Résumé : graisses saturéeshuile+coco

  • Selon la dernière mise en garde de l’American Heart Association (AHA), évitez les graisses saturées comme le beurre et l’huile de coco.
  • L’AHA recommande de substituer les graisses saturées par des graisses polyinsaturées, telles que la margarine ou l’huile végétale.
  • Cette substitution pourrait conduire à une réduction du risque de maladie cardiaque d’environ 30%, similaire à l’effet des statines.

Arrêter les graisses saturées pour un cœur plus sain ? FAUX

Depuis plus de cinquante ans, la plupart des professionnels de la santé et des médias ont averti contre les graisses saturées, les associant à l’obésité, au taux élevé de cholestérol et aux maladies cardiaques.
En 1961, l’American Heart Association (AHA) a commencé à préconiser la limitation des graisses en général, en mettant particulièrement l’accent sur les graisses saturées.
Si vous avez suivi l’actualité récente, vous avez probablement vu des gros titres alarmants sur les dangers de l’huile de coco, incitant à abandonner le beurre au profit de la margarine pour préserver la santé cardiaque !
Comment expliquer cette situation ? On peut la comparer à la théorie de la Terre Plate, qui, malgré des preuves évidentes de notre planète sphérique, attire toujours des partisans.
La campagne en faveur de la margarine menée par l’AHA a semé la confusion et la perplexité chez de nombreuses personnes, ce qui n’est pas surprenant. Il est important de se rappeler que semer le doute est une stratégie courante des industries pour entraver les changements.
Notons également que la promotion de la margarine coïncide de manière opportune avec l’annonce d’un vaccin ciblant la réduction du cholestérol – une stratégie qui pourrait devenir obsolète si les gens optaient simplement pour des graisses saturées saines comme l’huile de coco et le beurre, tout en éliminant les aliments transformés et le sucre de leur alimentation.

Alerte de l’AHA

Selon la dernière mise en garde de l’AHA, il est recommandé d’éviter les graisses saturées comme le beurre et l’huile de coco pour réduire le risque de maladie cardiaque.

L’AHA soutient que remplacer ces graisses saturées par des graisses polyinsaturées, présentes dans des produits tels que la margarine ou l’huile végétale, peut réduire le risque de maladie cardiaque de près de 30%, soit presque autant qu’en prenant des statines.

Cette mise en garde a été diffusée à l’échelle mondiale auprès des cardiologues, et pas uniquement aux États-Unis. Dans l’ensemble, l’AHA préconise de limiter l’apport quotidien de graisses saturées à un maximum de 6% de l’apport calorique total. Selon le Daily Mail :

« Les scientifiques ont examiné toutes les données disponibles sur le sujet et ont constaté que les graisses saturées – présentes dans le beurre, le lait entier, la crème, l’huile de palme, l’huile de noix de coco, le bœuf et le porc – étaient liées à une augmentation du risque de maladie cardiaque.

En les remplaçant par des graisses polyinsaturées – présentes dans les huiles végétales et les matières grasses à tartiner – ou par des huiles mono-insaturées, présentes dans l’huile d’olive, les avocats et les noix – on diminue le risque de problème cardiaque. L’étude … renforce la recommandation du NHS de diminuer l’apport de graisses saturées dans l’alimentation.

Le professeur Frank Sacks, auteur principal, de l’École de Santé Publique de Harvard, a déclaré : ‘Nous voulons clarifier les choses et expliquer pourquoi une recherche scientifique correctement menée soutient massivement la recommandation de limiter les graisses saturées dans l’alimentation afin de prévenir les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins. Les graisses saturées augmentent le LDL – le mauvais cholestérol – qui est un facteur majeur de formation de plaques, qui bouchent les artères, et de maladie cardiovasculaire’…

Les auteurs nous mettent toutefois en garde contre les margarines et matières grasses à tartiner qui ne sont pas toutes saines. Ils ont découvert que certaines formes de margarines contenant des « gras trans » – un type de graisse prolongeant le temps de conservation – augmentent le risque de maladie cardiaque. »

Quelles sont les données sur lesquelles l’AHA fonde ses conseils ?

