Boire du jus de tomate peut-il faire baisser votre tension artérielle ?

Pour ce qui est de savoir si le jus de tomate influe positivement sur la pression artérielle, la réponse est un « oui » catégorique, basé notamment sur une récente étude clinique conduite sur un an au Japon, auprÚs de 481 hommes et femmes.

L’étude, publiĂ©e dans la revue Food Sciences & Nutrition, a Ă©tĂ© menĂ©e auprĂšs de participants ĂągĂ©s de 21 Ă  74 ans, qui pouvaient boire autant de jus de tomates non salĂ© qu’ils le souhaitaient (ils en consommaient en moyenne un peu moins d’une tasse par jour), aprĂšs que leurs facteurs de risques cardiovasculaires, tels que tension artĂ©rielle, tolĂ©rance au glucose et bilan lipidique, aient Ă©tĂ© examinĂ©s.

À la fin de l’étude, de nouveaux relevĂ©s ont rĂ©vĂ©lĂ© que 94 individus qui prĂ©sentaient une tension artĂ©rielle Ă©levĂ©e Ă  modĂ©rĂ©ment Ă©levĂ©e, et dont certains ne suivaient pas de traitement, prĂ©sentaient de nettes diminutions de la pression artĂ©rielle systolique et diastolique, alors qu’ils n’avaient modifiĂ© aucune autre de leurs habitudes de vie.

De plus, le taux sanguin de cholestérol DLD (lipoprotéines de faible densité) de 125 participants qui présentaient une dyslipidémie non traitée (un taux élevé de lipides dans le sang), avait nettement diminué. »

Les chercheurs ont constatĂ© que le lycopĂšne est non seulement le pigment naturel antioxydant qui donne aux tomates leur profonde couleur rouge, mais que c’est Ă©galement le carotĂ©noĂŻde naturel le plus abondant dans ce fruit. Le fait de cuire les tomates, pour en faire du concentrĂ© de tomates, par exemple, renforce leurs effets et leur biodisponibilitĂ©, et favorise l’absorption du lycopĂšne par vos intestins.

D’autres aliments d’origine vĂ©gĂ©tale contiennent Ă©galement du lycopĂšne, mais en concentrations beaucoup plus faibles que les tomates. Les tomates renferment d’autres nutriments, notamment des flavonoĂŻdes tels que la rutine, le kaempfĂ©rol et la quercĂ©tine, de la lutĂ©ine (un autre carotĂ©noĂŻde), de la vitamine C, des folates et du potassium.

Tous ces nutriments contribuent Ă  prĂ©server la santĂ© cardiaque, mais augmenter vos apports de potassium est sans doute l’une des mesures les plus importantes que vous puissiez prendre, en termes d’alimentation, pour rĂ©duire votre risque de maladie cardiovasculaire.

Par ailleurs, les personnes qui ont un faible taux sanguin de lycopĂšne ont un risque accru d’athĂ©rosclĂ©rose, c’est-Ă -dire d’accumulation de plaques d’athĂ©rome, ainsi que des artĂšres plus Ă©paisses et plus rigides. Les personnes qui dĂ©veloppent une athĂ©rosclĂ©rose au niveau des artĂšres carotides (qui irriguent le cerveau), qui peut ĂȘtre dĂ©tectĂ©e par ultrasons, ont Ă©galement un taux de lycopĂšne plus faible que les personnes dont les artĂšres carotides sont normales.

D’autres Ă©tudes ont montrĂ© que le lycopĂšne prĂ©sente de nombreux avantages pour le cƓur, en particulier une forte action antioxydante. Le succulent fruit rouge (qui n’est pas un lĂ©gume, contrairement Ă  ce que l’on pense souvent) contient de nombreux autres antioxydants bĂ©nĂ©fiques, notamment de l’alpha-tocophĂ©rol (vitamine E), de l’alpha-carotĂšne, du bĂȘta-carotĂšne et du rĂ©tinol (vitamine A), mais en concentrations bien moindres que celle du lycopĂšne.

 

=> Comment  Alcaliniser votre Assiette ?

 

Le lycopĂšne est bon pour la tension artĂ©rielle, mais aussi pour le cƓur

Une Ă©tude israĂ©lienne rĂ©alisĂ©e en 2001 a montrĂ© que le lycopĂšne, tel qu’on le trouve dans les tomates, est Ă©galement prĂ©sent dans d’autres fruits et lĂ©gumes. L’une des raisons de l’efficacitĂ© de l’action antioxydante du lycopĂšne, c’est qu’il dĂ©sactive les radicaux libres. Des chercheurs finlandais ont rĂ©vĂ©lĂ© que l’importante teneur en lycopĂšne des tomates, et d’autres lĂ©gumes, pouvait permettre de rĂ©duire de 59 % le risque d’AVC ischĂ©mique.

