Hydratez-vous pour contrÎler votre glycémie

En 2015, pour la premiĂšre fois en plus de 20 ans, les donnĂ©es du National Center for Health Statistics (Centre National des statistiques sanitaires) ont montrĂ© une baisse de l’espĂ©rance de vie. L’espĂ©rance de vie a diminuĂ© de nouveau en 2017. Si les 10 principales causes de dĂ©cĂšs en 2017 Ă©taient les mĂȘmes qu’en 2016, elles n’étaient responsables que de 74 % de l’ensemble des dĂ©cĂšs.

On pense que les overdoses font partie des principaux coupables de cette baisse, mais une Ă©tude a dĂ©signĂ© le diabĂšte de type 2 comme l’un des autres facteurs majeurs. Un compte-rendu du Centre amĂ©ricain de contrĂŽle et de prĂ©vention des maladies indique qu’aux États-Unis, plus de 114 millions d’adultes sont atteints de diabĂšte ou de prĂ©diabĂšte.

Si la mĂ©decine conventionnelle considĂšre encore aujourd’hui le diabĂšte comme un trouble de la glycĂ©mie, c’est en rĂ©alitĂ© une maladie provoquĂ©e par la rĂ©sistance Ă  l’insuline, et une signalisation dĂ©fectueuse de la leptine. En d’autres termes, c’est une maladie liĂ©e Ă  l’alimentation.

Il est difficile de vivre avec un diabĂšte, car l’élĂ©vation de la glycĂ©mie affecte de nombreux systĂšmes dans votre organisme, cela demande des efforts quotidiens qui prennent sur votre temps. Avec l’aide d’outils psychomĂ©triques, les chercheurs ont commencĂ© Ă  comprendre les effets dĂ©vastateurs du diabĂšte sur les malades et leur famille. Nombre des comorbiditĂ©s qui accompagnent le diabĂšte dĂ©tĂ©riorent encore davantage la qualitĂ© de vie.

 

>>> TĂ©lĂ©chargez librement le guide 28 SYMPTÔMES qui RĂ©vĂšlent une Acidose Chronique

 

Comment le diabĂšte de type 2 affecte votre organisme

Le diabĂšte peut avoir des effets Ă  court et Ă  long terme sur votre organisme. Comprendre ces effets peut aider Ă  prĂ©venir l’apparition de complications, notamment celles qu’entraĂźne la dĂ©shydratation. Les traitements proposĂ©s par le corps mĂ©dical comprennent souvent l’administration d’insuline, destinĂ©e Ă  traiter les symptĂŽmes d’une glycĂ©mie Ă©levĂ©e, et non la rĂ©sistance Ă  l’insuline sous-jacente, ni les troubles de signalisation de la leptine.

Le diabĂšte de type 2 est un diabĂšte non insulino-dĂ©pendant, car le pancrĂ©as continue Ă  produire de l’insuline, mais les cellules sont incapables de l’utiliser correctement. C’est en fait un stade avancĂ© de la rĂ©sistance Ă  l’insuline, gĂ©nĂ©ralement provoquĂ©e par une alimentation riche en sucre et en glucides.

Votre corps utilise l’insuline pour faire pĂ©nĂ©trer le glucose dans les cellules, afin qu’elles l’utilisent comme carburant. Aux premiers stades et aux stades intermĂ©diaires du diabĂšte de type 2, le pancrĂ©as sĂ©crĂšte de l’insuline, mais les cellules deviennent rĂ©sistantes Ă  son effet. Le glucose ne peut plus pĂ©nĂ©trer dans les cellules, et s’accumule donc dans le sang, ce qui peut entrainer de graves complications.

Si tout le monde peut dĂ©velopper un diabĂšte de type 2, votre risque est accru si vous ĂȘtes en surpoids, que vous ĂȘtes sĂ©dentaire, qu’un membre de votre famille est atteint d’un diabĂšte de type 2, que vous avez des antĂ©cĂ©dents de syndrome mĂ©tabolique et que vous ĂȘtes une femme et avez dĂ©veloppĂ© un diabĂšte gestationnel lors d’une grossesse. Bien que des millions de personnes soient atteintes de cette maladie, elle n’est pas une fatalitĂ©.