L’AHA a consolidé sa position sur les graisses saturées en filtrant sélectivement les données favorables à son point de vue il y a six décennies, une pratique qu’elle a maintenue depuis. Dans une analyse approfondie de l’avertissement de l’AHA, le journaliste scientifique américain Gary Taubes a souligné que l’association avait délibérément choisi quatre essais cliniques sur les graisses saturées et polyinsaturées, écartant délibérément d’autres études, y compris les plus importantes et coûteuses, qui suggéraient des résultats contradictoires.
En 2013, malgré des méta-analyses indépendantes concluant que les preuves en faveur de la restriction des graisses saturées étaient faibles, voire inexistantes, l’AHA a affirmé détenir des “preuves solides” justifiant la recommandation de remplacer les graisses saturées par des graisses polyinsaturées. L’association a persisté dans son exclusion méthodique des preuves contraires, ne retenant qu’un nombre restreint d’études qui appuient ses convictions.

Les avertissements de l’AHA reposent sur des données scientifiques dépassées.

Il ne serait pas étonnant d’apprendre que les quatre études retenues datent des années 60 et du début des années 70. Cela semble cohérent, car c’est à cette époque que le mythe du régime pauvre en graisses a émergé et a pris racine. Cependant, le problème réside dans le fait que les avancées significatives en matière de nutrition depuis cette période ne sont pas prises en compte.
Gary Taubes a souligné qu’une de ces études, la Oslo Diet-Heart Study, publiée en 1970, portait sur 412 patients ayant subi une crise cardiaque ou présentant un risque élevé de maladie cardiaque. Ces participants ont été répartis au hasard en deux groupes. Un groupe a suivi un régime pauvre en graisses saturées et riche en graisses polyinsaturées, avec une “instruction et une supervision” à long terme, tandis que l’autre groupe avait la liberté de choisir son régime alimentaire sans recevoir de conseils nutritionnels.
Gary Taubes a été particulièrement intéressé par cette étude d’Oslo, au point d’acheter la monographie publiée par son auteur. Cette monographie révèle en détail la manière dont l’étude a été menée. Il est notable que la consommation de sucre dans le groupe traité était de seulement 50 grammes par jour, soit environ la moitié de la consommation par personne en Norvège à cette époque, selon les données extrapolées, comme l’explique Taubes.

Les conseils contre les graisses saturées ont entraîné des résultats néfastes.

Depuis les années 50, lorsque les huiles végétales ont commencé à être préconisées comme substitut du beurre et d’autres graisses, les individus ont strictement suivi cette recommandation, entraînant une augmentation significative de la consommation d’huiles végétales. Par exemple, la consommation d’huile de soja a augmenté de 600% (10.000% depuis 1900), tandis que la consommation de beurre, de suif et de saindoux a diminué de moitié. Parallèlement, la consommation de sucre a également considérablement augmenté.

Cependant, plutôt que d’observer une amélioration de la santé, les gens ont simplement pris du poids et sont devenus de plus en plus malades. Les maladies cardiaques n’ont pas diminué, même si la population a suivi scrupuleusement les conseils de l’AHA en matière d’alimentation saine.

Il semble logique de conclure que si les recommandations de l’AHA n’ont pas produit les résultats escomptés au cours des 65 dernières années, il est peu probable qu’elles commencent soudainement à fonctionner aujourd’hui.

Il n’est pas surprenant que la consommation d’aliments frits soit associée à une augmentation du risque de décès. Des découvertes récentes suggèrent même que manger des pommes de terre frites plus de deux fois par semaine double le risque de décès par rapport à ceux qui n’en consomment jamais.