Cette Ă©tude a portĂ© sur 1.031 hommes d’ñge moyen. Ceux dont le taux sanguin de lycopĂšne Ă©tait le plus Ă©levĂ©, avaient 55 % de risques en moins d’ĂȘtre victime d’un AVC, tous types confondus, que ceux dont les taux Ă©taient les plus faibles. S’agissant du type d’AVC le plus courant – celui provoquĂ© par un caillot sanguin – il a Ă©tĂ© dĂ©terminĂ© que les hommes avaient 59 % de risques en moins d’en ĂȘtre victime. Selon le site University Health News :

« Cette Ă©tude est la premiĂšre Ă  dĂ©montrer la rĂ©duction du risque d’AVC par la consommation de lycopĂšne, bien que de prĂ©cĂ©dentes Ă©tudes observationnelles aient montrĂ© que la consommation de lycopĂšne est associĂ©e Ă  une diminution du taux de maladies cardiovasculaires et d’athĂ©rosclĂ©rose, ainsi qu’Ă  une diminution du risque de dĂ©cĂšs, toutes causes confondues.

Des essais cliniques ont Ă©galement montrĂ© que le lycopĂšne permet aussi de rĂ©duire le cholestĂ©rol, la tension artĂ©rielle, l’inflammation et le stress oxydatif, notamment les dommages infligĂ©s par les radicaux libres au cholestĂ©rol LDL. Tous ces processus nocifs Ă©tant impliquĂ©s dans la survenue d’un AVC, les conclusions des chercheurs finlandais ne sont pas surprenantes. »

L’incidence pour les maladies cardiovasculaires (MCV) et leurs nombreuses consĂ©quences est Ă©norme. Selon l’Organisation Mondiale de la SantĂ© (OMS), elles sont la premiĂšre cause de mortalitĂ© dans le monde, avec 15,2 millions de dĂ©cĂšs enregistrĂ©s rien qu’en 2016.

MĂȘme si elle n’est pas fatale, une MCV peut provoquer des dommages irrĂ©versibles Ă  certains organes, qui peuvent avoir des effets dĂ©vastateurs sur la qualitĂ© de vie, et a souvent pour origine une athĂ©rosclĂ©rose, c’est-Ă -dire une accumulation de plaques d’athĂ©rome qui finissent par rigidifier et rĂ©trĂ©cir vos artĂšres.

Les maladies associĂ©es, telles que le diabĂšte et l’hypertension artĂ©rielle, sont des contributeurs qui ont leurs propres implications ; les troubles liĂ©s au cƓur influent fortement les uns sur les autres, et rĂ©guler votre tension artĂ©rielle ainsi que votre mĂ©tabolisme des lipides et du glucose contribue donc Ă  prĂ©venir le dĂ©veloppement de MCV et de leurs importantes complications.

Le lycopĂšne peut Ă©galement amĂ©liorer votre santĂ© Ă  d’autres Ă©gards

De nombreuses Ă©tudes montrent qu’augmenter votre taux de lycopĂšne entraine des bienfaits Ă  plusieurs niveaux pour vos cellules, en rĂ©duisant notamment l’incidence et en ayant mĂȘme un effet prĂ©ventif sur le diabĂšte et les maladies cardiovasculaires, ainsi que sur le cancer et la maladie d’Alzheimer. La revue ‘Molecules’ prĂ©sente plusieurs dĂ©couvertes importantes Ă  propos du lycopĂšne et cite les Ă©tudes suivantes :

  • Il a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que le taux de lycopĂšne plasmatique chez l’homme est inversement associĂ© aux dommages oxydatifs de l’ADN.
  • De prĂ©cĂ©dentes Ă©tudes ont rapportĂ© qu’une alimentation riche en lycopĂšne et une supplĂ©mentation en lycopĂšne ont un effet protecteur contre les dommages de l’ADN, tant sur les cellules normales que sur les cellules cancĂ©reuses chez l’homme.
  • Il a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que la consommation d’aliments ou de jus riches en lycopĂšne, ou de supplĂ©ments, a un effet protecteur contre les dommages de l’ADN dans les lymphocytes.
  • Il a Ă©tĂ© constatĂ©, chez des sujets humains ayant une consommation importante de jus de tomates riche en lycopĂšne, que les lymphocytes bĂ©nĂ©ficiaient d’une importante protection contre les dommages oxydatifs dus Ă  l’oxygĂšne singulet et au dioxyde d’azote.
  • Le lycopĂšne peut protĂ©ger les cellules lymphoĂŻdes de l’oxygĂšne singulet en se fixant Ă  la surface des cellules.