Les personnes atteintes d’un diabĂšte peuvent prĂ©senter un risque accru de cĂ©citĂ©, de maladie vasculaire pĂ©riphĂ©rique, de dĂ©pression, d’insuffisance rĂ©nale et de maladies cardiovasculaires. Une soif intense et des mictions frĂ©quentes font partie des symptĂŽmes d’une hyperglycĂ©mie non contrĂŽlĂ©e.

Les urines peuvent contenir des cĂ©tones, un sous-produit de la dĂ©composition des muscles et des graisses, et l’hyperglycĂ©mie peut Ă©galement provoquer une fatigue inhabituelle, une irritabilitĂ© ou une vision trouble. Lorsque vous ĂȘtes dĂ©shydratĂ©, cela peut affecter votre glycĂ©mie et produire un cercle vicieux qui peut aboutir Ă  une dĂ©faillance rĂ©nale, voire au dĂ©cĂšs.

Causes et symptÎmes de la déshydratation

Plusieurs facteurs peuvent entrainer une dĂ©shydratation, en particulier en Ă©tĂ©. Un apport hydrique insuffisant, des tempĂ©ratures Ă©levĂ©es et la pratique intensive de sport peuvent contribuer Ă  une perte d’eau de l’organisme. La dĂ©shydratation peut Ă©galement ĂȘtre provoquĂ©e par des diarrhĂ©es, des vomissements et la consommation d’alcool.

Votre corps est constituĂ© de 60 Ă  70 % d’eau, qui est nĂ©cessaire Ă  toutes les cellules, et Ă  tous les organes et tissus pour rĂ©guler la tempĂ©rature corporelle et fonctionner correctement. On perd de l’eau naturellement par le biais de la respiration, de la digestion et de la transpiration. Si son approvisionnement en eau est suffisant, votre organisme est capable d’Ă©liminer les dĂ©chets via la transpiration et les urines.

Vos reins et votre foie utilisent l’eau pour Ă©liminer les dĂ©chets, et des apports suffisants en eau vous Ă©vitent d’ĂȘtre constipĂ©, car l’eau ramollit les selles.

Chaque fois que vous perdez d’importantes quantitĂ©s de fluide, que ce soit en raison de la chaleur qui vous fait transpirer, suite Ă  une sĂ©ance de sport ou Ă  une fiĂšvre, ou si vous souffrez de vomissements ou de diarrhĂ©e, il est essentiel d’augmenter vos apports hydriques pour protĂ©ger votre organisme et vos reins.

S’il n’existe pas de rĂšgle absolue pour dĂ©terminer vos besoins en termes d’hydratation, l’un des meilleurs indicateurs de votre niveau d’hydratation est la couleur de vos urines. Elles doivent ĂȘtre idĂ©alement d’un jaune pĂąle. Si elles sont plus foncĂ©es, cela signifie probablement que vous ĂȘtes en train de vous dĂ©shydrater.

Les symptĂŽmes de la dĂ©shydratation comprennent la soif, une sĂ©cheresse buccale et oculaire, des vertiges, une fatigue et des maux de tĂȘte. Comme je l’ai indiquĂ©, vos urines seront Ă©galement d’un jaune plus foncĂ©. Si la dĂ©shydratation s’aggrave, la tension artĂ©rielle chute, le pouls s’affaiblit et l’on ressent une confusion et une baisse d’Ă©nergie.

Sans le problĂšme supplĂ©mentaire que reprĂ©sente l’hyperglycĂ©mie, ou le diabĂšte, la rĂ©hydratation est un processus simple. Cependant, les personnes diabĂ©tiques ont des problĂšmes cellulaires particuliers, qui peuvent rendre impossible l’enrayement de la sĂ©rie d’effets qu’engendre une dĂ©shydratation, sans une intervention mĂ©dicale immĂ©diate.

Le cercle vicieux de la déshydratation chez les diabétiques

Les reins sont les principaux organes chargĂ©s de maintenir une bonne hydratation. Lorsque la glycĂ©mie est plus Ă©levĂ©e que la normale, les reins essayent d’éliminer l’excĂšs de glucose en l’excrĂ©tant via les urines. Pour y parvenir, ils prĂ©lĂšvent de l’eau dans le sang. Cela provoque une augmentation de la soif.

En buvant de l’eau, vous rĂ©hydratez votre sang et fournissez Ă  vos reins le fluide nĂ©cessaire pour excrĂ©ter l’excĂšs de glucose. Cependant, lorsque vous ĂȘtes dĂ©shydratĂ©, votre organisme tente de rĂ©cupĂ©rer de l’eau par d’autre biais, en la prĂ©levant par exemple dans votre salive, vos larmes, et dans vos cellules.