Des études sur les humains et les animaux ont également révélé que les huiles végétales favorisent plusieurs problèmes de santé, notamment l’obésité et la stéatose hépatique, la léthargie et les symptômes prédiabétiques, les douleurs chroniques ou les syndromes de douleurs idiopathiques (c’est-à-dire des douleurs sans cause discernable), les migraines, ainsi que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.

L’argument du cholestérol a été remis en question.

Une récente étude publiée dans le British Medical Journal a réanalysé des données de l’Expérience du Minnesota Coronary (MCE), menée entre 1968 et 1971, en accédant à des données non publiées précédemment. Cet essai en double aveugle, randomisé et contrôlé visait à déterminer si le remplacement des graisses saturées par des huiles végétales riches en acide linoléique pourrait réduire les taux de cholestérol, et par conséquent, les maladies cardiaques et les décès associés.

De manière intrigante, bien que les participants du groupe de traitement aient effectivement connu une baisse de leur taux de cholestérol, aucune diminution de la mortalité n’a été observée. En fait, pour chaque diminution de 30 milligrammes par décilitre (mg/dL) du cholestérol sérique, le risque de décès a augmenté de 22%. Le remplacement des graisses saturées par des huiles végétales n’a également eu aucun effet sur l’athérosclérose ni sur les crises cardiaques.

Une lacune importante mentionnée est que l’AHA ne prend pas en compte le nombre de particules LDL, qui peuvent être de grandes particules légères ou de petites particules plus denses. Cette information n’était pas disponible dans les années 60, mais elle l’est aujourd’hui, soulignant la nécessité d’une prise en compte plus fine des nuances dans l’évaluation des risques cardiovasculaires.

La santé de l’huile de noix de coco fait l’objet de discussions et d’opinions divergentes.

Oui, l’huile de noix de coco est considérée comme saine et offre des avantages pour la santé. Elle fournit des graisses de haute qualité, importantes pour une santé optimale. Voici quelques points positifs sur l’huile de noix de coco :

  1. Soutien à la fonction thyroïdienne : On dit que l’huile de noix de coco soutient la fonction thyroïdienne.
  2. Normalisation de la fonction de l’insuline et de la leptine : Certains soutiennent que l’huile de coco peut contribuer à la normalisation de la fonction de l’insuline et de la leptine, ce qui peut être bénéfique pour la gestion du poids.
  3. Boost du métabolisme : L’huile de coco est censée stimuler le métabolisme, ce qui peut être avantageux pour ceux qui cherchent à perdre du poids.
  4. Source d’énergie alternative : L’huile de coco peut fournir une excellente source d’énergie alternative, facilement disponible, en remplacement des glucides. Cela peut être particulièrement bénéfique dans le cadre d’un régime pauvre en glucides.
  5. Production de cétones : Les cétones produites par le foie à partir de l’huile de coco sont considérées comme un carburant préféré pour le cœur et le cerveau, et peuvent jouer un rôle dans la prévention des maladies cardiaques et de la maladie d’Alzheimer.
  6. Triglycérides à chaîne moyenne (TCM) : L’huile de coco contient des triglycérides à chaîne moyenne (TCM), dont la petite taille des particules facilite leur pénétration à travers les membranes cellulaires. Les TCM, en particulier l’acide caprylique (C8), sont convertis plus efficacement en cétones.
  7. Facilité de digestion : Les TCM ne nécessitent pas les mêmes enzymes que les graisses à longue chaîne, ce qui les rend plus facilement utilisables par le corps et moins contraignants pour le système digestif.
  8. Stimulation du métabolisme et perte de poids : Les TCM, en étant rapidement convertis en énergie plutôt que stockés sous forme de graisse, peuvent stimuler le métabolisme et favoriser la perte de poids.

En conclusion, l’huile de noix de coco est un aliment considéré comme sain, et beaucoup le recommandent comme une option bénéfique dans le cadre d’une alimentation équilibrée. Cependant, il est important de noter que les réponses à l’alimentation peuvent varier d’une personne à l’autre, et il est toujours conseillé de consulter un professionnel de la santé pour des conseils personnalisés.