Le lycopĂšne capture les espĂšces rĂ©actives de l’oxygĂšne (ERO) afin de prĂ©venir les dommages aux lipides, aux protĂ©ines et aux brins d’ADN, qui accĂ©lĂšrent le vieillissement et augmentent le risque de maladies. Les ERO attaquent votre organisme en permanence et par de nombreux biais ; pour certaines d’entre elles, il n’y a pas grand-chose que nous puissions faire, mais nous pouvons agir sur celles gĂ©nĂ©rĂ©es par le tabagisme, la pollution atmosphĂ©rique et l’alimentation Ă  base d’aliments transformĂ©s. Une Ă©tude explique en quoi l’oxydation est un facteur d’hypertension artĂ©rielle :

« Les ERO peuvent jouer, et jouent d’ailleurs plusieurs rĂŽles physiologiques (c’est-Ă -dire de signalisation cellulaire), et ce sont des sous-produits normaux gĂ©nĂ©rĂ©s par le mĂ©tabolisme de l’oxygĂšne ; cependant, les stresseurs environnementaux (les UV, les rayonnements ionisants, les polluants et les mĂ©taux lourds) ainsi que les xĂ©nobiotiques (les mĂ©dicaments antiblastiques) provoquent une importante augmentation de la production d’ERO, ce qui entraine le dĂ©sĂ©quilibre Ă  l’origine de dommages aux cellules et aux tissus (le stress oxydatif)…

S’il n’est pas contrĂŽlĂ© de façon stricte, le stress oxydatif peut ĂȘtre responsable du dĂ©veloppement de plusieurs maladies, tant chroniques que dĂ©gĂ©nĂ©rescentes, accĂ©lĂ©rer les processus de vieillissement de l’organisme et provoquer des pathologies aiguĂ«s (traumatismes et AVC). »

Les effets extrĂȘmement positifs du lycopĂšne sur votre organisme sont Ă©galement liĂ©s Ă  ses mĂ©canismes, et des Ă©tudes ont dĂ©terminĂ© quatre façons particuliĂšres dont il agit. Il :

  • Facilite la communication entre les cellules sur des sites baptisĂ©s « jonctions lacunaires », qui sont essentiels pour que les cellules cessent de se dĂ©velopper au bon moment, ce qui crucial pour prĂ©venir le dĂ©veloppement de cancers.
  • Stimule le systĂšme immunitaire pour qu’il dĂ©truise les microorganismes envahissants et les cellules cancĂ©reuses aux premiers stades de dĂ©veloppement.
  • RĂ©gule les voies de communication endocrines (ganglionnaires).
  • RĂ©gule le cycle de reproduction cellulaire, prĂ©venant ainsi le dĂ©veloppement du cancer.

Le problĂšme que posent les statines

L’AVC ischĂ©mique, liĂ© Ă  la formation de caillots, survient lorsque les vaisseaux sanguins du cerveau sont si Ă©troits qu’ils sont facilement obstruĂ©s par des dĂ©pĂŽts graisseux, c’est-Ă -dire des plaques d’athĂ©rome, qui stoppent l’afflux sanguin vers les cellules du cerveau. Il a Ă©tĂ© constatĂ© que des patients qui prĂ©sentaient un taux de cholestĂ©rol lĂ©gĂšrement Ă©levĂ© et avaient un apport de 25 mg de lycopĂšne, apportĂ© par leur alimentation et une supplĂ©mentation, parvenaient Ă  faire baisser leur cholestĂ©rol dans les mĂȘmes proportions qu’en prenant des statines.

La vente de statines, le mĂ©dicament le plus rentable jamais mis sur le marchĂ©, a rapportĂ© Ă  ce jour plus d’un milliard dollars. SuccĂšs ironique, sachant que des Ă©tudes ont montrĂ© que le taux de dĂ©cĂšs est plus Ă©levĂ© chez les personnes qui en prennent que chez celles qui prennent des placĂ©bos. Par ailleurs, il n’existe aucune donnĂ©e dĂ©montrant que faire baisser le cholestĂ©rol ou le LDL puisse amĂ©liorer la santĂ© en quoi que ce soit.

En rĂ©alitĂ©, des taux de cholestĂ©rol trop bas sont mĂȘme mauvais pour la santĂ©. Le cholestĂ©rol est prĂ©sent dans chacune des cellules de votre organisme, il contribue Ă  la fabrication des membranes cellulaires, d’hormones (notamment de la testostĂ©rone, de la progestĂ©rone et des ƓstrogĂšnes, des hormones sexuelles) et des acides biliaires qui vous aident Ă  digĂ©rer les graisses.