Si votre glycĂ©mie est trop Ă©levĂ©e, votre bouche et vos yeux s’assĂšchent car votre organisme essaye d’éliminer le glucose en utilisant l’eau de ces parties du corps. Ce sont des symptĂŽmes que vous pouvez Ă©galement ressentir lorsque vous ĂȘtes dĂ©shydratĂ© Ă  cause d’une transpiration excessive, de la chaleur, ou d’une maladie.

Cela dĂ©clenche un cercle vicieux qui peut engendrer des dommages dans certains organes. Lorsque le corps perd des liquides en raison de tempĂ©ratures Ă©levĂ©es, via la transpiration ou suite Ă  une maladie, le glucose reste dans le sang et la glycĂ©mie augmente. L’étape suivante, c’est que les vaisseaux sanguins ne parviennent plus Ă  fournir aux organes les nutriments qu’ils transportent habituellement.

Il peut suffire de quelques heures pour atteindre un niveau dangereux de déshydratation

Le diamĂštre de nos vaisseaux sanguins diminue progressivement Ă  partir du centre du corps, Ă  mesure qu’ils se rapprochent des organes et de la peau. Une importante proportion de notre sang circule en permanence dans ces vaisseaux pĂ©riphĂ©riques.

Lorsque vous perdez une quantitĂ© importante de liquide, l’insuline et le glucose ne parviennent plus correctement jusqu’Ă  ces petits vaisseaux. Cela entraine une Ă©lĂ©vation supplĂ©mentaire de la glycĂ©mie.

Plus votre glycĂ©mie augmente, plus vous devenez rĂ©sistant Ă  l’insuline. Plus vos cellules sont rĂ©sistantes Ă  l’insuline, plus votre glycĂ©mie augmente. Il se crĂ©e un cercle vicieux, qui accĂ©lĂšre Ă  mesure que vous vous dĂ©shydratez davantage. Au bout d’un moment, les cellules pĂ©riphĂ©riques commencent Ă  mĂ©taboliser les graisses, ce qui gĂ©nĂšre des cĂ©tones.

Pour Ă©liminer ces cĂ©tones, les reins doivent fabriquer davantage d’urine, et plus vous urinez, plus vous vous dĂ©shydratez. Cet enchainement peut se produire en quelques heures en cas de maladie ou de transpiration excessive.

Il est essentiel d’ĂȘtre attentif Ă  votre hydratation pour prĂ©venir cet enchainement d’évĂšnements qui dĂ©clenchent une rĂ©sistance transitoire Ă  l’insuline, entrainant une augmentation de la glycĂ©mie, la fabrication de cĂ©tones et l’aggravation de la dĂ©shydratation Ă  mesure que votre organisme tente d’éliminer l’excĂšs de glucose et de cĂ©tones.

La déshydratation peut entraßner une insuffisance rénale

Une dĂ©shydratation extrĂȘme peut entrainer une insuffisance rĂ©nale nĂ©cessitant une dialyse, et potentiellement le dĂ©cĂšs. L’association de la dĂ©shydratation et de l’insuffisance rĂ©nale aigĂŒe est un phĂ©nomĂšne bien connu, et est gĂ©nĂ©ralement rĂ©versible avec une intervention mĂ©dicale immĂ©diate.

Cependant, une épidémie de maladies rénales chroniques en Amérique Centrale a donné lieu à une étude destinée à déterminer si les mécanismes qui entrainent une insuffisance rénale suite à une déshydratation chronique, peuvent également provoquer des dommages rénaux permanents.

Les chercheurs ont dĂ©couvert trois de ces mĂ©canismes, et ont conclu qu’une lĂ©gĂšre dĂ©shydratation peut ĂȘtre un facteur de risque de dĂ©veloppement de tous types de maladies rĂ©nales chroniques, et que l’hydratation peut prĂ©venir le dĂ©veloppement de maladies rĂ©nales chroniques.

Selon la National Kidney Foundation (Fondation nationale du rein), lorsque vous vous dĂ©shydratez, le sang a plus de mal Ă  vĂ©hiculer les nutriments importants et les dĂ©chets jusqu’aux reins. Une lĂ©gĂšre dĂ©shydratation peut entraĂźner une fatigue et perturber les fonctions corporelles, mais une dĂ©shydratation sĂ©vĂšre peut provoquer des dommages rĂ©naux.