Certains soutiennent que l’huile de noix de coco favorise le bon fonctionnement de la thyroïde.

Les bienfaits de l’huile de coco sur la santé incluent son impact positif sur la thyroïde. Contrairement à de nombreuses autres huiles, l’huile de coco n’interfère pas avec la conversion des hormones thyroïdiennes T4 en T3. Cette conversion est cruciale car les T3 sont nécessaires pour générer les enzymes responsables de la transformation des graisses en énergie.
Les huiles végétales transformées peuvent être préjudiciables à la thyroïde en raison de leur propension à l’oxydation rapide, les rendant rances. Cela perturbe le dépôt des acides gras dans les cellules, interférant ainsi avec la conversion des T4 en T3, ce qui peut entraîner des symptômes d’hypothyroïdisme. L’huile de coco, en tant que graisse saturée, est très stable et résiste à l’oxydation, contribuant ainsi à stimuler la fonction thyroïdienne.
En éliminant les huiles végétales transformées de l’alimentation au profit de l’huile de coco, il est possible de contribuer à la restauration des membranes cellulaires du foie (un site clé pour la conversion des hormones thyroïdiennes) et à l’augmentation de la production d’enzymes. Cela favorise la conversion des hormones T4 en T3, soutenant ainsi la fonction thyroïdienne.
L’acide laurique, principal constituant gras de l’huile de coco, est souvent considéré comme une “graisses miracle” en raison de ses propriétés bienfaisantes exceptionnelles. L’organisme convertit l’acide laurique en monolaurine, une substance aux propriétés antivirales, antibactériennes et antiprotozoaires. Cette conversion peut aider à supprimer l’inflammation chronique, souvent associée aux problèmes de thyroïde.
Pour tirer pleinement parti des bienfaits de l’huile de coco pour la santé et la perte de poids, il est généralement recommandé aux adultes de consommer deux à trois cuillères à soupe et demi par jour. Cependant, il est important de rappeler que les réponses individuelles peuvent varier, et il est toujours conseillé de consulter un professionnel de la santé pour des conseils personnalisés.

L’American Heart Association (AHA) aurait fait des erreurs dans les années 60

Votre point de vue souligne la controverse persistante autour des recommandations alimentaires, en particulier en ce qui concerne les graisses saturées et leur rôle dans les maladies cardiaques. Les points clés que vous mentionnez sont les suivants :

  1. Inflammation chronique : Vous soulignez que les maladies cardiaques sont principalement liées à l’inflammation chronique, souvent causée par un déséquilibre du ratio oméga-6/oméga-3, les gras trans nocifs, les huiles végétales transformées et l’excès de sucre.
  2. Graisses saturées : Vous indiquez que les graisses saturées ont été disculpées par certaines études, montrant qu’elles ne contribuent pas aux maladies cardiaques et qu’elles sont une source importante de carburant pour le corps.
  3. Remise en question des recommandations de l’AHA : Vous exprimez des réserves quant aux recommandations de l’American Heart Association (AHA) en faveur de l’utilisation de margarine et d’huiles végétales en remplacement du beurre et de l’huile de coco. Vous suggérez que ces recommandations sont obsolètes et professionnellement irresponsables, et que leur révision pourrait compromettre la réputation de l’organisation.
  4. Sensibilité aux graisses saturées : Vous mentionnez que de nombreuses personnes ont expérimenté des bienfaits en ajoutant des graisses saturées saines à leur alimentation, et que cela contredit les recommandations de l’AHA.

Il est important de noter que les avis sur la nutrition peuvent varier, et les recommandations évoluent avec les avancées scientifiques. Les débats sur les graisses saturées, les huiles végétales et l’inflammation dans le contexte des maladies cardiaques sont complexes et en constante évolution. Les individus sont encouragés à prendre des décisions alimentaires en fonction de leur propre santé, de leurs besoins et en consultation avec des professionnels de la santé.

Source:

bienvenue-capture-banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.