Le foie constitue un des organes majeurs de votre organisme. Si de nombreuses maladies touchent le foie de manière insidieuse et ne s’accompagnent pas de symptômes majeurs, la déchéance terminale de cet organe qui débute par un stade de cirrhose avancée confirme son caractère indispensable à la vie.

De plus, le foie est doué de propriétés régénératrices tout à fait extraordinaires. Celles-ci avaient déjà été soupçonnées par les anciens sous la forme du mythe de Prométhée. La mythologie grecque nous dit que ce titan fut puni par Zeus qu’il avait trompé et fut enchaîné sur un rocher du Caucase, le condamnant au supplice éternel de voir son foie, sans cesse renaissant, rongé par un aigle. Cette régénération hépatique est un phénomène fondamental qui gouverne la guérison des malades présentant une forme fulminante d’insuffisance hépatique.
Celle-ci peut être dues à de virus, notamment à des virus B, mais également à des médicaments ou à des champignons. Le patient jaune présente des troubles de conscience et rapidement un coma avec d’importantes anomalies de la coagulation. Seulement 20 % de ces patients, qui sont admis dans des services de réanimation spécialisés, guérissent sans séquelles grâce à la production d’un facteur de croissance hépatique qui permet aux cellules hépatiques nobles, appelées hépatocytes, indemnes de l’infection, de se multiplier plus rapidement afin d’assurer les principales fonctions du foie. C’est à ce stade que la transplantation hépatique a bouleversé le pronostic de cette redoutable maladie.
 

Les grandes fonctions du foie

Le foie est le plus volumineux de tous les organes et pèse, chez l’homme adulte, environ 1,5 kg. Sa couleur est généralement rouge brun avec une consistance assez ferme. Son augmentation de volume peut donc être palpée par le médecin lors de certaines maladies. 
Il est constitué de deux lobes qui eux-mêmes se subdivisent en segments hépatiques qui sont bien mis en évidence par l’imagerie radiologique (échographie, scanner et IRM).

Le foie contient très peu de filets nerveux qui sont surtout présents au niveau de la capsule, qui enveloppe le foie et lui donnent sa sensibilité. Ceci explique que la plupart des maladies hépatiques soient peu douloureuses et peuvent évoluer de façon très lente sans que les personnes s’en aperçoivent.

 
Le foie a également l’unique particularité de recevoir du sang par des grosses veines : la première, la veine porte draine le tube digestif, et amène donc les nutriments au foie pour transformation, et les autres, appelées veines sus-hépatiques ramènent le sang épuré des substances toxiques au cœur.
Cette situation très particulière sera à l’origine de complications hémorragiques lorsque le foie est devenu très fibreux ou cirrhotique formera un bloc empêchant le sang de circuler normalement dans une grosse veine porte dilatée et donnera des varices au niveau de l’estomac et de l’œsophage.
 
Sous l’effet d’une augmentation de pression, ces vaisseaux vont se rompre et être à l’origine d’hémorragies digestives mettant en jeu le pronostic vital. 
Le foie joue également un rôle primordial dans la fabrication et l’excrétion de la bile. Celle-ci est stockée dans la vésicule et son contenu est déversé dans le tube digestif après chaque repas pour favoriser l’absorption des graisses.
 
En cas d’obstruction du canal cholédoque qui relie le foie au duodénum ou en cas d’insuffisance hépatique terminale, certains composants de la bile sont responsable de jaunisse caractéristique. Celle-ci est due au dépôt de bilirubine, issue de la destruction des globules rouges par la rate, qui ne peut être transformée par foie ou passer par les canaux biliaires obstrués.
 

Le foie occupe donc une place stratégique dans l’organisme et reçoit 1.6 litres par minute de sang par la veine porte et par l’artère hépatique. Il participe donc à la régulation de la circulation sanguine et à la fabrication de facteurs de coagulation indispensables pour éviter une hémorragie en cas de blessure. Ceci est particulièrement vrai lorsque le foie est le siège d’une cirrhose, caractérisée par du tissu fibreux enserrant des nodules de foie déconnectés du système vasculaire et en conséquence non fonctionnels.

Sans titreLes nutriments et les médicaments absorbés dans le tube digestif, mais également les bactéries doivent obligatoirement cet organe avant d’atteindre les autres tissus de l’organisme.

