mieux choisir une poudre de curcuma de qualité plutôt qu’une poudre de curry. Toutefois, si vous recherchez ses effets thérapeutiques, un supplément peut être nécessaire.

Il est difficile d’obtenir les doses de curcumine utilisées au cours des recherches par votre seule alimentation. L’étude mentionnée a utilisé une dose d’un gramme de curcumine, et les doses anti-cancer sont généralement de trois grammes d’extrait de curcumine biodisponible, trois à quatre fois par jour, ce qui est difficile à obtenir en utilisant de la poudre de curcuma standard. La racine de curcuma elle-même ne contient que 3% de curcumine environ.

L’une des méthodes pour en augmenter l’absorption est de faire une micro émulsion en mélangeant une cuillère à soupe de poudre de curcumine avec un à deux jaunes d’œufs et une ou deux cuillères à café d’huile de noix de coco fondue. Utilisez ensuite un mixeur-plongeur sur vitesse maximum pour émulsifier la poudre.

Une autre stratégie qui augmente l’absorption de la curcumine est d’en ajouter une cuillère à café dans un litre d’eau bouillante. L’eau doit bouillir lorsque vous ajoutez la poudre car elle ne se mélangera pas si bien si vous l’ajoutez à l’eau froide pour ensuite faire chauffer le tout.

Après 10 minutes d’ébullition, vous aurez créé une solution à 12% que vous pourrez boire une fois refroidie. La curcumine va progressivement précipiter et après six heures environ, la solution ne sera plus qu’à 6%, il est donc préférable de boire l’eau dans les quatre heures.

La curcumine est un pigment jaune très puissant qui peut décolorer les surfaces de façon permanente si vous n’y prenez pas garde. Pour éviter le « syndrome de la cuisine jaune », je vous conseille de préparer vos mélanges sous la hotte aspirante de votre cuisinière pour vous assurer que la poudre ne se dépose pas dans toute la cuisine.

Alternativement, il est bien plus simple de prendre de la curcumine sous forme de supplément – assurez-vous de choisir une marque de qualité, formulée pour en augmenter la biodisponibilité. Et choisissez un extrait de curcuma contenant au moins 95% de curcuminoïdes. Sachez par contre qu’ils sont relativement rares et difficiles à trouver.

La résistance à l’insuline joue également un rôle dans le syndrome métabolique

Si vous êtes atteint de syndrome métabolique, vous êtes probablement résistant à l’insuline. Selon le Dr. Robert Lustig, professeur d’endocrinologie pédiatrique à l’université de Californie à San Francisco (USCF), tout organe qui devient résistant à l’insuline finit par développer sa propre maladie métabolique chronique. Si par exemple vous avez une résistance à l’insuline du foie, vous finissez par développer un diabète de type 2.

Si vous êtes atteint de résistance à l’insuline du cerveau, vous développez à terme la maladie d’Alzheimer. La résistance à l’insuline du rein entraine des maladies rénales chroniques, etc. Toutes ces maladies sont des états d’insulino-résistance. La question est : qu’est-ce qui provoque la résistance à l’insuline au départ ?

« [N]ous disposons de nouvelles données à propos desquelles nous sommes très enthousiastes, qui démontrent que si vous surchargez les mitochondries, ces petites usines consommatrices d’énergie situées dans les cellules, dans n’importe quel organe, vous déclenchez différentes formes de maladies métaboliques chroniques »,
explique le Dr. Lustig. « Les substances chimiques qui surchargent le mieux les mitochondries sont les gras trans. La substance qui suit sur la liste est le sucre. Or les gras trans et le sucre sont assez caractéristiques des aliments transformés. »

C’est l’excès de sucre alimentaire, en particulier de fructose, qui a des effets néfastes sur toutes vos hormones métaboliques, qui est responsable des nombreux cas de résistance à l’insuline aux États-Unis. Il est donc important de vous préoccuper du fructose dans votre alimentation, et d’en limiter la consommation à moins de 25 grammes par jour et, si vous souffrez du syndrome métabolique, à moins de 15 grammes par jour.

En clair, vous devez éliminer les aliments transformés de votre alimentation et vous concentrer sur les vrais aliments (qui vont également contribuer à diminuer votre niveau d’inflammation chronique). Le jeûne intermittent peut être un autre moyen de gérer la résistance à l’insuline, tout comme le sport.

Le sport est essentiel pour surmonter le syndrome métabolique car il augmente la masse musculaire, augmentant le nombre de mitochondries, ce qui à son tour améliore la sensibilité à l’insuline. Il est également important d’optimiser votre flore intestinale, dans l’idéal en consommant des aliments fermentés de façon traditionnelle.

Gardez à l’esprit que les aliments transformés en général ont tendance à détruire la bonne microflore, donc si vous optez pour une alimentation complète, pauvre en sucre, vous soutenez en même temps votre santé intestinale.

En bref

  • L’inflammation chronique est associée au syndrome métabolique
  • La curcumine, l’ingrédient actif du curcuma, est l’un des plus puissants anti-inflammatoires naturels
  • Après avoir pris de la curcumine pendant huit semaines, des personnes atteintes de syndrome métabolique ont vu leur taux d’inflammation et de glycémie diminuer

Source:

35,45

Couteau céramique

4 couteaux céramique rouge

25,65

Couteau céramique

4 couteaux céramique noir

25,65

Couteau céramique

4 couteaux céramique blanc

25,65
61,33

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.