Ce que les tomates peuvent vous apporter

Pour vous montrer ce que le lycopĂšne peut faire pour vous, voici ce qui s’est produit lorsque des chercheurs l’ont Ă©liminĂ© de l’alimentation de femmes mĂ©nopausĂ©es, pendant un mois : les analyses de sang de ces femmes indiquaient une diminution significative des taux de lutĂ©ine, de zĂ©axanthine, d’alpha et de bĂȘta-carotĂšne, de glutathion peroxydase et de superoxydes dismutases. Voici leur conclusion :

« Il pourrait s’avĂ©rer important de consommer du lycopĂšne quotidiennement, car il agit comme antioxydant et rĂ©duit la rĂ©sorption osseuse chez les femmes mĂ©nopausĂ©es, et pourrait donc rĂ©duire le risque d’ostĂ©oporose. »

Une Ă©tude de 2001 soulignait que l’un des gros avantages du lycopĂšne provenant des tomates, c’est que vous pouvez profiter de ses bienfaits lorsqu’elles sont cuisinĂ©es, par exemple sous forme de concentrĂ© de tomates, de sauce, de soupe ou de jus, mais d’autres fruits et lĂ©gumes en contiennent, notamment la pastĂšque. Selon Edward Giovannucci, professeur de nutrition et d’épidĂ©miologie Ă  l’école de santĂ© publique d’Harvard :

« Les suppléments peuvent vous apporter une forme purifiée de lycopÚne, mais ils ne vous apportent pas nécessairement ce que peuvent vous apporter les aliments. Un supplément pourrait ne pas vous apporter la bonne forme de lycopÚne. Par ailleurs, les aliments contiennent de nombreux composés, autres que le lycopÚne mais qui en sont proches, et certaines de ces molécules pourraient contribuer aux effets si bénéfiques du lycopÚne. »

  • Si elles sont parfois plus petites, les tomates bio apportent cependant encore plus de composĂ©s phĂ©noliques bĂ©nĂ©fiques que les tomates cultivĂ©es de façon conventionnelle.
  • Pour ce qui est du ketchup, les produits bio contiennent environ 57 % de lycopĂšne en plus.
  • Qu’elles soient crues ou cuites, consommez une bonne matiĂšre grasse avec vos tomates, comme de l’huile de l’olive, car le lycopĂšne est un nutriment lipo-soluble.
  • Cuire les tomates une trentaine de minutes Ă  88°C, c’est-Ă -dire Ă  peu prĂšs la tempĂ©rature Ă  laquelle vous feriez mijoter une soupe sur le feu, booste la quantitĂ© de lycopĂšne absorbable.
  • Les tomates font partie de la liste des « Dirty Dozen » du groupe de travail environnemental, qui recense les 10 fruits et lĂ©gumes les plus contaminĂ©s aux rĂ©sidus de pesticides. Si vous ne pouvez pas acheter de tomates bio, ni les cultiver vous-mĂȘme, lavez-les donc soigneusement avant de les manger.

 

==> Apprenez Ă  cuisiner Sans Lait / Sans Gluten / Sans Sucre et Beaucoup d’amour !

 

EN BREF

  • Au cours d’une rĂ©cente Ă©tude, les participants souffrant d’hypertension artĂ©rielle, qui consommaient en moyenne Ă  peine une tasse de jus de tomate par jour, ont montrĂ© une diminution significative de la pression artĂ©rielle systolique et de la pression diastolique
  • Au cours d’une Ă©tude, les sujets dont le taux sanguin de lycopĂšne Ă©tait le plus Ă©levĂ©, avaient 55 % de risques en moins d’ĂȘtre victime d’un AVC, par rapport Ă  ceux dont les taux Ă©taient les plus faibles
  • Les tomates renferment d’autres antioxydants bĂ©nĂ©fiques, notamment de l’alpha-tocophĂ©rol (vitamine E), de l’alpha-carotĂšne et du bĂȘta-carotĂšne, mais en concentrations moindres que celle du lycopĂšne
  • Les Ă©tudes montrent que les personnes dont le taux de lycopĂšne est le plus faible ont un risque accru d’athĂ©rosclĂ©rose, c’est-Ă -dire d’accumulation importante de plaques d’athĂ©rome, dĂ©tectables par ultrasons, notamment au niveau des artĂšres carotides qui irriguent le cerveau
  • Le lycopĂšne capture les espĂšces rĂ©actives de l’oxygĂšne (ERO) afin de prĂ©venir les dommages aux lipides, aux protĂ©ines et aux brins d’ADN, qui accĂ©lĂšrent le vieillissement et augmentent le risque de maladies

Source :

Web-conférenceVoir tout

Guide gratuitVoir tout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.