Le diabĂšte insipide entraĂźne des problĂšmes particuliers

Le diabĂšte insipide est une forme particuliĂšre de diabĂšte, qui n’est pas liĂ©e Ă  la glycĂ©mie. Cette maladie est caractĂ©risĂ©e par l’incapacitĂ© du corps Ă  rĂ©guler correctement la quantitĂ© d’eau Ă©liminĂ©e par les reins. Cette maladie provoque une soif intense et entraine une production importante d’urine.

Dans les cas graves, la production d’urine peut atteindre jusqu’Ă  19 litres par jour. À titre de comparaison, un adulte en bonne santĂ© produit en moyenne 1 Ă  2 litres d’urine par jour. La rĂ©gulation des fluides est gĂ©rĂ©e par une hormone antidiurĂ©tique (ADH), que l’on appelle Ă©galement la vasopressine. L’ADH est fabriquĂ©e dans l’hypothalamus et stockĂ©e dans la glande pituitaire, situĂ©e dans le cerveau.

Le diabĂšte insipide peut ĂȘtre dĂ©clenchĂ© dans le cerveau aprĂšs une intervention chirurgicale, en cas de prĂ©sence d’une tumeur, ou aprĂšs un traumatisme crĂąnien. Le diabĂšte insipide nĂ©phrogĂ©nique est une maladie qui se dĂ©veloppe en cas de dysfonctionnement du tubule rĂ©nal. Le diabĂšte insipide gestationnel est rare, et se dĂ©veloppe uniquement au cours de la grossesse lorsqu’une enzyme fabriquĂ©e par le placenta dĂ©truit l’ADH de la mĂšre.

Si l’on vous a diagnostiquĂ© un diabĂšte insipide, votre mĂ©decin vous a sans doute conseillĂ© de boire quotidiennement une quantitĂ© d’eau prĂ©cise, et Ă©ventuellement de boire des boissons particuliĂšres qui contiennent des Ă©lectrolytes, si vous vous trouvez dans une situation qui risque de vous dĂ©shydrater.

Une hydratation optimale peut nĂ©cessiter davantage que boire de l’eau

Il y a de nombreuses bonnes raisons de veiller Ă  bien s’hydrater. Les scientifiques ont rĂ©cemment Ă©tudiĂ© la façon dont l’eau que vous buvez influe sur la façon dont votre organisme rĂ©gule la glycĂ©mie. La vasopressine, une hormone qui rĂ©gule la rĂ©tention d’eau, agit Ă©galement sur la production de sucre par le foie, ce qui peut, Ă  terme, provoquer une rĂ©sistance Ă  l’insuline.

 

Pour aller plus loin, tĂ©lĂ©chargez les 28 SYMPTÔMES qui RĂ©vĂšlent une Acidose Chronique

 

EN BREF

  • Si vous ĂȘtes diabĂ©tique, la dĂ©shydratation augmente vos risques de lĂ©sions organiques, et peut entrainer une sĂ©rie d’effets, Ă  commencer par une Ă©lĂ©vation de la glycĂ©mie, qui provoque le brĂ»lage des graisses et une aggravation de la dĂ©shydratation car votre organisme produit alors davantage d’urine
  • Chez les personnes atteintes d’un diabĂšte de type 2, les cellules sont rĂ©sistantes Ă  l’insuline, qui augmente temporairement lorsque la glycĂ©mie augmente elle-mĂȘme en raison d’une dĂ©shydratation. La perte d’eau peut ĂȘtre due Ă  une exposition Ă  des tempĂ©ratures trop Ă©levĂ©es, Ă  un apport hydrique insuffisant, Ă  une sĂ©ance de sport intensive ou Ă  une maladie qui provoque des diarrhĂ©es et des vomissements
  • Il peut suffire de quelques heures pour atteindre un niveau de dĂ©shydratation dangereux si vous ĂȘtes diabĂ©tique ; cela peut provoquer une insuffisance rĂ©nale nĂ©cessitant une dialyse, et potentiellement le dĂ©cĂšs. Les scientifiques ont conclu qu’une bonne hydratation peut influer sur la façon dont votre organisme rĂ©gule la glycĂ©mie, et qu’elle rĂ©duit le risque de rĂ©sistance Ă  l’insuline

Source :

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.