 
Il a la structure d’une éponge ou le sang circule entre des travées d’hépatocytes va donc jouer un rôle de filtre primordial d’une part pour transformer les nutriments (dégradation des aliments en protides, lipides, glucides) et pour fabriquer des composés non toxiques pour l’organisme. Un exemple typique est représenté par la synthèse du cholestérol qui se fait à partir de graisses et qui va ensuite gagner la circulation sanguine mais être également dégradé ou métabolisé pour passer dans la bile.
 
Le foie va également permettre la transformation de l’amoniaque, produit dans l’intestin, en urée qui est toxique pour les cellules en particulier cérébrales. Le foie va également être un organe de stockage des sucres pour les transformer en une substance appelée glycogène.
En cas d’effort important ou de jeun le foie va pouvoir relarguer ses sucres dans la circulation sanguine et donc maintenir un chiffre stable de glycémie (taux de sucre dans le sang) que l’on dose facilement dans tous les laboratoires d’analyses médicales. 
Cette fonction est ainsi essentielle pour éviter une hypoglycémie.
A partir des protéines le foie va permettre la transformation de l’ammoniac, qui est toxique pour les cellules en particulier cérébrales, en urée. Enfin, le foie est essentiel dans la transformation des médicaments qui sont absorbés ou injectés par intraveineuse. Une grande partie est neutralisée pour éviter, avec l’aide du rein, une accumulation dangereuse dans l’organisme.

Comment ménager votre foie ?

De façon plus générale, les aliments que nous absorbons et les toxiques auxquels nous sommes exposés sont rendus inoffensifs par le foie qui les transforme et inhibe leur toxicité avant de les éliminer. Ceci est particulièrement vrai pour certaines plantes réputées inoffensives ou curatives qui peuvent à la longue être néfastes pour cet organe et également pour l’alcool qui sous toutes ses formes est un puissant toxique méconnu du grand public. Il touche le foie de manière silencieuse et provoque à la longue des maladies graves.
 
La dose limite à ne pas dépasser à considérablement varié depuis le début du siècle passant de 6 verres par jour jusqu’à 2 verres quotidiens. Le mythe du vin qui rend fort et témoigne d’une certaine virilité a néanmoins la vie dure et nombreux sont encore ceux qui boivent régulièrement d’importantes quantités d’alcool sans réaliser les dommages irréparables qu’ils infligent à leur foie. 
Le sexe féminin est encore plus sensible et de faibles doses ingérées durant 10 à 20 ans peuvent provoquer de véritables cirrhoses.
Il est alors très difficile de pouvoir revenir à l’état antérieur et les médecins sont souvent désarmés devant cette affection qui peut, par ses complications hémorragiques, par la présence répétée d’ascite (dans le ventre), par la jaunisse ou par des complications neuro-psychiques, mettre la vie des patients en péril. Si vous désirez garder une bonne santé, il faut donc ménager votre foie, c’est-à-dire :
  • éviter les consommations excessives d’alcool notamment les doses répétées journalières qui sont à la longue plus néfastes que les fêtes du week end. ne pas consommer à tort et à travers des médicaments sans contrôle médical, être méfiant vis à vis certains produits dits naturels et présentés comme anodins
  • éviter les comportements en particulier toxicomanes et sexuels pouvant être à l’origine d’infections virales (virus B, C, HIV). Nous vous rappelons que vous pouvez vous prévenir efficacement contre les virus A et B en vous faisant vacciner et que la médiatisation excessive qui a entouré les risques de vaccination contre l’hépatite B est démesurée et ne concerne que la vaccination de l’adolescent. Il est donc fortement conseiller de faire vacciner les nourrissons et les personnes adultes à risques (sujets séjournant en Asie, et en Afrique noire ; individus à partenaires sexuels multiples qu’ils soient homosexuels ou hétérosexuels ; toxicomanes ). De façon générale, il faut être prudent lors de l’utilisation d’un objet pouvant être souillé par des virus (aiguilles, rasoirs, brosses à dents…).
  • Ne pas prendre ou garder un surpoids excessif dont l’effet nocif sur le foie vient d’être mis récemment en évidence. En effet l’accumulation de graisses dans le foie, appelée stéatose, était souvent considérée par les médecins comme une curiosité bénigne. Des complications aigues, forme d’une inflammation, appelée NASH, ressemblant à celle provoquée par une alcoolisation massive ou chroniques, conduisant à une cirrhose, viennent nous rappeler les méfaits d’une alimentation trop riche dont l’impact ne concerne pas uniquement le système cardiovasculaire.

Avez-vous des Calculs Biliaires?

Le foie est un organe peu “innervé”, ce qui veut dire que vous éprouvez une gêne hépatique seulement lorsque le foie est obstrué à 60% de ses capacités. Autrement dit, vous passez de 1,6 litre de sang filtré par minute à 0,6 litre! A peine 1 tasse/minute!!

Découvrez les53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires“.

Foie sain (à gauche) – Foie congestionné (à droite)

3 Techniques qu’utilise la Médecine Moderne pour extraire les Calculs Biliaires

Pour traiter ces calculs biliaires, la médecine moderne utilise 3 techniques, dont certaines ayant des conséquences graves sur votre santé:

1. les Médicaments (CDCA, UDCA)

Composées de sels biliaires, ces médicaments sont censés dissoudre les calculs au bout de 12 à 24 mois, mais il n’y a aucune garantie …

2. les Ondes Sonores (lithotritie)

Une méthode alternative qui utilise une série d’ondes sonores pour littéralement “pilonner” les calculs biliaires.

Une technique qui s’avère intéressante, mais qui peut entraîner de graves lésions rénales, augmenter la pression artérielle, libérer massivement les toxines encapsulées dans les calculs, ou encore provoquer des hémorragies internes…

3. la Chirurgie (ablation)

Avec une plus de 800 000 ablations de la vésicule biliaire chaque année aux Etats-Unis, soit une opération de l’ordre de 7000 à 9000 euros pour 30 à 45 minutes de colelioscopie, c’est un marché juteux de plus de 6 milliards de dollars dont auraient tort de se priver les professionnels de santé…

Bien sûr, comme toute opération, il y a des risques.

 

Voici une liste non exhaustive des complications que peuvent occasionner ce type d’intervention :

  • un risque de blessures des canaux biliaires,
  • aucune amélioration des symptômes ayant justifiés cette opération (les calculs étaient présents dans les canaux biliaires et non la vésicule),
  • le déplacement des calculs dans l’intestin grêle et le côlon, ce qui peut provoquer d’importante infection et une toxémie,
  • une ablation totalement inutile suite à une erreur de diagnostique qui présenté des symptômes similaires à une obstruction des voies biliaires (voir photo ci-dessous).

Ablation de la vésicule biliaire totalement obstruée par des calculs biliaires

(Copyright : CHU de Rouen)

 

Mais ce n’est pas tout!

Avez-vous une idée des conséquences d’une ablation de la vésicule biliaire?

Trop peu de médecins le savent et vous avertissent, voici les principaux risques encourus après une ablation de la vésicule biliaire :

  • la digestion partielle des aliments,
  • des symptômes qui persistent (les calculs obstruent les voies biliaires),
  • des calculs qui se multiplient de PLUS en PLUS vite dans les canaux biliaires,
  • un foie qui filtre de MOINS en MOINS et qui n’est plus capable d’assurer pleinement son rôle,
  • une élévation du taux de cholestérol,
  • une augmentation des risques de cancers, d’obésité, de diabète, de maladie rénales et maladies cardiaques…

Pour que votre intestin grêle digère et absorbe les graisses présentes dans votre alimentation, elles doivent être impérativement dissoutes par la bile, auquel cas les graisses non digérées rejoignent le côlon où elles seront en partie décomposées par la flore intestinale, puis évacuées par les selles…

Souvenez-vous, ce sont ces aliments partiellement digérés qui sont à l’origine des :

  • ballonnements,
  • gaz abdominaux persistants (flore intestinale de putréfaction),
  • perte d’appétit,
  • lourdeurs digestives,
  • excès alimentaires,
  • trouble du sommeil,
  • fatigue persistante,
  • obésité…

Même une hygiène de vie irréprochable peut cacher de nombreux calculs bloqué dans votre foie, pour en savoir plus retrouvez notre guide gratuit sur les53 symptômes qui doivent vous Alerter sur la présence de calculs biliaires“.

Source:
  •  http://www.gastroenterologue-lyon.fr/les-fonctions-du-foie

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.